Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
19 novembre 2021

L’option TVA par local confirmée par une réponse ministérielle

Une réponse ministérielle du 16 novembre 2021 (Rép. Min. Grau, AN, n° 38389) vient de confirmer la possibilité pour les bailleurs d’exercer l’option TVA par local au sein d’un même bâtiment. Le Gouvernement suit ainsi la position retenue par le Conseil d’Etat dans un arrêt de 2020 (Conseil d’Etat, 9 septembre 2020, SCI EMO, n° 439143).

Cette décision ministérielle apporte néanmoins plusieurs précisions intéressantes concernant les modalités et la portée de l’option par local :

  1. Le choix de l’option ne dépend pas de l’existence d’une division juridique de l’immeuble et de ses locaux mais peut s’apprécier par opération de location. En d’autres termes, lorsqu’il y a plusieurs locataires dans un même immeuble, chaque bail peut se voir appliquer un régime TVA différent (en revanche, l’option TVA s’applique nécessairement à tous les locaux compris dans même bail).
  1. En pratique, la lettre d’option devra identifier de manière expresse, précise et non équivoque les locaux concernés par l’option.
  1. L’option par local ne remet pas en cause la règle selon laquelle, pour le calcul de la TVA déductible, chaque immeuble ou ensemble d’immeubles ayant fait l’objet d’une option constitue un secteur d’activité.

Il en résulte que, en cas d’option, le dénominateur du calcul du coefficient de taxation forfaitaire applicable à ce secteur d’activité pourra, selon les situations, comprendre du chiffre d’affaires exonéré n’ouvrant pas droit à déduction (en particulier les loyers dont les baux ont été exclus de l’option TVA par le bailleur) et du chiffre d’affaires taxé, de plein droit ou sur option.

  1. Pour les options qui étaient en cours à la date de l’arrêt du Conseil d’État qui sont encore dans la période initiale de 9 ans pendant laquelle l’option TVA ne peut pas être dénoncée, les bailleurs peuvent, sous réserve d’en informer l’administration, limiter la portée de leur option TVA sans que cette limitation n’ait une incidence sur le décompte et le terme de la période de 9 ans.

 

Réponse ministérielle Grau, n° 38389, JOAN du 16 novembre 2021

08 décembre 2023
En matière d’urbanisme commercial, une circulaire du 15 novembre 2023, publiée le 24 novembre 2023, apporte des clarifications sur les modalités de calcul de la « surface de vente », à la suite d’une décision du Conseil d’Etat du 16 novembre 2022 opérant un revirement de jurisprudence sur la prise en compte, dans le calcul de […]

Découvrir l’article

23 septembre 2022
Une réponse ministérielle récente apporte des précisions sur le régime TVA applicable aux ventes d’immeubles accompagnées de travaux réalisés dans le cadre d’une vente d’immeuble à rénover (VIR) ou d’une vente en l’état futur d’achèvement (VEFA) conventionnelle (i.e. lorsque les parties décident d’appliquer volontairement le régime de la VEFA), lorsque ces travaux ne concourent pas […]

Découvrir l’article

En droit immobilier, un arrêt de la chambre commerciale de la Cour de cassation en date du 15 mars 2023 a été particulièrement remarqué et commenté, en ce qu’il est venu harmoniser sa position avec celle de la troisième chambre civile de la Haute juridiction, en affirmant que la rétractation d’un promettant lié par une […]

Découvrir l’article

11 mars 2021
La Cour administrative d’appel de Bordeaux vient rappeler que, pour que la location meublée d’un logement d’habitation soit soumise à la TVA, le bailleur doit disposer des moyens nécessaires pour assurer les prestations de para-hôtellerie (même s’il n’est pas exigé que les prestations soient effectivement rendues). Conformément aux dispositions de l’article 261 D 4° b. […]

Découvrir l’article

29 juillet 2022
Statuant sur renvoi après annulation, la CAA de Paris a rendu, le 8 juillet 2022, sa décision dans l’affaire « Lupa ». Pour mémoire, dans cette même affaire, en 2016, le Conseil d’Etat avait étendu le champ d’application du correctif Quemener au calcul de la plus-value d’annulation des titres d’une société de personnes ayant fait l’objet d’une […]

Découvrir l’article

07 mars 2024
La cour administrative d’appel de Paris a considéré que l’immeuble rendu temporairement impropre à son usage en raison de travaux de réhabilitation n’ayant pas affecté le gros œuvre demeure soumis à la taxe annuelle sur les bureaux et locaux commerciaux applicable en Ile-de-France (« TSB »). Une société propriétaire d’un immeuble affecté à un usage de bureaux […]

Découvrir l’article