Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
28 octobre 2022

Responsabilité contractuelle de droit commun du constructeur : l’action se prescrit par 10 ans à compter de la réception

Par un arrêt du 7 septembre 2022, la Cour de cassation réaffirme que le délai dont dispose un maître d’ouvrage pour agir sur le fondement de la « responsabilité contractuelle pour faute prouvée des constructeurs est de dix ans à compter de la réception ».

En l’espèce, la société Foncière Saint-Honoré, en qualité de maître d’ouvrage, a fait rénover les parties communes d’un immeuble et a vendu les appartements par lots à des copropriétaires qui ont aménagé leurs parties privatives.

Postérieurement à la réception intervenue le 3 octobre 2005, plusieurs désordres structurels ainsi que des non-conformités relatives à la sécurité des occupants de l’immeuble ont été constatés. Par assignation du 4 avril 2007, le syndicat des copropriétaires a sollicité la désignation d’un expert, nommé par ordonnance du tribunal le 25 avril 2007. Par acte du 4 novembre 2015, le syndicat des copropriétaires a assigné l’entreprise générale et son assureur en réparation des désordres.

La cour d’appel a jugé que l’assignation au fond du syndicat des copropriétaires du 4 novembre 2015 était tardive au regard de la date de réception des travaux et a donc rejeté les demandes du syndicat des copropriétaires à l’encontre de l’entreprise générale et de son assureur, déclarant que l’action était irrecevable comme prescrite.

La Haute Juridiction a cassé l’arrêt de la cour d’appel, au motif que l’action engagée par le syndicat des copropriétaires, bien qu’engagée plus de dix après la date de réception des travaux litigieux, n’était pas prescrite dès lors que le syndicat des copropriétaires avait fait délivrer une assignation en référé, laquelle avait interrompu le délai pour agir.

La Cour de cassation rappelle à cette occasion que l’assignation en référé est un acte interruptif de prescription.

Pour mémoire :

La loi du 17 juin 2008 portant réforme de la prescription en matière civile a réduit de dix ans à cinq ans le délai de prescription de droit commun. Cependant, l’article 1792-4-3 du code civil dispose qu’ « en dehors des actions régies par les articles 1792-3, 1792-4-1 et 1792-4-2, les actions en responsabilité dirigées contre les constructeurs désignés aux articles 1792 et 1792-1 et leurs sous-traitants se prescrivent par dix ans à compter de la réception des travaux ».

Cass. 3e civ. , 7 septembre 2022, n° 21-19.266

29 mars 2021
Aux termes d’une décision rendue au fond le 23 mars 2021, le Tribunal judiciaire de La Rochelle s’est prononcé sur la question de l’exigibilité des loyers pendant la période de fermeture administrative du premier confinement. Dans cette affaire, un preneur exerçant une activité de prêt à porter dans une galerie commerciale a notamment invoqué la […]

Découvrir l’article

28 juillet 2021
La Cour de cassation a été saisie d’une demande d’avis du Tribunal judiciaire de Chartres sur la question de l’application de l’exception d’inexécution, de la force majeure et de la perte partielle de la chose louée pour suspendre l’obligation de paiement des loyers pendant les périodes de fermetures administratives des locaux loués dans le contexte […]

Découvrir l’article

14 mars 2023
Après plusieurs années de conditions attractives de financement et de taux de capitalisation faibles, le marché de l’immobilier d’entreprise s’inquiète du contexte économique : inflation, hausse des taux d’intérêts, augmentation des coûts de construction, etc. Il en résulte, dans certains dossiers, une inadéquation entre le prix offert par les acquéreurs et les attentes des vendeurs. […]

Découvrir l’article

09 janvier 2024
Un arrêté du 26 décembre 2023 publié au Journal officiel du 29 décembre 2023 a été pris en application de l’article R.122-32 du CCH (dans sa rédaction résultant d’un décret du 12 décembre 2023), qui prévoit l’obligation d’établir une attestation permettant au maître d’ouvrage de s’assurer du respect de la réglementation acoustique applicable aux bâtiments […]

Découvrir l’article

12 octobre 2021
La Cour de cassation avait été saisie, le 9 juillet 2021, d’une demande d’avis par le Tribunal judiciaire de Chartres sur la question de l’application de l’exception d’inexécution, de la force majeure et de la perte partielle de la chose louée pour suspendre l’obligation de paiement des loyers pendant les périodes de fermetures administratives des […]

Découvrir l’article

12 mai 2023
Par un arrêt en date du 25 janvier 2023, la Cour de cassation a jugé que le preneur à bail commercial expulsé par application d’une décision de justice infirmée est en droit de se voir octroyer une indemnité réparant sa perte d’exploitation au motif qu’il a été privé de la possibilité de poursuivre son activité […]

Découvrir l’article