Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
17 mars 2023

Dark stores et dark kitchens : nouveau régime imminent

Le ministre de l’économie et des finances a récemment été interrogé, au Sénat, sur la qualification juridique des dark stores et des dark kitchens au sens du droit de l’urbanisme, ainsi que sur les moyens d’action des maires afin d’encadrer l’installation de ces nouvelles activités.

Dans la réponse ministérielle publiée le 15 février 2023, Roland Lescure indique que ces activités feront l’objet d’une nouvelle régulation, au sein d’un « arrêté à paraître dans les prochains jours » (cet arrêté n’étant toujours pas paru). Plus précisément :

(i) Les dark stores seront intégrés dans la sous-destination « entrepôts », qu’ils aient ou non un point de retrait (ce dernier critère permettait jusqu’à présent de les considérer comme des commerces).

Dans ces conditions, le raisonnement du juge des référés du Tribunal administratif (TA) de Paris dans son ordonnance du 5 octobre 2022 ne serait donc pas entériné. Pour mémoire, celui-ci avait retenu comme propre à créer un doute sérieux sur la légalité des arrêtés municipaux contestés, le moyen tiré de ce que les dark stores « correspondraient à la définition d’espace de logistique urbaine au sens du règlement du PLU de la ville de Paris » (i.e. à la destination CINASPIC).

(ii) Les dark kitchens feront l’objet d’une catégorie spécifique.

Le ministre précise que les élus locaux devront disposer d’outils pour réguler, voire interdire l’implantation des dark stores et des dark kitchens. Ainsi, ils pourront autoriser – le cas échéant sous conditions – ou interdire ces activités, dans telles ou telles zones des PLU. Par ailleurs, en cas d’achat d’un commerce pour le transformer en dark store, l’accord préalable de la commune devra être sollicité.

Enfin, le ministre rappelle que les maires peuvent déjà exercer leurs pouvoirs de police contre les éventuelles externalités négatives des dark stores, que ce soit en matière de regroupement de personnes devant un local, d’interdiction de stationnement ou même de régulation de la circulation des deux-roues servant à la livraison.

Réponse ministérielle à la question orale n° 0259S, JO Sénat du 15 février 2023, p. 1039

Par une décision du 16 février 2024, le Conseil d’Etat précise les conditions d’application de la rubrique 41 du tableau annexé à l’article R. 122-2 du code de l’environnement, soumettant les aires de stationnement ouvertes au public de 50 unités et plus à un examen au cas par cas. Pour mémoire, l’article L. 122-1-II du […]

Découvrir l’article

Côté immobilier, plusieurs décisions judiciaires méritent d’être signalées en matière de bail commercial et, plus particulièrement, concernant la fixation du loyer de renouvellement. La Cour de cassation a en effet notamment confirmé que l’action en fixation du loyer de renouvellement est irrecevable si elle est introduite par une assignation sans mémoire préalable et précisé qu’une […]

Découvrir l’article

12 janvier 2022
Depuis le 1er janvier 2022, les dépôts de demandes d’autorisation d’urbanisme peuvent se faire en ligne sur l’ensemble du territoire. Toutes les communes doivent désormais être en mesure de recevoir sous forme électronique les demandes d’autorisation d’urbanisme. Celles de plus de 3500 habitants doivent également assurer leur instruction sous forme dématérialisée. Concomitamment à la dématérialisation […]

Découvrir l’article

04 janvier 2024
La circonstance que l’arrêté de permis de construire comporte des inexactitudes ou des omissions sur les destinations ou les surfaces est sans incidence sur sa légalité. L’article A. 424-9 du code de l’urbanisme prévoit en son premier alinéa que « Lorsque le projet porte sur des constructions, l’arrêté indique leur destination et, s’il y a lieu, […]

Découvrir l’article

14 octobre 2021
Le Conseil d’État rappelle qu’au sein de la région d’Île-de-France, les schémas de cohérence territoriale (SCOT) et, en leur absence, les plans locaux d’urbanisme (PLU), les documents en tenant lieu et les cartes communales sont soumis à une obligation de compatibilité avec le schéma directeur de cette région. Reprenant le considérant de principe issu de […]

Découvrir l’article

16 juin 2022
Le Conseil d’État précise que la régularisation du permis de construire, au titre de l’article L. 600-5-1 du code de l’urbanisme, est subordonnée à l’examen de tous les moyens invoqués contre le permis de construire. Par une décision n° 442937 du 15 juin 2022, le Conseil d’État, saisi d’un pourvoi dans le cadre d’un litige […]

Découvrir l’article