Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
9 mars 2023

L’action en requalification d’un contrat en bail commercial est soumise à la prescription biennale

Par un arrêt en date du 7 décembre 2022 publié au Bulletin, la Cour de cassation a jugé que les dispositions de l’article L.145-15 du Code commerce – qui réputent non écrites les clauses, stipulations et arrangements ayant pour effet de faire échec à certaines dispositions d’ordre public du statut des baux commerciaux –  ne sont pas applicables à une action en requalification d’un contrat en bail commercial.

En l’espèce, aux termes d’une : « convention d’occupation de terrain nu » en date du 16 juillet 2009, le propriétaire d’un terrain nu abritant une station de lavage, décrite comme « entièrement démontable », a donné ledit terrain à un preneur pour une durée de sept ans, courant rétroactivement du 1er juillet 2009 au 30 juin 2016.

Le 24 novembre 2015, le bailleur a donné congé au preneur pour le 30 juin 2016.

Le preneur a contesté le congé et refusé de quitter le terrain donné à bail à la date d’effet du congé.

Le 27 juin 2017, le bailleur a assigné le preneur en expulsion et en paiement d’une indemnité d’occupation.

Le 12 décembre 2018, le preneur a demandé, à titre reconventionnel, l’annulation du congé délivré en soutenant notamment, sur le fondement de l’article L145-15 du Code de commerce, que la convention constituait en réalité un bail commercial et que la clause relative à sa durée de la « convention d’occupation de terrain nu » devait être réputée non-écrite en ce qu’elle avait pour effet de le priver de son droit au renouvellement.

Par arrêt en date du 29 juillet 2021, la Cour d’appel a déclaré les demandes du preneur prescrites, au motif que toute action en requalification d’un contrat en bail commercial se prescrit par deux ans à compter de la conclusion du contrat conformément aux dispositions de l’article L.145-60 du Code de commerce.

La Cour de cassation a confirmé l’arrêt d’appel en rappelant que les dispositions de l’article L.145-15 du Code de commerce ne sont pas applicables à une action en requalification d’un contrat en bail commercial, de sorte que la demande du preneur, qui avait pour objet de requalifier en bail commercial la « convention d’occupation de terrain nu » en date du 16 juillet 2009, était prescrite depuis l’expiration d’un délai de deux ans à compter de sa date de conclusion, soit depuis le 16 juillet 2011.

Cass. , 3e Civ. , 7 décembre 2022, n° 21-23.103

09 avril 2024
La faute du géomètre-expert s’appréciant à la date de l’exécution de sa mission, l’effet rétroactif de l’annulation ultérieure d’un règlement d’urbanisme est sans incidence sur cette appréciation. En l’espèce, un lotisseur se plaignait de ce qu’il ne parvenait pas à vendre les lots d’un lotissement en raison d’une erreur de son géomètre-expert, qui s’était vu […]

Découvrir l’article

11 octobre 2022
Deux décrets viennent de paraître au journal officiel, imposant pour l’un  l’extinction nocturne des publicités lumineuses et pour le second la fermeture des ouvrants dans le tertiaire. Le décret n° 2022-1294 du 5 octobre 2022 modifie certaines dispositions du code de l’environnement relatives aux règles d’extinction des publicités lumineuses et aux enseignes lumineuses. Ainsi : […]

Découvrir l’article

04 août 2022
Cette nouvelle ordonnance, prise en application de l’article 173 de la loi « climat et résilience » du 22 août 2021 habilitant le Gouvernement à modifier la partie législative du Code de la construction et de l’habitation, complète et renforce le régime de contrôle administratif du respect des règles de construction. Elle prévoit notamment les mesures suivantes […]

Découvrir l’article

22 juillet 2022
Par un arrêt rendu le 29 juin 2022, la Cour de cassation a jugé qu’en cas de vente portant notamment sur des locaux commerciaux donnés à bail à des preneurs distincts, aucun des preneurs commerciaux ne peut se prévaloir du droit de préemption prévu à l’article L. 145-46-1 du code de commerce, celui-ci étant exclu […]

Découvrir l’article

24 juin 2022
Dans un jugement rendu le 22 juin 2022, le Tribunal judiciaire de Paris a écarté tous les moyens invoqués par le preneur, en ce compris l’article 1722 du Code civil (destruction de la chose louée), pour contester son obligation de paiement au titre du bail dans le contexte de la crise sanitaire. Dans cette affaire, […]

Découvrir l’article

29 mars 2024
Le Sénat a adopté définitivement mercredi 27 mars le projet de loi relatif à l’accélération et à la simplification de la rénovation de l’habitat dégradé et des grandes opérations d’aménagement dit « Habitat dégradé ». Ce texte prévoit notamment la faculté pour les copropriétés de souscrire un emprunt « collectif » afin de réaliser certains travaux (notamment […]

Découvrir l’article