Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
16 novembre 2023

LLC mettant gratuitement à disposition un immeuble qu’elle détient : absence d’activité lucrative

Par une décision du 13 novembre 2023, le Conseil d’Etat a cassé une décision d’une cour administrative d’appel et jugé que la mise à disposition gratuite, par une LLC de biens immobiliers au profit des parents de son associé ne saurait caractériser, par elle-même, une activité lucrative justifiant de l’assujettir à l’impôt sur les sociétés.

Dans l’affaire en cause, une LLC incorporée en Californie détenait deux biens immobiliers en France, dont l’un était mis à gratuitement à la disposition des parents de l’associé de la LLC et dont l’autre servait de logement de fonction à un employé des parents de l’associé et à la compagne de celui-ci et cette LLC avait été soumise à une taxation d’office à l’impôt sur les sociétés.

Pour valider cette taxation d’office, la Cour Administrative d’Appel (CAA Marseille, 17 mars 2022, n°19MA05309)  a procédé en deux temps. Elle a certes d’abord refusé d’assimiler la LLC, au vu de ses modalités de constitution et de fonctionnement, à une société de capitaux passible de l’impôt sur les sociétés mais elle a ensuite considéré dans un deuxième temps que son activité en France avait un caractère lucratif, ce qui conduit in fine à l’imposer à l’impôt sur les sociétés au titre de son activité de mise à disposition gratuite d’immeubles qu’elle détient.

Au cas particulier, le Conseil d’Etat n’était pas invité à se prononcer sur la 1ère étape du raisonnement de la CAA, à savoir l’assimilation (contestable selon nous) de la LLC à une société de personnes.

C’est donc uniquement la deuxième étape du raisonnement, qui a attribué un caractère lucratif à l’activité de la LLC et lui a conféré la qualité de société passible de l’impôt sur les sociétés, que le Conseil d’Etat a examiné et censuré pour erreur de qualification juridique, dans la mesure où la société se bornait à mettre gratuitement un bien immobilier à disposition des parents de son associé.

L’affaire a donc été renvoyée devant la Cour Administrative d’Appel de Marseille pour déterminer le caractère lucratif de l’activité de la LLC.

Conseil d’Etat, 8e et 3e ch. réunies, 13 novembre 2023, n° 465852

16 février 2022
Dans l’hypothèse où un contribuable achète un immeuble en payant les droits d’enregistrement au taux plein (5,81%) et prend ultérieurement un engagement de construire dans un acte complémentaire afin de bénéficier du droit d’enregistrement réduit de 125€, il ne peut obtenir le remboursement du trop payé de droits d’enregistrement que s’il dépose sa réclamation avant […]

Découvrir l’article

26 mai 2023
La cour administrative d’appel de Lyon vient de rappeler que le prix de revient d’un élément d’actif n’est opposable à l’administration, pour la constitution d’une provision pour dépréciation, que dans la mesure où la décision d’acquérir cet élément d’actif, lorsqu’elle a été prise, ainsi que le prix alors consenti au vendeur, peuvent être regardés comme […]

Découvrir l’article

10 février 2023
La cour administrative d’appel de Lyon apporte un éclairage intéressant sur les situations dans lesquelles des prestations para-hôtelières sont considérées comme étant proposées dans des conditions similaires à celles proposées dans le secteur hôtelier. Au cas particulier, une indivision offrait en location meublée un appartement par l’intermédiaire d’une société prestataire avec laquelle elle avait conclu […]

Découvrir l’article

05 juillet 2024
Le Conseil d’Etat avait jugé en 2020 que la convention fiscale applicable entre la France et la Belgique ne faisait pas obstacle à l’imposition en France de la plus-value réalisée par un résident belge sur la cession de parts d’une société civile immobilière française à prépondérance immobilière (Conseil d’Etat, 24 février 2020 n° 436392), alors […]

Découvrir l’article

26 juin 2021
Saisie d’une question préjudicielle par une juridiction autrichienne (tribunal fédéral des finances d’Autriche), la CJUE confirme qu’un immeuble donné en location dans un État membre ne constitue pas un établissement stable, en matière de TVA, si le propriétaire ne dispose pas de personnel propre dans cet Etat pour réaliser les prestations en rapport avec la […]

Découvrir l’article

07 juillet 2023
Le Conseil d’Etat vient de rendre une décision dans laquelle il a rejeté la qualification de marchand de biens à des contribuables personnes physiques ayant effectué plusieurs d’opérations d’achat-revente dès lors que ces immeubles étaient à chaque fois affectés à leur résidence principale. En principe, les gains et le chiffre d’affaire réalisés à l’occasion de […]

Découvrir l’article