Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
28 octobre 2022

Responsabilité contractuelle de droit commun du constructeur : l’action se prescrit par 10 ans à compter de la réception

Par un arrêt du 7 septembre 2022, la Cour de cassation réaffirme que le délai dont dispose un maître d’ouvrage pour agir sur le fondement de la « responsabilité contractuelle pour faute prouvée des constructeurs est de dix ans à compter de la réception ».

En l’espèce, la société Foncière Saint-Honoré, en qualité de maître d’ouvrage, a fait rénover les parties communes d’un immeuble et a vendu les appartements par lots à des copropriétaires qui ont aménagé leurs parties privatives.

Postérieurement à la réception intervenue le 3 octobre 2005, plusieurs désordres structurels ainsi que des non-conformités relatives à la sécurité des occupants de l’immeuble ont été constatés. Par assignation du 4 avril 2007, le syndicat des copropriétaires a sollicité la désignation d’un expert, nommé par ordonnance du tribunal le 25 avril 2007. Par acte du 4 novembre 2015, le syndicat des copropriétaires a assigné l’entreprise générale et son assureur en réparation des désordres.

La cour d’appel a jugé que l’assignation au fond du syndicat des copropriétaires du 4 novembre 2015 était tardive au regard de la date de réception des travaux et a donc rejeté les demandes du syndicat des copropriétaires à l’encontre de l’entreprise générale et de son assureur, déclarant que l’action était irrecevable comme prescrite.

La Haute Juridiction a cassé l’arrêt de la cour d’appel, au motif que l’action engagée par le syndicat des copropriétaires, bien qu’engagée plus de dix après la date de réception des travaux litigieux, n’était pas prescrite dès lors que le syndicat des copropriétaires avait fait délivrer une assignation en référé, laquelle avait interrompu le délai pour agir.

La Cour de cassation rappelle à cette occasion que l’assignation en référé est un acte interruptif de prescription.

Pour mémoire :

La loi du 17 juin 2008 portant réforme de la prescription en matière civile a réduit de dix ans à cinq ans le délai de prescription de droit commun. Cependant, l’article 1792-4-3 du code civil dispose qu’ « en dehors des actions régies par les articles 1792-3, 1792-4-1 et 1792-4-2, les actions en responsabilité dirigées contre les constructeurs désignés aux articles 1792 et 1792-1 et leurs sous-traitants se prescrivent par dix ans à compter de la réception des travaux ».

Cass. 3e civ. , 7 septembre 2022, n° 21-19.266

20 septembre 2021
Le décret n°2019-771 du 23 juillet 2019, dit « Décret Tertiaire », entré en vigueur le 01/10/19, fait d’ores et déjà l’objet de modifications, visant principalement à élargir son champ d’application, assouplir le calendrier pour les 1ères déclarations et apporter quelques précisions. Voici un tour d’horizon des dernières évolutions et de celles à venir en la matière. […]

Découvrir l’article

16 septembre 2022
Les mesures adoptées par les pouvoirs publics dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid-19 dès le mois de mars 2020 ont entraîné la fermeture de nombreux locaux commerciaux ou professionnels et motivé la suspension unilatérale ou la contestation du paiement des loyers par certains preneurs pendant les périodes concernées. De nombreuses juridictions […]

Découvrir l’article

12 août 2022
Le décret n° 2022-1143 du 9 août 2022, paru au journal officiel du 11 août 2022, reporte du 1er septembre 2022 au 1er avril 2023 la date d’entrée en vigueur de l’obligation de réalisation d’un audit énergétique réglementaire pour la vente des logements individuels et des immeubles collectifs en monopropriété de classe DPE F ou […]

Découvrir l’article

27 janvier 2023
Par trois arrêts rendus le 30 juin 2022, la Cour de cassation s’est prononcée en faveur des bailleurs en affirmant que l’obligation de paiement des loyers n’a été ni suspendue, ni neutralisée pendant le confinement. Cette position, largement reprise depuis lors en 1ère instance et en appel, a été réaffirmée par la Haute juridiction par […]

Découvrir l’article

30 juin 2023
Par un arrêt du 11 mai 2023, la Cour de cassation a approuvé les juges du fond qui ont jugé, par une interprétation souveraine, qu’en présence d’une lettre d’intention d’achat stipulant qu’en cas d’acceptation de l’offre, un acte sous seing privé serait établi pour préciser toutes les modalités de la vente et l’ensemble des conditions […]

Découvrir l’article

31 octobre 2023
Par un arrêt en date du 6 juillet 2023, la Cour de cassation a rappelé qu’en cas de servitude occulte non déclarée lors d’une vente immobilière, le principe de l’octroi à l’acquéreur lésé d’une indemnisation n’est pas conditionné à la démonstration préalable de la gravité que revêt cette servitude occulte pour ce dernier. En l’espèce, […]

Découvrir l’article