Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
24 mars 2023

Les dark stores sont des entrepôts au sens du code de l’urbanisme et du PLU de Paris

Par une décision du 23 mars 2023, le Conseil d’Etat se prononce sur la destination des dark stores au sens du code de l’urbanisme et du PLU de Paris. Il apporte également d’importantes précisions en matière de sanctions des infractions au droit de l’urbanisme.

Pour mémoire, le juge des référés du TA de Paris a, dans une ordonnance du 5 octobre 2022, suspendu les décisions par lesquelles la maire de Paris avait mis en demeure les sociétés Gorillas Technologies France et Frichti de restituer dans leur état d’origine plusieurs locaux qu’elles occupent.

Le juge des référés avait en effet retenu comme moyens propres à créer un doute sérieux quant à la légalité de ces décisions :

(i) le moyen tiré d’une méconnaissance du champ d’application de l’article L. 481-1 du code de l’urbanisme dès lors que les locaux occupés n’avaient pas fait l’objet de travaux ;

(ii) le moyen tiré de ce que les dark stores « correspondraient à la définition d’espace de logistique urbaine au sens du règlement du PLU de la ville de Paris » (i.e. à la destination CINASPIC, non concernée par l’interdiction de l’article UG.2.2.2 du PLU de Paris).

En premier lieu, le Conseil d’Etat – saisi d’un pourvoi en cassation par la ville de Paris – considère que, si les dispositions de l’article L. 481-1 du code de l’urbanisme font référence aux « travaux », elles sont cependant applicables à l’ensemble des opérations soumises à formalité d’urbanisme ou dispensées, à titre dérogatoire, d’une telle formalité, et qui auraient été entreprises ou exécutées irrégulièrement.

Il en est notamment ainsi des changements de destination qui, en vertu de l’article R. 421-17 du code de l’urbanisme, sont soumis à déclaration préalable (DP), alors même qu’ils n’impliquent pas de travaux. En d’autres termes, tout changement de destination soumis à DP, qui n’aurait pas été autorisé, peut faire l’objet d’une mise en demeure sur le fondement de l’article L. 481-1 du code de l’urbanisme.

En second lieu, le Conseil d’Etat rappelle que la ville de Paris doit se référer aux destinations de l’article R. 151-27 du code de l’urbanisme pour apprécier l’existence d’un changement de destination, et exiger le cas échéant le dépôt d’une DP. Ce n’est qu’ensuite, dans l’hypothèse où un changement de destination est constaté, qu’elle doit appliquer les règles sur les destinations fixées par le PLU, pour examiner si la destination des locaux envisagée est possible (v. en ce sens, CE 7 juillet 2022, n° 454789, commentée ici).

Appliquant cette grille de lecture, le Conseil d’Etat considère que les locaux concernés sont « désormais destinés à la réception et au stockage ponctuel de marchandises, afin de permettre une livraison rapide de clients par des livreurs à bicyclette », et doivent être considérés comme des entrepôts au sens de l’article R. 151-27 du code de l’urbanisme, même si des points de retrait peuvent y être installés (dans la lignée de la réponse ministérielle du 15 février 2023 que nous avons commentée ici).

Dès lors que ces locaux ne correspondent plus à des commerces, leur occupation constitue un changement de destination soumis à DP.

La Haute-Juridiction estime ensuite que l’occupation des locaux ne correspond pas à une fonction de logistique urbaine – pouvant les faire entrer dans la catégorie des CINASPIC – mais « a pour objet de permettre l’entreposage et le reconditionnement de produits non destinés à la vente aux particuliers dans ces locaux », ce qui correspond à une activité relevant de la destination « Entrepôt » au sens des dispositions du PLU de Paris.

Or, selon les dispositions de l’article UG. 2.2.2 du règlement du PLU, la transformation en entrepôt de locaux existants en rez-de-chaussée sur rue est interdite, rendant insusceptible de régularisation la situation des sociétés concernées. La ville de Paris était donc en droit de s’opposer à cette transformation.

Par conséquent, le Conseil d’Etat annule la suspension qui avait été prononcée par le juge des référés du TA de Paris.

Conseil d’Etat 23 mars 2023, n° 468360

24 juin 2022
Par une décision du 13 juin 2022, le Conseil d’État précise qu’en l’absence de tout transfert de propriété ou de jouissance du lot dont aurait résulté la division d’un terrain, le bénéficiaire d’un arrêté de non-opposition à déclaration préalable de lotissement ne peut se prévaloir, à l’occasion d’une demande de permis de construire, de la […]

Découvrir l’article

29 décembre 2022
Par une décision du 22 décembre 2022, le Conseil d’Etat considère qu’au titre de ses pouvoirs de police spéciale, le maire peut ordonner à l’auteur de travaux irréguliers soit de solliciter l’autorisation ou la déclaration nécessaire, soit de mettre la construction en cause en conformité y compris, si la mise en conformité l’impose, en procédant […]

Découvrir l’article

06 décembre 2022
Le Conseil d’État confirme que la délivrance des titres d’occupation du domaine privé des personnes publiques n’est pas soumise aux obligations de publicité et de mise en concurrence prévues par l’article 12 de la Directive Services puisqu’ils ne constituent pas une autorisation pour l’accès à une activité de service ou à son exercice. Ainsi que […]

Découvrir l’article

02 décembre 2022
En droit immobilier, les baux commerciaux ont fait l’objet de plusieurs arrêts rendus au cours de ces dernières semaines : on retiendra notamment que la Cour de cassation a réaffirmé la position qu’elle avait adoptée dans ses arrêts du 30 juin 2022, selon laquelle les loyers commerciaux restent dus par le preneur, même en cas […]

Découvrir l’article

En droit immobilier, les vacances estivales ont été marquées par la publication par la Chancellerie de l’avant-projet de réforme du droit des contrats spéciaux (concernant notamment les contrats de vente, de location, de prêt, de dépôt, d’entreprise ou encore de mandat) et le lancement d’une consultation publique sur ce texte. Le législateur a par ailleurs […]

Découvrir l’article

02 décembre 2021
Le Conseil d’État précise, dans une décision du 24 novembre 2021, les modalités d’appréciation de la nature et de l’intensité du risque devant guider le classement des terrains lors de l’élaboration d’un plan de prévention des risques d’inondation (PPRI). Le Conseil d’État rappelle tout d’abord que le classement de terrains par un PPRI a pour […]

Découvrir l’article