Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
15 septembre 2023

Les revenus d’une opération de cession-bail ont une nature financière et non immobilière

Le 3 mai 2023, le Conseil d’Etat s’est prononcé sur diverses questions induites par la mise en place d’un schéma de cession-bail (sale and lease back) permettant du tirer profit fiscalement du caractère hybride de cette opération.

Des sociétés industrielles allemandes avaient temporairement cédé à une société française de crédit-bail l’usufruit d’immeubles nus situés en Allemagne, tout en conservant la jouissance de ces immeubles par le biais d’un contrat de crédit-bail. En contrepartie de cette jouissance, les sociétés allemandes versaient des « loyers » au crédit-bailleur.

Estimant que cette opération avait principalement un caractère immobilier, le crédit-bailleur français n’avait pas déclaré en France les « loyers » perçus, l’article 3 de la convention fiscale franco-allemande attribuant le droit d’imposer à l’Etat de situation des immeubles. L’administration fiscale allemande n’avait pas non plus imposé ces sommes, considérées comme des revenus financiers imposables dans l’Etat de résidence conformément à l’article 10 de la convention.

Cette décision apporte les éclairages suivants :

  • Sur la procédure de rectification : le Conseil d’Etat considère que le schéma en cause, ayant permis un financement effectif des entreprises allemandes et une modération du risque pour la société de crédit-bail, n’était pas constitutif d’un montage artificiel. La procédure d’abus de droit avait donc été appliquée à tort, car il suffisait à l’administration de procéder à une requalification des contrats litigieux pour leur restituer leur portée réelle, ce qu’elle s’empressa de faire par une demande de substitution de base légale.

  • Sur la nature du contrat de cession-bail : la qualification de ces contrats, par nature hybrides, requiert une analyse in concreto. En l’espèce, le Conseil d’Etat s’appuie sur les clauses du contrat relatives à l’exercice ou la cession de l’usufruit, à la durée du crédit-bail ou à la jouissance des immeubles pour considérer que ces contrats avaient en l’espèce une « coloration plus financière qu’immobilière » (pour reprendre les termes du rapporteur public, Marie-Gabrielle Merloz). Les revenus étaient donc imposables en France conformément à l’article 10 (intérêts) de la convention franco-allemande.

  • Sur les contours de l’acte anormal de gestion : l’administration reprochait également une insuffisance du montant des taux d’intérêt fixés par les contrats, ces taux ayant été décotés pour tenir compte du bénéfice fiscal lié à la double exonération (les contrats prévoyant même un rehaussement de taux en cas de modification du traitement fiscal…). Le Conseil d’Etat précise que c’est à la signature des contrats que le caractère anormal du taux doit être apprécié. Or, à cette date, les parties escomptaient bien bénéficier d’un avantage fiscal qui pouvait être retenu dans la fixation du taux. Le Conseil d’Etat décharge par conséquent le crédit-bailleur des rectifications fondées sur l’acte anormal de gestion. Rassurons-nous, une analyse fiscale erronée n’est pas synonyme d’anormalité.

CE, 3 mai 2023, n° 434441

03 mai 2024
Par un arrêt du 26 avril 2024, le Conseil d’Etat est venu trancher une controverse entre les juridictions du fond sur les conséquences fiscales de la levée d’option d’achat sur un immeuble pris en crédit-bail immobilier (CBI) par une SCI soumise au régime fiscal des sociétés de personnes pour ses associés soumis à l’impôt sur […]

Découvrir l’article

11 avril 2022
La levée d’option dans le cadre d’un crédit-bail ne relève pas de la dispense de TVA prévue à l’article 257 bis du CGI. Dans une réponse ministérielle du 5 avril dernier, le gouvernement a apporté des précisions importantes relatives au traitement TVA applicable dans le cadre de la vente par un crédit-bailleur à son crédit-preneur […]

Découvrir l’article

04 octobre 2021
Le projet de loi de finances pour 2022 a été présenté le mercredi 22 septembre dernier. A la veille d’une année électorale importante, ce projet de loi comprend sans surprise peu de mesures fiscales, notamment dans le secteur immobilier. Le Gouvernement ne remet pas en cause la poursuite de la baisse de l’impôt sur les […]

Découvrir l’article

11 mars 2022
Une question écrite vient d’être posée au gouvernement concernant les règles d’exigibilité de la TVA s’agissant des ventes d’immeubles accompagnées de travaux réalisés dans le cadre d’une VIR (vente d’immeuble à rénover) ou d’une VEFA conventionnelle (i.e. lorsque les parties décident d’appliquer volontairement le régime de la VEFA), lorsque ces travaux sont importants mais pas […]

Découvrir l’article

16 février 2024
Le Tribunal Administratif de Toulouse vient de préciser, pour l’appréciation de l’intention de louer un immeuble temporairement vacant, que le contribuable devait démontrer son intention sur toute la période de vacance pour bénéficier de la dispense de TVA prévue à l’article 257 bis du CGI. En l’espèce, la juridiction administrative toulousaine a remis en cause l’application […]

Découvrir l’article

23 décembre 2022
Un arrêt de cour administrative d’appel (CAA) a récemment apporté des précisions sur le régime applicable en matière de TVA au dépôt de garantie conservé par le vendeur dans l’hypothèse d’un désistement de l’acheteur. Au cas particulier, une société de promotion immobilière avait conclu avec un acheteur un contrat de réservation portant sur la vente […]

Découvrir l’article