Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
16 novembre 2021

Taxe annuelle sur les bureaux en IDF – Le Conseil d’Etat apporte des précisions concernant les surfaces de stationnement

Le Conseil d’Etat vient d’apporter deux précisions importantes sur la notion de surface de stationnement pour les besoins de la taxe annuelle sur les bureaux en Ile-de-France (TABIF) dans une affaire concernant une société disposant de locaux (y compris des bureaux) dans lesquels elle exploite un réseau de bus.

  1. Conformément aux dispositions du 4° du III de l’article 231 ter du Code général des impôts, la TABIF est due sur les surfaces de stationnement annexées à des locaux taxables et non intégrées à un établissement de production. Le Conseil d’Etat précise que les surfaces de stationnement annexées s’entendent de celles dont l’utilisation contribue directement à l’activité déployée dans les locaux taxables.

Au cas particulier, le Conseil d’Etat a considéré que tel n’était pas le cas des aires de dépôt de bus ou des places de stationnement réservées aux chauffeurs de bus pour leurs véhicules personnels, attenants aux locaux de bureaux.

  1. Le Conseil d’Etat considère qu’au regard de la lettre de l’article 231 ter du Code général des impôts, les dépendances immédiates et indissociables des surfaces de stationnement telles les voies de circulation internes desservant les emplacements de stationnement ne doivent pas être soumises à la TABIF.

Cette position vient infirmer la doctrine administrative (BOI-IF-AUT-50-10-10 n° 270 du 27 janvier 2021) et l’on peut se demander dans quelle mesure elle vient contredire la pratique de marché qui consiste à retenir les voies de circulation dans l’assiette taxable lorsqu’il n’y a qu’un seul locataire.

Conseil d’État, 20 octobre 2021, n° 448562

10 février 2023
La cour administrative d’appel de Lyon apporte un éclairage intéressant sur les situations dans lesquelles des prestations para-hôtelières sont considérées comme étant proposées dans des conditions similaires à celles proposées dans le secteur hôtelier. Au cas particulier, une indivision offrait en location meublée un appartement par l’intermédiaire d’une société prestataire avec laquelle elle avait conclu […]

Découvrir l’article

09 septembre 2022
Un arrêt récent de la CAA de Toulouse apporte des précisions sur la notion de terrain à bâtir en matière de TVA. Selon les juges, la circonstance que l’un des biens immobiliers acquis est vétuste, contient de l’amiante et a été démoli peu de temps après son acquisition, ne permet pas de considérer ledit bien […]

Découvrir l’article

20 octobre 2023
Dans un amendement au projet de loi de finances pour 2024 déposé le 17 octobre 2023, le Gouvernement propose d’exclure expressément la location de locaux meublés ou d’établissements commerciaux ou industriels équipés du champ d’application des articles 787 B et 787 C du code général des impôts (Pacte Dutreil). Pour rappel, une série de décisions […]

Découvrir l’article

18 novembre 2022
Une réponse ministérielle précise que la mise à disposition à titre gratuit d’immeubles par un propriétaire assujetti à la TVA auprès d’occupants (associations, artistes, personnes morales de droit public etc) dans l’attente de leur démolition ou leur restructuration suivie de leur vente : n’est pas de nature à remettre en cause la déduction de TVA […]

Découvrir l’article

07 juillet 2023
Le Conseil d’Etat vient de rendre une décision dans laquelle il a rejeté la qualification de marchand de biens à des contribuables personnes physiques ayant effectué plusieurs d’opérations d’achat-revente dès lors que ces immeubles étaient à chaque fois affectés à leur résidence principale. En principe, les gains et le chiffre d’affaire réalisés à l’occasion de […]

Découvrir l’article

16 février 2024
Le Tribunal Administratif de Toulouse vient de préciser, pour l’appréciation de l’intention de louer un immeuble temporairement vacant, que le contribuable devait démontrer son intention sur toute la période de vacance pour bénéficier de la dispense de TVA prévue à l’article 257 bis du CGI. En l’espèce, la juridiction administrative toulousaine a remis en cause l’application […]

Découvrir l’article