Catégories
  • Autres
  • Environnement
  • Financements
  • Fiscal
  • Immobilier
  • Juridique
  • Urbanisme
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • Valider
0
15 novembre 2021

TVA sur la marge – La CJUE a rendu son arrêt dans l’affaire Icade Promotion

La CJUE vient d’apporter des réponses très attendues aux questions posées par le Conseil d’Etat dans l’affaire Icade Promotion (25 juin 2020, n° 416727, Icade Promotion) concernant le régime de la TVA sur marge.

Si l’arrêt rendu par la CJUE concerne l’ancien régime de TVA sur marge (applicable jusqu’en 2010),  les enseignements apportés sont néanmoins transposables au régime actuellement applicable.

La CJUE apporte des précisions, d’une part, sur la nature des opérations relevant du régime de la TVA sur marge (1.) et, d’autre part, sur la nature des biens relevant de la TVA sur marge (2.) :

  1. Nature des opérations relevant du régime de la TVA sur marge – Selon la CJUE, le régime de la TVA sur marge est limité à seulement deux types d’opération :

a. Aux cessions de terrains à bâtir lorsque leur acquisition a été soumise à la TVA, sans que l’assujetti qui les revend ait eu le droit de déduire cette taxe,

b. Aux cessions de terrains à bâtir lorsque leur acquisition n’a pas été soumise à la TVA alors que le prix auquel l’assujetti-revendeur a acquis ces biens « incorpore un montant de TVA qui a été acquitté en amont par le vendeur initial« . Les situations visées par la Cour dans ce deuxième type d’opérations sont pour le moins floues à ce stade.

En revanche, selon la CJUE, le régime de taxation sur la marge ne s’applique pas à des opérations de livraison de terrains à bâtir dont l’acquisition initiale n’a pas été soumise à la TVA, soit qu’elle se trouvait en dehors de son champ d’application, soit qu’elle s’en trouvait exonérée (sauf si le prix de vente « incorpore un montant de TVA qui a été acquitté en amont par le vendeur initial »).

Ainsi, en pratique, la revente d’un terrain à bâtir par un assujetti ne relève pas du régime de la TVA sur la marge lorsque l’assujetti-revendeur avait acquis le terrain auprès d’un non-assujetti (particulier, collectivité locale, assujetti n’agissant pas en tant que tel…) ou lorsque le terrain n’était pas un terrain à bâtir lors de son acquisition initiale (terrain non constructible devenant constructible).

  1. Nature des biens relevant du régime de la TVA sur marge – La CJUE pose une condition d’identité « juridique » en considérant que le régime de taxation sur la marge ne s’applique pas à des opérations de livraison de terrains lorsque ces terrains acquis non constructibles sont devenus, entre le moment de leur acquisition et celui de leur revente par l’assujetti, des terrains à bâtir. Ce régime ne s’applique donc que si l’assujetti-revendeur a acheté et revendu un terrain à bâtir.

En revanche, contrairement à la position retenue par l’avocat général, la CJUE écarte la condition d’identité « physique ». En effet, selon la Cour, le régime de taxation sur la marge s’applique aux opérations de livraison de terrains à bâtir lorsque ces terrains ont fait l’objet, entre le moment de leur acquisition et celui de leur revente par l’assujetti, de modifications de leurs caractéristiques telles qu’une division en lots ou la réalisation de travaux d’aménagement permettant l’installation de réseaux desservant lesdits terrains, à l’instar, notamment, des réseaux de gaz ou d’électricité. En effet, la Cour estime que ces opérations d’aménagement ne sauraient avoir pour conséquence le changement de leur qualification juridique en « bâtiment », de telle sorte que le terrain reste un terrain à bâtir lors de sa revente.

Les conséquences de cet arrêt restent à ce jour incertaines mais les modalités de mise en œuvre du régime de la TVA sur marge tel qu’interprété par l’administration fiscale devraient donc être amenées à évoluer rapidement (le BOFIP actuellement publié reste toutefois opposable). Les futurs commentaires de l’administration fiscale et la jurisprudence à venir du Conseil d’Etat devront être analysés attentivement.

CJUE, 30 septembre 2021, affaire C-299/20

20 mai 2022
Dans une décision en date du 13 mai 2022, le Conseil constitutionnel a déclaré contraire à la Constitution le droit de suite du Trésor en matière de taxe foncière qui lui permet d’appréhender les loyers d’un immeuble même s’il n’appartient plus au redevable de la taxe à la suite d’une vente. Le Conseil constitutionnel considère […]

Découvrir l’article

Le 1er octobre 2021, le Conseil d’État a rendu publique sa plateforme dédiée à l’open data des décisions de justice administrative. L’intégralité des décisions rendues depuis le 30 septembre 2021 y sera disponible. Les décisions y seront versées deux fois par mois et classées dans un répertoire en fonction de l’année et du mois durant […]

Découvrir l’article

03 novembre 2022
Pour mémoire, lorsqu’un contrat de bail prévoit la remise gratuite au bailleur, en fin de bail, des édifications et aménagements réalisés par le preneur, l’administration et la jurisprudence considèrent que la valeur de l’avantage ainsi accordé au bailleur constitue un complément de loyer imposable au titre de l’année d’expiration ou de résiliation du bail (BOI-RFPI-BASE-10-30, […]

Découvrir l’article

07 septembre 2021
La Cour d’appel d’Aix-en-Provence rappelle que la preuve de dépôt de la déclaration annuelle n° 2746-SD pour s’exonérer de la taxe de 3 % sur les immeubles repose non pas sur l’administration fiscale mais sur le contribuable. En l’espèce, la Cour estime que la production d’une photocopie de la déclaration n’est pas de nature à prouver […]

Découvrir l’article

25 novembre 2022
Afin de financer les grands projets d’infrastructures, le Sénat vient d’adopter deux amendements prévoyant : 1- La création d’une taxe annuelle sur les locaux à usage de bureaux, les locaux commerciaux, les locaux de stockage et les surfaces de stationnement dans les départements des Bouches du Rhône, du Var et des Alpes Maritimes. Cette nouvelle […]

Découvrir l’article

24 février 2022
L’administration fiscale vient de mettre à jour sa doctrine administrative pour prendre en compte les précisions récemment apportées par le Conseil d’Etat concernant la définition des surfaces de stationnement taxables au titre de la taxe annuelle sur les bureaux en Ile-de-France (CE, 20 octobre 2021, n° 448562 – Voir notre article sur le sujet) : […]

Découvrir l’article