Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
17 mars 2022

Absence d’ERP – résolution du bail même en l’absence d’un préjudice

Par un arrêt rendu le 2 février 2022, la Cour d’appel de Paris a considéré qu’en cas de défaut de remise au locataire d’un état des risques naturels et technologiques daté de moins de six mois lors de la conclusion du bail commercial, le preneur est en droit de poursuivre la résolution du bail « sans avoir à justifier d’un quelconque préjudice ».

Dans cette affaire, le bailleur a demandé la condamnation du locataire à lui verser les loyers et charges impayés à compter de la date de prise d’effet du bail commercial. Le preneur a sollicité la résolution du bail aux motifs notamment que le bailleur aurait manqué à son devoir légal d’information en n’annexant pas au bail un état des risques naturels et technologiques établi moins de six mois avant la date de conclusion du bail.

Pour mémoire, l’obligation du bailleur de remettre au preneur un état des risques naturels et technologiques s’applique aux baux commerciaux mentionnés par les articles L. 145-1 et L. 145-2 du Code de commerce (art. L 125-5, II-al. 2 du Code de l’environnement). Il doit être annexé au bail commercial (art. L 125-5, II-al. 2 du Code  de l’environnement) et établi moins de six mois avant la date de conclusion dudit bail (art. R 125-26, al. 3 du Code de l’environnement). A défaut, le preneur « peut poursuivre la résolution du contrat ou demander au juge une diminution du prix » (art. L 125-5, V du Code de l’environnement).

La Cour d’appel de Paris par sa décision en date du 2 février 2022 a prononcé la résolution du bail commercial « aux torts du bailleur » en considérant que le preneur est en droit de poursuivre la résolution du bail « sans avoir à justifier d’un quelconque préjudice » , après avoir relevé que :

– « la communication d’un état des risques naturels et technologiques daté de moins de 6 mois constitue une obligation légale d’information à la charge du bailleur. » ;

–  en l’espèce, « il n’est pas contesté que seul un état des risques naturels et technologiques daté du 2 octobre 2009 a été communiqué par le bailleur au preneur, ancien de plus de six mois avant la conclusion du bail. »

La Cour d’appel de Paris en tire les conséquences suivantes : « la résolution a pour effet d’anéantir le [ bail] ab initio de sorte que les loyers demandés ne sont pas dus et le dépôt de garantie doit être remboursé ».

La décision de la Cour d’appel de Paris statuant sur renvoi se distingue de celle de la Cour de cassation qui avait pour sa part considéré que le manquement imputé au bailleur consistant en l’absence de remise de cet état des risques de moins de 6 mois doit être d’une « gravité suffisante (…) pour justifier la résiliation du bail » (Cass. Com. 10 septembre 2020 n°19-13.760).

Si cette décision de la Cour d’appel de Paris s’inscrit dans la continuité d’autres décisions des juges du fond (CA, Colmar, 15 Juin 2020 n°18/01053, CA de Versailles, 15-01-2019, n°16/07715), certains juges du fond ont adopté une position contraire, en retenant qu’il ne suffit pas au preneur d’invoquer l’absence d’état des risques naturels et technologiques pour obtenir automatiquement la résolution du bail : le preneur doit au préalable démontrer un préjudice subi en raison du manquement du bailleur (CA Toulouse, 17-3-2021, n°18/04865 ; CA Nîmes 24-5-2012 n°11/02158).

 

CA de Paris, 2 février 2022, n° 20/14673

23 septembre 2022
Le ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des Territoires vient d’annoncer, dans un communiqué de presse, un nouveau report de la date limite pour renseigner les données de consommations d’énergie des bâtiments tertiaires dans le cadre du dispositif éco énergie tertiaire (pris en application du « décret tertiaire »). Si la réglementation fixe à ce jour […]

Découvrir l’article

21 décembre 2023
La loi n°2023-973 relative à l’industrie verte a été promulguée le 23 octobre 2023. Elle a pour principal objectif de faire de la France l’un des premiers acteurs de « l’industrie verte » en Europe et s’articule pour cela autour des axes suivants : financer l’industrie verte, faciliter et accélérer les implantations industrielles et réhabiliter les friches […]

Découvrir l’article

12 août 2022
Le décret n° 2022-1143 du 9 août 2022, paru au journal officiel du 11 août 2022, reporte du 1er septembre 2022 au 1er avril 2023 la date d’entrée en vigueur de l’obligation de réalisation d’un audit énergétique réglementaire pour la vente des logements individuels et des immeubles collectifs en monopropriété de classe DPE F ou […]

Découvrir l’article

09 avril 2024
Lorsqu’un propriétaire consent à grever son fonds d’une servitude de cour commune, le propriétaire du fonds dominant s’oblige, réciproquement, à respecter l’emplacement convenu de la construction. En l’espèce, M. et Mme S avaient conclu avec leur voisin, une SCI, une convention de servitude de cour commune de manière à pouvoir édifier une piscine et un […]

Découvrir l’article

20 mai 2022
Par un arrêt rendu le 11 mai 2022, la Cour de cassation affirme que l’acceptation par le bailleur du principe du renouvellement d’un bail commercial, postérieurement à un commandement de payer visant sa clause résolutoire (mais non constatée judiciairement), entraine renonciation du bailleur à se prévaloir de la clause résolutoire. Le 12 octobre 2017, les […]

Découvrir l’article

19 juillet 2022
Par un arrêt en date du 22 juin 2022, la Cour de cassation a validé la clause d’un bail commercial instituant une augmentation forfaitaire du loyer annuel dû, en fonction d’un pourcentage fixe, sans référence à un indice économique. Aux termes d’un bail commercial conclu en 2009, les parties étaient expressément convenues que le loyer […]

Découvrir l’article