Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
7 novembre 2022

Garantie des constructeurs : pas de réception tacite en cas de contestation « constante et quasi-immédiate » des travaux

Par un arrêt rendu le 26 octobre 2022, la Cour de cassation retient que « la contestation constante et quasi-immédiate de la qualité des travaux, suivie d’une demande d’expertise judiciaire portant sur les manquements de l’entrepreneur, était de nature à rendre équivoque la volonté du maître de l’ouvrage de recevoir celui-ci » et en déduit, en l’absence de réception tacite, que la garantie décennale ne peut pas être mobilisée par le maître d’ouvrage.

En l’espèce, un maître d’ouvrage a confié en mars 2006 à la société Bati Concepta la réalisation de travaux de réaménagement d’un local. Le délai d’exécution des travaux était fixé à deux mois. La société Bati Concepta a abandonné le chantier à la mi-avril 2006. Le 16 mai 2006, des malfaçons ont été constatées par huissier de justice à la demande du maître d’ouvrage.

Après mise en demeure restée infructueuse de l’entreprise suivie d’une expertise judiciaire, le maître d’ouvrage a assigné la société Bati Concepta et son assureur, la société Allianz, en réparation des désordres affectant les travaux et en indemnisation du préjudice subi.

Allianz a contesté la mise en œuvre de sa garantie au motif que les travaux réalisés par la société Bati Concepta n’ont fait l’objet « d’aucune réception expresse ou tacite ». En particulier, l’assureur a soutenu que « les conditions de la réception tacite ne sont pas réunies puisque le chantier a été abandonné, les travaux sont inachevés et le maître de l’ouvrage a adressé une mise en demeure à l’entreprise dénonçant des malfaçons ».

De son côté, le maître d’ouvrage a soutenu que l’achèvement des travaux « n’a jamais été une condition de la réception expresse ou tacite », « la réception tacite peut être constatée quand bien même les travaux sont inachevés dès l’instant où la prise de possession s’accompagne du paiement du montant des travaux réalisés » et « le rapport d’expertise confirme que les travaux exécutés ont été payés et cette circonstance doublée de la prise de possession de l’ouvrage valent réception tacite ».

La Cour de cassation a écarté le moyen ainsi invoqué par le maître d’ouvrage, considérant que « la contestation constante et quasi-immédiate de la qualité des travaux, suivie d’une demande d’expertise judiciaire portant sur les manquements de l’entrepreneur, était de nature à rendre équivoque la volonté du maître de l’ouvrage de recevoir celui-ci ».

Pour mémoire, selon une jurisprudence établie, la Haute Juridiction considère que la prise de possession de l’ouvrage et le paiement des travaux font présumer la volonté non équivoque du maître de l’ouvrage de le recevoir avec ou sans réserves, nonobstant l’inachèvement de la totalité de l’ouvrage (Civ. 3e, 13 juill. 2016, n° 15-17.208; 30 janv. 2019, n° 18-10.197; 18 avr. 2019, n° 18-13.734).

La Cour de cassation rappelle ainsi qu’il s’agit toutefois d’une présomption simple qui peut être renversée en présence de circonstances démontrant, malgré le paiement du prix et la prise de possession de l’ouvrage, que le maître de l’ouvrage n’a pas accepté tacitement la réception de l’ouvrage. On relèvera que cet arrêt confirme une position déjà établie antérieurement (Civ. 3e, 24 mars 2016, n° 15-14.830, Civ. 3e, 1er avr. 2021, n° 20-14.975).

 

Cass. , 3e civ. , 26 octobre 2022, n° 21-22.011

16 avril 2021
Aux termes d’un arrêt rendu le 15 avril 2021, la Cour de cassation s’est prononcée sur la portée de l’acceptation pure et simple du bailleur du renouvellement d’un bail commercial « aux clauses et conditions du précédent bail ». Dans cette affaire, le preneur a sollicité le renouvellement de son bail commercial auprès de son bailleur « aux […]

Découvrir l’article

06 janvier 2023
La Cour de cassation a affirmé que l’exclusion des ventes des locaux loués par adjudication du champ d’application du droit de préemption prévu par l’article L. 145-46-1 du Code de commerce (dit « droit de préemption Pinel ») ne saurait porter atteinte au principe d’égalité et à la liberté d’entreprendre du preneur commercial Par un arrêt rendu […]

Découvrir l’article

28 février 2022
Le processus de mise en place du cadre réglementaire d’application du « décret tertiaire » se poursuit : l’arrêté du 24 novembre 2020 (dit arrêté « méthode » ou « valeurs absolues I »  va à nouveau être modifié, complété et détaillé par un nouvel arrêté « valeurs absolues II ». Le projet d’arrêté a fait l’objet d’une consultation publique, engagée le 1/01/2022 […]

Découvrir l’article

27 juin 2023
L’article L.174-3 du Code de la construction et de l’habitation (CCH) dispose que « les bâtiments à usage tertiaire, neufs ou existants, sont équipés, lorsque cela est techniquement et économiquement réalisable, de systèmes d’automatisation et de contrôle du bâtiment ». Un décret du 20 juillet 2020, modifié par un autre du 7 avril 2023 et complété par […]

Découvrir l’article

19 août 2022
La loi n° 2022-1158 du 16 août 2022 portant mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat a été publiée au Journal officiel du 17 août 2022. Elle contient notamment des mesures concernant l’indexation des loyers de certains baux commerciaux, l’indexation des loyers des baux d’habitation et le complément de loyer relatif aux baux d’habitation. […]

Découvrir l’article

07 mars 2023
Par un arrêt en date du 15 février 2023, la Cour de cassation a jugé que la vente d’un actif immobilier dépendant d’une liquidation judiciaire est une vente faite d’autorité de justice et ne résulte pas d’une décision du bailleur, de sorte que le droit de préemption prévu par l’article L.145-46-1 du Code de commerce […]

Découvrir l’article