Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
24 mars 2023

Les dark stores sont des entrepôts au sens du code de l’urbanisme et du PLU de Paris

Par une décision du 23 mars 2023, le Conseil d’Etat se prononce sur la destination des dark stores au sens du code de l’urbanisme et du PLU de Paris. Il apporte également d’importantes précisions en matière de sanctions des infractions au droit de l’urbanisme.

Pour mémoire, le juge des référés du TA de Paris a, dans une ordonnance du 5 octobre 2022, suspendu les décisions par lesquelles la maire de Paris avait mis en demeure les sociétés Gorillas Technologies France et Frichti de restituer dans leur état d’origine plusieurs locaux qu’elles occupent.

Le juge des référés avait en effet retenu comme moyens propres à créer un doute sérieux quant à la légalité de ces décisions :

(i) le moyen tiré d’une méconnaissance du champ d’application de l’article L. 481-1 du code de l’urbanisme dès lors que les locaux occupés n’avaient pas fait l’objet de travaux ;

(ii) le moyen tiré de ce que les dark stores « correspondraient à la définition d’espace de logistique urbaine au sens du règlement du PLU de la ville de Paris » (i.e. à la destination CINASPIC, non concernée par l’interdiction de l’article UG.2.2.2 du PLU de Paris).

En premier lieu, le Conseil d’Etat – saisi d’un pourvoi en cassation par la ville de Paris – considère que, si les dispositions de l’article L. 481-1 du code de l’urbanisme font référence aux « travaux », elles sont cependant applicables à l’ensemble des opérations soumises à formalité d’urbanisme ou dispensées, à titre dérogatoire, d’une telle formalité, et qui auraient été entreprises ou exécutées irrégulièrement.

Il en est notamment ainsi des changements de destination qui, en vertu de l’article R. 421-17 du code de l’urbanisme, sont soumis à déclaration préalable (DP), alors même qu’ils n’impliquent pas de travaux. En d’autres termes, tout changement de destination soumis à DP, qui n’aurait pas été autorisé, peut faire l’objet d’une mise en demeure sur le fondement de l’article L. 481-1 du code de l’urbanisme.

En second lieu, le Conseil d’Etat rappelle que la ville de Paris doit se référer aux destinations de l’article R. 151-27 du code de l’urbanisme pour apprécier l’existence d’un changement de destination, et exiger le cas échéant le dépôt d’une DP. Ce n’est qu’ensuite, dans l’hypothèse où un changement de destination est constaté, qu’elle doit appliquer les règles sur les destinations fixées par le PLU, pour examiner si la destination des locaux envisagée est possible (v. en ce sens, CE 7 juillet 2022, n° 454789, commentée ici).

Appliquant cette grille de lecture, le Conseil d’Etat considère que les locaux concernés sont « désormais destinés à la réception et au stockage ponctuel de marchandises, afin de permettre une livraison rapide de clients par des livreurs à bicyclette », et doivent être considérés comme des entrepôts au sens de l’article R. 151-27 du code de l’urbanisme, même si des points de retrait peuvent y être installés (dans la lignée de la réponse ministérielle du 15 février 2023 que nous avons commentée ici).

Dès lors que ces locaux ne correspondent plus à des commerces, leur occupation constitue un changement de destination soumis à DP.

La Haute-Juridiction estime ensuite que l’occupation des locaux ne correspond pas à une fonction de logistique urbaine – pouvant les faire entrer dans la catégorie des CINASPIC – mais « a pour objet de permettre l’entreposage et le reconditionnement de produits non destinés à la vente aux particuliers dans ces locaux », ce qui correspond à une activité relevant de la destination « Entrepôt » au sens des dispositions du PLU de Paris.

Or, selon les dispositions de l’article UG. 2.2.2 du règlement du PLU, la transformation en entrepôt de locaux existants en rez-de-chaussée sur rue est interdite, rendant insusceptible de régularisation la situation des sociétés concernées. La ville de Paris était donc en droit de s’opposer à cette transformation.

Par conséquent, le Conseil d’Etat annule la suspension qui avait été prononcée par le juge des référés du TA de Paris.

Conseil d’Etat 23 mars 2023, n° 468360

29 décembre 2022
Par un arrêt du 25 novembre 2022, la cour administrative d’appel de Nantes a considéré – sous l’empire des anciennes dispositions relatives à la taxe d’aménagement (TA) – que le titulaire d’un permis de construire (PC) ayant conclu une convention de projet urbain partenarial (PUP) ne pouvait bénéficier de l’exonération de la part communale ou […]

Découvrir l’article

11 juillet 2022
Par un arrêt rendu le 7 juillet 2022, la CAA de Paris ne prononce que l’annulation partielle du permis de construire et des deux permis modificatifs portant sur la construction du centre nautique d’Aubervilliers. Par des arrêtés du 21 juillet 2021, 26 octobre 2021 et 28 avril 2022, la maire d’Aubervilliers a accordé à cette […]

Découvrir l’article

26 février 2024
Une réponse ministérielle clarifie le régime des travaux d’extension du réseau d’électricité pour les projets soumis à autorisation d’urbanisme. Selon l’article L. 332-15 du code de l’urbanisme, le bénéficiaire d’un permis de construire est tenu de financer les équipements propres de son projet, dont le raccordement au réseau électrique s’il n’excède pas 100 mètres. Au-delà, […]

Découvrir l’article

05 octobre 2022
Par un arrêt signalé du 30 septembre 2022, la CAA de Versailles considère qu’à défaut d’encadrement par le code de l’urbanisme ou le PLU, les extensions de constructions existantes ne sauraient être limitées. La Cour définit l’extension comme une construction qui présente un lien de continuité physique et fonctionnelle avec la construction existante dont elle […]

Découvrir l’article

18 mars 2024
Aux termes d’une décision du Conseil d’Etat du 11 mars 2024, l’application des articles L. 600-5 et L. 600-5-1 du code de l’urbanisme – permettant la régularisation de l’autorisation d’urbanisme en cours d’instance – est exclue lorsque celle-ci a été obtenue par fraude. Dans cette affaire, pour bénéficier des dispositions dérogatoires du PLU applicables aux […]

Découvrir l’article

23 décembre 2021
Deux arrêtés ont été publiés le 16 décembre 2021 pour l’application du décret n° 2021-1548 du 30 novembre 2021 relatif aux attestations de prise en compte des exigences de performance énergétique et environnementale et à la réalisation d’une étude de faisabilité relative aux diverses solutions d’approvisionnement en énergie pour les constructions de bâtiments en France […]

Découvrir l’article