Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
7 février 2024

Une demande de permis de construire valant division doit comporter un projet de statuts d’ASL

Par un arrêt du 26 janvier 2024, la cour administrative d’appel de Nantes a jugé qu’une simple attestation par laquelle le demandeur d’un permis de construire valant division (PCVD) s’engage à constituer une association syndicale libre (ASL) était insuffisante. 

En effet, l’article R. 431-24 du Code de l’urbanisme dispose que lorsqu’un projet porte « sur la construction, sur une unité foncière ou sur plusieurs unités foncières contiguës, de plusieurs bâtiments dont le terrain d’assiette comprenant une ou plusieurs unités foncières contiguës, doit faire l’objet d’une division en propriété ou en jouissance avant l’achèvement de l’ensemble du projet », et implique la création de voies ou espaces communs dont la propriété ne sera pas dévolue aux acquéreurs ni transférée dans le domaine de la commune, le dossier présenté à l’appui de la demande doit comporter le « projet de constitution d’une association syndicale des acquéreurs ».

Sans doute par mimétisme avec les opérations de lotissement pour lesquelles il est demandé, aux termes de l’article R. 442-7 du Code de l’urbanisme, de compléter la demande de permis d’aménager par « l’engagement du lotisseur que sera constituée une association syndicale des acquéreurs de lots », le pétitionnaire a dû considérer en l’espèce qu’une attestation dans laquelle il exprimait un tel engagement était suffisante.

Mais la cour administrative d’appel de Nantes a semble-t-il voulu retenir une application littérale de l’article R. 431-24 précité du Code de l’urbanisme en considérant qu’un « projet de constitution d’une association syndicale des acquéreurs » devait s’entendre par la production, au stade de la demande de permis, d’un projet de statuts d’ASL.

Au-delà de la différence de traitement entre le lotissement et le PCVD qui n’apparaît pas justifiée, cette solution pose plusieurs interrogations. D’abord, elle s’inscrit en porte-à-faux par rapport à l’un des grands principes de la réforme de 2007 par laquelle il devait être mis fin à la pratique d’exiger du pétitionnaire la production de pièces relevant du droit privé. Elle présente ensuite une difficulté pratique puisque la rédaction de statuts d’ASL à un stade avancé d’un projet, mais encore susceptible de modifications, est un exercice particulièrement périlleux.

CAA de Nantes, 26 janvier 2024 n° 22NT02001

03 novembre 2021
La commission pour la relance durable de la construction de logements, dite commission Rebsamen, a remis au Premier ministre le 28 octobre 2021 le tome II de son rapport, axé sur l’approfondissement du contrat local et certaines autres mesures nationales. Cette publication complète le tome I de ce rapport, que la commission avait remis au […]

Découvrir l’article

30 juin 2022
Par une décision du 22 juin 2022, le Conseil d’État considère que le délai de recours ouvert à un tiers pour contester le refus de retirer un permis de construire obtenu par fraude, court dès la naissance de la décision implicite de rejet de sa demande, même en l’absence d’accusé de réception de cette demande. […]

Découvrir l’article

07 octobre 2021
Le Conseil d’État a jugé qu’une personne publique ne peut légalement louer un bien à une personne poursuivant des fins d’intérêt privé pour un loyer inférieur à la valeur locative de ce bien, sauf si la location est justifiée par des motifs d’intérêt général et comporte des contreparties suffisantes. À l’occasion d’un litige concernant un […]

Découvrir l’article

16 mai 2023
Par une décision du 4 mai 2023, le Conseil d’Etat apporte de nouvelles précisions concernant la régularisation des autorisations d’urbanisme, au moyen d’un PCM, dans le cadre de l’application de l’article L. 600-5-1 du code de l’urbanisme. Après avoir repris son considérant de principe en la matière (voir CE 10 octobre 2022, n° 451530, commenté […]

Découvrir l’article

29 septembre 2023
En droit immobilier, plusieurs arrêts récents ont apporté des précisions utiles pour la pratique des baux commerciaux. La Cour de cassation a notamment confirmé qu’en cas de communication par le bailleur d’un état des risques daté de plus de 6 mois, les juges du fond doivent rechercher « si le manquement imputé au bailleur est d’une […]

Découvrir l’article

29 juin 2022
Dans cette décision du 20 juin 2022, le Conseil d’État précise que la Commission nationale d’aménagement commercial (CNAC) peut s’autosaisir de l’ensemble des projets dont la surface de vente est supérieure ou égale à 20.000 m² et de ceux ayant déjà atteint ce seuil ou devant le dépasser par la réalisation du projet. En l’espèce, […]

Découvrir l’article