Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
14 janvier 2022

Clause d’indexation à la hausse uniquement : vers un assouplissement de la sanction ?

Par un arrêt du 12 janvier 2022, la Cour de cassation retient que seule la partie de la clause prévoyant une variation à la hausse uniquement doit être réputée non écrite.

Dans cette affaire, le bail comportait une clause d’indexation annuelle du loyer stipulant que celle-ci ne s’appliquera qu’en cas de variation à la hausse de l’indice de référence. Le bail prévoyait en outre que cette clause constituait une condition essentielle et déterminante dont la non application partielle ou totale pouvait autoriser le bailleur à demander la résiliation du bail.

La Cour de cassation a rappelé que :

  • le propre d’une clause d’indexation est de faire varier à la hausse et à la baisse ;
  • « une clause figurant au bail et écartant toute réciprocité de variation, si elle ne crée pas la distorsion prohibée par l’article L. 112-1 du code monétaire et financier, fausse le jeu normal de l’indexation » ;
  • « la neutralisation des années de baisse de l’indice de référence a mathématiquement pour effet de modifier le délai d’atteinte du seuil de variation du quart, conditionnant la révision du loyer, tel qu’il résulterait de l’évolution réelle de l’indice » (autrement dit, une clause d’indexation jouant uniquement à la hausse est susceptible de retarder le moment auquel le seuil de variation de plus du 25 % du dernier loyer fixé permettant à l’une des parties de demander la révision du loyer pourrait être atteint).

Sur ces bases, la Cour de cassation confirme que « la clause d’indexation excluant toute réciprocité de la variation en prévoyant que l’indexation ne s’effectuerait que dans l’hypothèse d’une variation à la hausse [contrevient] aux dispositions de l’article L. 145-39 du code de commerce et [doit] être réputée non écrite par application de l’article L. 145-15 du même code ».

Toutefois, la Cour de cassation considère que les stipulations du bail selon lesquelles « l’intention du bailleur était [de] faire [de la clause d’indexation], sans distinction de ses différentes parties, une condition essentielle et déterminante de son consentement, toutes les stipulations de cette clause revêtant un caractère essentiel » ne doit pas nécessairement conduire « à l’indivisibilité de celles-ci et [empêcher] d’opérer un choix entre elles pour n’en conserver que certaines » pour en déduire que « seule la stipulation prohibée doit être réputée non écrite ». Autrement dit, elle confirme que la variation à la hausse uniquement doit être sanctionnée mais juge que la clause d’ indexation ne doit pas pour autant être écartée dans son intégralité, ce qui permettrait de préserver le principe de l’indexation du loyer (à la hausse comme à la baisse).

Cass. , 3e civ. , 12 janvier 2022, n°21-11.169

06 décembre 2023
Le 29 novembre dernier, la préfecture de Police a présenté les périmètres autour des sites olympiques et paralympiques. Deux types de périmètres ont été mis en place : Les périmètres « organisateur » pour la sécurité des spectateurs avec billets et des personnes accréditées par Paris 2024 pendant la compétition ; Les périmètres « État […]

Découvrir l’article

12 décembre 2023
Par un arrêt en date du 16 novembre 2023, la troisième chambre civile de la Cour de cassation est venue réitérer sa position relative à l’absence de prescription d’une action tendant à voir réputer non écrite la clause d’un bail commercial introduite après l’entrée en vigueur de la loi dite « Pinel » du 18 juin 2014 […]

Découvrir l’article

28 février 2023
L’article L.145-46-1 du Code de commerce, introduit par la loi dite « Pinel », prévoit un droit de préemption au profit du preneur à bail commercial de locaux « à usage commercial ou artisanal » lorsque leur propriétaire envisage de les vendre. Retour sur les dernières actualités législatives et jurisprudentielles concernant ce texte. Champ d’application Cas des « bureaux commerciaux » […]

Découvrir l’article

26 janvier 2023
Par un arrêt en date du 11 janvier 2023, la Cour de cassation a jugé qu’une personne physique, signataire d’un bail commercial pour le compte d’une société preneuse alors en cours de constitution et d’immatriculation, ne pouvait bénéficier, une fois cette société constituée et immatriculée, d’un pacte de préférence portant sur l’immeuble dans lequel étaient […]

Découvrir l’article

11 mars 2022
En France, le secteur du bâtiment représente plus de 40% des consommations énergétiques et plus de 25% des émissions de gaz à effet de serre. Ce constat désormais bien connu a motivé, depuis plus d’une décennie, l’adoption de nombreux dispositifs par les pouvoirs publics pour améliorer la performance énergétique et environnementale du parc immobilier. Si […]

Découvrir l’article

16 septembre 2022
Les mesures adoptées par les pouvoirs publics dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid-19 dès le mois de mars 2020 ont entraîné la fermeture de nombreux locaux commerciaux ou professionnels et motivé la suspension unilatérale ou la contestation du paiement des loyers par certains preneurs pendant les périodes concernées. De nombreuses juridictions […]

Découvrir l’article