Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
7 juillet 2023

L’occupation d’un immeuble comme résidence principale fait échec à l’activité de marchand de biens, sauf en cas d’abus

Le Conseil d’Etat vient de rendre une décision dans laquelle il a rejeté la qualification de marchand de biens à des contribuables personnes physiques ayant effectué plusieurs d’opérations d’achat-revente dès lors que ces immeubles étaient à chaque fois affectés à leur résidence principale.

En principe, les gains et le chiffre d’affaire réalisés à l’occasion de la cession d’immeubles sont imposables à l’impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) et passibles de la TVA lorsque ces cessions sont faites par un contribuable qui se livre habituellement à une activité de marchand de biens sauf pour l’intéressé à établir :

  • soit que les immeubles vendus avaient été acquis pour satisfaire des besoins personnels ou familiaux (et de ce fait, que leur vente relevait de la simple gestion d’un patrimoine personnel) ;
  • soit que les immeubles en cause constituent la résidence principale des cédants.

C’est sur ce dernier point que le Conseil d’Etat s’est prononcé.

En l’espèce, un couple avait procédé à 9 opérations d’achat-revente de terrains et de biens immobiliers et avait placé à chaque fois ces cessions sous le régime d’exonération d’impôt sur le revenu applicable aux cessions de résidence principale, ainsi qu’en franchise de TVA.

L’administration fiscale, suivi en cela par la cour administrative d’appel de Bordeaux, avait considéré que le couple avait agi comme des marchands de biens eu égard aux éléments suivants : « le nombre d’opérations réalisées sur la période, du court délai qui séparait l’achèvement des travaux de construction des maisons de leur vente, et de la circonstance qu’avant même d’avoir réalisé les ventes, les contribuables avaient déjà acquis de nouveaux terrains« .

Le Conseil d’Etat a cassé l’arrêt de la cour administrative d’appel de Bordeaux aux motifs que les contribuables ne pouvaient être regardés comme ayant la qualité de marchand de biens dès lors que l’administration fiscale n’avait :

  • ni remis en cause l’affectation à la résidence principale des immeubles cédés,
  • ni invoqué l’abus de droit.

Ainsi, le Conseil d’Etat vient confirmer que l’affectation d’un immeuble à la résidence principale du contribuable fait obstacle à la qualification de marchands de biens en faisant toutefois deux réserves importantes (i) l’abus de droit et (ii) la preuve de l’affectation du bien.

Il convient donc de rester prudent puisque la question de savoir si les opérations réalisées constitueraient ou non un abus de droit n’a pas été tranchée.

Conseil d’Etat, 14 juin 2023, n° 461960

20 mai 2022
Dans le prolongement de l’affaire Icade Promotion (CJUE, 30 septembre 2021, affaire C-299/20), le Conseil d’Etat, dans un arrêt du 12 mai 2022, rejette le pourvoi de la société Icade Promotion et confirme l’interprétation du régime sur la marge donnée par la CJUE (voir notre post précédent). Sans apporter plus de précisions, le Conseil d’Etat […]

Découvrir l’article

Ce mois-ci, le juge administratif a apporté d’utiles précisions en matière de contentieux de l’urbanisme : après avoir consacré le bénéfice de la cristallisation des moyens au contentieux des permis de construire (PC) valant autorisation d’exploitation commerciale, puis confirmé logiquement l’obligation de notification à l’auteur et au bénéficiaire du PC de l’appel ou du pourvoi […]

Découvrir l’article

03 novembre 2022
Pour mémoire, lorsqu’un contrat de bail prévoit la remise gratuite au bailleur, en fin de bail, des édifications et aménagements réalisés par le preneur, l’administration et la jurisprudence considèrent que la valeur de l’avantage ainsi accordé au bailleur constitue un complément de loyer imposable au titre de l’année d’expiration ou de résiliation du bail (BOI-RFPI-BASE-10-30, […]

Découvrir l’article

20 octobre 2023
Dans un amendement au projet de loi de finances pour 2024 déposé le 17 octobre 2023, le Gouvernement propose d’exclure expressément la location de locaux meublés ou d’établissements commerciaux ou industriels équipés du champ d’application des articles 787 B et 787 C du code général des impôts (Pacte Dutreil). Pour rappel, une série de décisions […]

Découvrir l’article

19 mai 2022
Les précisions doctrinales relatives à l’assujettissement à la TVA des subventions et indemnités viennent d’être regroupées dans un BOFiP qui y est entièrement consacré. A cette occasion, l’administration lance une consultation publique sur le régime TVA applicables aux indemnités suivantes : Indemnités de résiliation anticipée Reprenant la jurisprudence Catleya du Conseil d’Etat (Conseil d’Etat, 27 […]

Découvrir l’article

17 novembre 2023
Le Conseil d’Etat a considéré que la suppression de la référence à l’activité de construction-vente dans l’objet social d’une société ayant bénéficié du régime dérogatoire des SCCV n’a pas d’incidence sur l’exonération d’impôt sur les sociétés si elle ne s’accompagne pas également d’une modification de son activité réelle. Au cas particulier, une société civile immobilière […]

Découvrir l’article