Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
6 mars 2024

Motivation du certificat d’urbanisme mentionnant la possibilité d’un sursis à statuer

Dans cette affaire, un propriétaire a déposé, le même jour, deux demandes de certificat d’urbanisme (CU), l’un informatif, et l’autre opérationnel et portant sur la réalisation d’un lotissement résidentiel.

Le maire a délivré un CU informatif et un CU opérationnel positif, ce dernier mentionnant la possibilité que soit opposé un sursis à statuer à une demande d’autorisation ultérieure, compte tenu de l’élaboration en cours du PLU de la commune.

Le propriétaire a alors contesté ce CU devant le tribunal administratif, puis la cour administrative d’appel, en tant qu’il mentionne la possibilité d’opposer un tel sursis à statuer.

D’abord, la Cour écarte la fin de non-recevoir opposée par la commune au motif que des CU successivement délivrés, et, par suite, les mentions qu’ils comportent, n’ont pas, eu égard à leur objet, le caractère de décisions confirmatives.

Ensuite, la Cour rappelle que l’article L. 410-1 du code de l‘urbanisme, dans sa version issue de la loi ELAN du 23 novembre 2018, exige désormais que lorsque le CU mentionne la possibilité d’un sursis à statuer, il « précise alors expressément laquelle ou lesquelles des circonstances prévues aux deuxième à sixième alinéas de l’article L. 424-1 permettraient d’opposer le sursis à statuer ».

Selon elle, il ressort des débats parlementaires de la loi précitée que, dans un objectif de transparence et de sécurité juridique des porteurs de projet, le CU doit, pour remplir l’obligation légale, préciser, d’une part, le cas de figure permettant d’opposer un sursis à statuer, mais également, d’autre part, en quoi ce cas est susceptible de s’appliquer au terrain considéré.

Au cas d’espèce, faute de ces informations et dès lors que l’état d’avancement du PLU permettait de connaître le futur zonage (agricole) du terrain et d’apprécier la compatibilité du projet (suffisamment décrit dans la demande) avec les futures règles d’urbanisme, la mention du sursis à statuer dans le CU contesté était entachée d’une insuffisance de motivation. Cette mention, divisible du reste du CU, est donc annulée.

Cette décision est intéressante puisqu’elle précise le niveau d’exigence attendu dans la motivation de la mention des sursis à statuer dans les CU, mais sa portée devrait néanmoins rester limitée.

En effet, l’omission, dans le CU, de la mention de la possibilité de sursoir à statuer – bien qu’illégale – ne fait pas obstacle à ce que l’autorité compétente oppose un sursis à statuer à une demande d’autorisation d’urbanisme ultérieure si, à la date du CU, les conditions du sursis étaient réunies (CE 3 avril 2014, n° 362735).

CAA Lyon 20 février 2024 n° 22LY03400

23 février 2022
Par un arrêt rendu le 15 février 2022, la cour administrative d’appel (CAA) de Bordeaux confirme l’annulation sans effet différé du plan local d’urbanisme intercommunal valant programme local de l’habitat (PLUIH) de Toulouse Métropole. Pour mémoire, par un jugement du 30 mars 2021, le tribunal administratif de Toulouse avait annulé le PLUIH, après avoir considéré […]

Découvrir l’article

30 novembre 2022
Par une décision du 23 novembre 2022, le Conseil d’Etat a confirmé la légalité du décret portant sur l’évaluation environnementale des documents d’urbanisme et des unités touristiques nouvelles. Le décret n° 2021-1345 du 13 octobre 2021 portant modification des dispositions relatives à l’évaluation environnementale des documents d’urbanisme et des unités touristiques nouvelles a été pris en […]

Découvrir l’article

06 octobre 2022
Pour apprécier l’intérêt à agir d’un requérant contre un permis de construire, l’environnement du projet doit être pris en compte dans sa situation à la date d’affichage de la demande du permis contesté, et non dans son état ultérieur. En application de l’article L. 600-3-1 du code de l’urbanisme (« sauf pour le requérant à justifier […]

Découvrir l’article

14 octobre 2021
Le Conseil d’État rappelle qu’au sein de la région d’Île-de-France, les schémas de cohérence territoriale (SCOT) et, en leur absence, les plans locaux d’urbanisme (PLU), les documents en tenant lieu et les cartes communales sont soumis à une obligation de compatibilité avec le schéma directeur de cette région. Reprenant le considérant de principe issu de […]

Découvrir l’article

18 octobre 2021
Le Conseil d’État précise que lorsque l’autorité administrative, saisie d’une demande relative à des travaux projetés sur une construction irrégulière mais qui ne porte pas sur la régularisation de ladite construction, a illégalement accordé l’autorisation de construire au lieu de la refuser, cette illégalité ne peut être regardée comme un vice susceptible de faire l’objet […]

Découvrir l’article

16 décembre 2022
Aux termes de deux réponses ministérielles, le champ d’application du permis d’aménager modificatif et celui des sanctions encourues en cas d’infraction au lotissement ont été précisés. S’agissant tout d’abord du champ d’application du permis d’aménager (PA) modificatif, le ministre rappelle les grands principes selon lesquels : seul un PA en cours de validité peut faire l’objet […]

Découvrir l’article