20 octobre 2021

Une enquête publique complémentaire ne permet pas de régulariser une étude d’impact insuffisante

  • Alice Le Neel

Par un jugement du 14 octobre 2021, le tribunal administratif de Lille a précisé que, s’il est possible de régulariser les inexactitudes et insuffisances qui entachent l’étude d’impact sur la base de laquelle a été organisée une enquête publique, cela ne peut se faire que par le biais d’une nouvelle enquête publique et non par celui d’une enquête publique complémentaire.

Par une délibération du 15 juin 2018, le conseil de la métropole européenne de Lille a déclaré le projet d’aménagement Saint-Sauveur d’intérêt général et a approuvé la mise en compatibilité du PLU avec celui-ci.

Toutefois, saisi par des associations, le juge des référés du tribunal administratif de Lille a suspendu l’exécution de cette délibération à raison des insuffisances de l’étude d’impact quant aux incidences du projet sur la qualité de l’air et sur les nappes phréatiques et des inexactitudes de ce même document concernant l’état d’avancement du projet d’implantation d’une piscine olympique.

Pour remédier à ces vices, la métropole a, après avoir complété l’étude d’impact, organisé une enquête publique complémentaire dans le cadre prévu par l’article L. 123-14 du code de l’environnement.

Par une délibération du 28 juin 2019 qualifiée de « décision complémentaire », la métropole a déclaré une seconde fois l’intérêt général du projet.

Les associations ont demandé au tribunal administratif d’annuler cette délibération.

Le tribunal administratif, en joignant les requêtes introduites à l’encontre des deux délibérations, a confirmé les inexactitudes et les insuffisances entachant l’étude d’impact sur la base de laquelle a été organisée la première enquête publique.

Les juges ont ensuite relevé que l’objet de l’enquête publique complémentaire était ici de compléter l’étude d’impact, grâce à une nouvelle version de celle-ci, et non pas d’informer le public d’éventuels changements ayant pour effet de modifier l’économie générale du projet qui auraient été décidés au vu des conclusions du commissaire enquêteur à l’issue de l’enquête initiale, comme le prévoient les dispositions de l’article L. 123-14 du code de l’environnement.

Le projet demeurant inchangé, aucune enquête publique complémentaire ne pouvait être organisée.

Pour remédier aux vices de l’étude d’impact, il appartenait donc à la métropole d’organiser une nouvelle enquête publique de droit commun, avec l’étude d’impact complétée, et de prendre à l’issue de celle-ci une nouvelle décision déclarant d’intérêt général le projet en vue de sa mise en compatibilité avec le PLU.

TA Lille 14 octobre 2021, n° 1807951 – 1907674

09 juillet 2021
Le Conseil d’État considère que le sursis à statuer sur les demandes d’autorisations prévu à l’article L. 153-11 du code l’urbanisme ne peut être opposé, en cas d’élaboration d’un PLU, qu’aux demandes d’autorisations relevant du Livre IV du code de l’urbanisme. Les demandes d’autorisations environnementales ne relevant pas de ce livre, un sursis à statuer […]

24 juin 2022
L’ordonnance n° 2022-883 du 14 juin 2022, prise en application de l’article 155 V de la loi n° 2020-1721 du 29 décembre 2020 de finances pour 2021, organise le transfert à la direction générale des finances publiques (DGFiP) de la gestion de la taxe d’aménagement (TA) et de la composante logement de la redevance d’archéologie […]

03 novembre 2021
La commission pour la relance durable de la construction de logements, dite commission Rebsamen, a remis au Premier ministre le 28 octobre 2021 le tome II de son rapport, axé sur l’approfondissement du contrat local et certaines autres mesures nationales. Cette publication complète le tome I de ce rapport, que la commission avait remis au […]

29 juin 2022
Dans cette décision du 20 juin 2022, le Conseil d’État précise que la Commission nationale d’aménagement commercial (CNAC) peut s’autosaisir de l’ensemble des projets dont la surface de vente est supérieure ou égale à 20.000 m² et de ceux ayant déjà atteint ce seuil ou devant le dépasser par la réalisation du projet. En l’espèce, […]

27 octobre 2021
Le décret n° 2021-1345 du 13 octobre 2021 publié au Journal Officiel du 15 octobre 2021 modifie, en application de l’article 40 de la loi n° 2020-1525 du 7 décembre 2020 d’accélération et de simplification de l’action publique, les modalités d’assujettissement des documents d’urbanisme et des unités touristiques nouvelles (UTN) à la procédure d’évaluation environnementale. […]

29 juillet 2022
Le Ministère de la Transition écologique organise une consultation publique sur un projet de décret relatif aux modalités d’octroi de l’autorisation d’exploitation commerciale (AEC) pour les projets engendrant une artificialisation des sols jusqu’au 16 août 2022. La loi n° 2021-1104 du 22 août 2021 dite « loi Climat et résilience » a instauré un principe général d’interdiction des […]