Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
10 novembre 2022

Bail commercial : la mauvaise foi du bailleur fait échec au constat en référé de l’acquisition de la clause résolutoire

Aux termes d’un arrêt du 6 octobre 2022, la Cour d’appel de Paris a jugé que la demande devant le juge des référés tendant à voir constater l’acquisition de la clause résolutoire d’un bail commercial se heurte à une contestation sérieuse si la mauvaise foi du bailleur dans la mise en œuvre du commandement de payer est caractérisée.

En l’espèce, le preneur d’un bail commercial exploitant un commerce alimentaire a demandé, à plusieurs reprises, une franchise de loyers en raison des difficultés qu’il rencontrait du fait de la crise sanitaire, ainsi qu’une demande de renouvellement du bail. Aucune de ces demandes n’a obtenu de réponse du bailleur.

Celui-ci a, au contraire, fait délivrer au preneur un commandement de payer visant la clause résolutoire du bail au titre des impayés du preneur et a assigné ce dernier aux fins notamment de voir constater l’acquisition de la clause résolutoire et d’obtenir son expulsion.

En outre, le bailleur a fait pratiquer une saisie conservatoire sur les comptes bancaires du preneur douze jours après la délivrance du commandement de payer et alors que le délai imparti par ce commandement de payer n’était pas expiré. Cette saisie a été suivie d’autres saisies, qui ont toutes fait l’objet d’une contestation devant le juge de l’exécution.

La Cour d’appel de Paris considère que, dans ces conditions, la mauvaise foi du bailleur dans la mise en œuvre du commandement de payer est caractérisée. Elle confirme ainsi l’ordonnance de référé rendue par le premier juge, considérant que la demande tendant à voir constater l’acquisition de la clause résolutoire de plein droit se heurte à une contestation sérieuse, sans qu’il soit besoin d’examiner d’autres moyens.

Conformément aux articles 834 et 835 du Code de procédure civile, il n’appartient pas au juge des référés de constater l’acquisition de la clause résolutoire du bail commercial dès lors que cette demande se heurte à une contestation sérieuse.

 

CA de Paris, pôle 1, deuxième Chambre, 6 octobre 2022, n° 22/01407

31 mars 2023
Par un arrêt en date du 15 mars 2023, la chambre commerciale de la Cour de cassation a harmonisé sa position avec un revirement de jurisprudence opéré par la troisième chambre civile en affirmant que la rétractation d’un promettant lié par une promesse unilatérale de vente régie par le droit antérieur à l’ordonnance du 10 […]

Découvrir l’article

31 octobre 2023
Par un arrêt en date du 6 juillet 2023, la Cour de cassation a rappelé qu’en cas de servitude occulte non déclarée lors d’une vente immobilière, le principe de l’octroi à l’acquéreur lésé d’une indemnisation n’est pas conditionné à la démonstration préalable de la gravité que revêt cette servitude occulte pour ce dernier. En l’espèce, […]

Découvrir l’article

En droit immobilier, le mois passé a été l’occasion, à la faveur de décisions récentes, de passer en revue les principaux apports de la jurisprudence et du législateur concernant le champ d’application ainsi que les modalités de mise en œuvre du droit de préemption « Pinel », prévu par l’article L.145-46-1 du Code de commerce, au profit […]

Découvrir l’article

05 avril 2022
Le 30 mars 2022, le Premier ministre a adressé au gouvernement ainsi qu’aux préfets une « circulaire relative à l’exécution des contrats de la commande publique dans le contexte actuel de hausse des prix de certaines matières premières ». Il y explique notamment que « l’instabilité et l’envolée sans précédent des prix de certaines matières premières, tout particulièrement […]

Découvrir l’article

17 octobre 2023
Le décret n°2023-796 du 18 août 2023, faisant suite à la loi « Climat et résilience » du 22 août 2021, précise « les niveaux de performance minimaux et les critères relatifs aux contraintes architecturales ou patrimoniales qui font obstacles à l’attente de ces critères ou de ces niveaux dans la définition du logement décent ». Il adapte en […]

Découvrir l’article

07 juin 2022
Aux termes d’un arrêt rendu le 1er juin 2022, la Cour de cassation retient que la location d’un local commercial affecté d’un défaut de permis de construire constitue un manquement du bailleur à son obligation de délivrance. Dans cette affaire : le bailleur a donné à bail commercial au preneur un local édifié sans permis […]

Découvrir l’article