Catégories
  • Autres
  • Environnement
  • Financements
  • Fiscal
  • Immobilier
  • Juridique
  • Urbanisme
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • Valider
0
14 janvier 2022

Clause d’indexation à la hausse uniquement : vers un assouplissement de la sanction ?

Par un arrêt du 12 janvier 2022, la Cour de cassation retient que seule la partie de la clause prévoyant une variation à la hausse uniquement doit être réputée non écrite.

Dans cette affaire, le bail comportait une clause d’indexation annuelle du loyer stipulant que celle-ci ne s’appliquera qu’en cas de variation à la hausse de l’indice de référence. Le bail prévoyait en outre que cette clause constituait une condition essentielle et déterminante dont la non application partielle ou totale pouvait autoriser le bailleur à demander la résiliation du bail.

La Cour de cassation a rappelé que :

  • le propre d’une clause d’indexation est de faire varier à la hausse et à la baisse ;
  • « une clause figurant au bail et écartant toute réciprocité de variation, si elle ne crée pas la distorsion prohibée par l’article L. 112-1 du code monétaire et financier, fausse le jeu normal de l’indexation » ;
  • « la neutralisation des années de baisse de l’indice de référence a mathématiquement pour effet de modifier le délai d’atteinte du seuil de variation du quart, conditionnant la révision du loyer, tel qu’il résulterait de l’évolution réelle de l’indice » (autrement dit, une clause d’indexation jouant uniquement à la hausse est susceptible de retarder le moment auquel le seuil de variation de plus du 25 % du dernier loyer fixé permettant à l’une des parties de demander la révision du loyer pourrait être atteint).

Sur ces bases, la Cour de cassation confirme que « la clause d’indexation excluant toute réciprocité de la variation en prévoyant que l’indexation ne s’effectuerait que dans l’hypothèse d’une variation à la hausse [contrevient] aux dispositions de l’article L. 145-39 du code de commerce et [doit] être réputée non écrite par application de l’article L. 145-15 du même code ».

Toutefois, la Cour de cassation considère que les stipulations du bail selon lesquelles « l’intention du bailleur était [de] faire [de la clause d’indexation], sans distinction de ses différentes parties, une condition essentielle et déterminante de son consentement, toutes les stipulations de cette clause revêtant un caractère essentiel » ne doit pas nécessairement conduire « à l’indivisibilité de celles-ci et [empêcher] d’opérer un choix entre elles pour n’en conserver que certaines » pour en déduire que « seule la stipulation prohibée doit être réputée non écrite ». Autrement dit, elle confirme que la variation à la hausse uniquement doit être sanctionnée mais juge que la clause d’ indexation ne doit pas pour autant être écartée dans son intégralité, ce qui permettrait de préserver le principe de l’indexation du loyer (à la hausse comme à la baisse).

Cass. , 3e civ. , 12 janvier 2022, n°21-11.169

20 décembre 2021
Par un arrêt du 1er décembre 2021, la Cour d’appel de Paris a jugé que le locataire de locaux destinés à l’usage exclusif de bureaux pour y exercer une activité commerciale bénéficie du droit de préemption prévu par l’article L. 145-46-1 du Code de commerce. A l’occasion de la vente de locaux à usage de […]

Découvrir l’article

17 mars 2022
Par un arrêt rendu le 2 février 2022, la Cour d’appel de Paris a considéré qu’en cas de défaut de remise au locataire d’un état des risques naturels et technologiques daté de moins de six mois lors de la conclusion du bail commercial, le preneur est en droit de poursuivre la résolution du bail « sans […]

Découvrir l’article

17 septembre 2021
Habilité par le Parlement à réformer par ordonnance le droit des sûretés aux termes de l’article 60 de la loi PACTE, le Gouvernement a pris des mesures visant à répondre au triple objectif de sécurité juridique, d’efficacité et de renforcement de l’attractivité du droit français des suretés (notamment sur le plan économique). Cette réforme entre […]

Découvrir l’article

11 avril 2022
Aux termes d’un arrêt rendu le 26 janvier 2022, la Cour de cassation rappelle le principe selon lequel le congé est un acte unilatéral qui met fin au bail et que le maintien dans les lieux du locataire au-delà de la date d’effet du congé qu’il a délivré ne peut s’analyser en une renonciation au […]

Découvrir l’article

05 novembre 2020
Aux termes d’un arrêt rendu au fond le 5 novembre 2020, la Cour d’appel de Grenoble s’est prononcée sur la question de l’exigibilité des loyers pendant la période de fermeture administrative du premier confinement. Dans cette affaire, un preneur exerçant une activité de résidence de tourisme et d’appart-hôtellerie a notamment invoqué la force majeure (article […]

Découvrir l’article

25 novembre 2021
Par un arrêt rendu le 10 novembre 2021, la cour d’appel de Paris a privé d’effet une clause résolutoire dont la date d’acquisition est intervenue pendant la période de gel des sanctions prévue par la loi du 14 novembre 2020 portant gestion de la crise sanitaire. Un bailleur avait adressé le 5 octobre 2020 à […]

Découvrir l’article