Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
10 mai 2022

Audit énergétique des logements : contenu, qualifications et missions des auditeurs

Un décret et un arrêté datés du 4 mai 2022 parus au Journal officiel du 5 mai 2022 précisent les conditions de mise en œuvre de l’audit énergétique prévu par l’article L. 126-28-1 du code de la construction et de l’habitation. Pour mémoire, cet article dispose qu’un audit énergétique doit être réalisé lorsque sont proposés à la vente des bâtiments ou des parties de bâtiment à usage d’habitation (i) qui comprennent un seul logement ou comportent plusieurs logements ne relevant pas du régime de la copropriété de la loi n° 65-557 du 10 juillet 1965 et (ii) qui appartiennent aux classes énergétiques D, E, F ou G.

Missions des auditeurs techniques

–  Le décret du 4 mai 2022 susvisé indique par ailleurs que l’auditeur technique a notamment pour mission de « dresser un état des lieux des performances énergétiques initiales du logement, en identifiant notamment les déperditions thermiques, d’établir un diagnostic des modes constructifs, des principales caractéristiques architecturales et thermiques, des équipements énergétiques ainsi que des éventuelles pathologies du bâtiment et d’effectuer des propositions de travaux ».

Durée de validité de l’audit énergétique 

 

– Le décret du 4 mai 2022 susvisé fixe la durée de la validité de cet audit énergétique à 5 ans.

 

Qualifications des auditeurs techniques

– Le décret du 4 mai 2022 susvisé détermine ainsi « les qualifications et compétences dont les professionnels doivent justifier pour pouvoir effectuer l’audit énergétique rendu obligatoire par l’article L. 126-28-1 du code de la construction et de l’habitation pour certains logements très consommateurs d’énergie ». Celles-ci diffèrent selon la nature du logement (pour les immeubles comportant plusieurs logements, l’audit énergétique peut être réalisé par les architecte et les sociétés d’architecture, les professionnels titulaires d’un signe de qualité répondant à des conditions d’habilitation et de compétence particulières tandis que pour les immeubles comportant un seul logement (maison individuelle), l’audit énergétique peut être réalisé par les mêmes personnes répondant toutefois à d’autres conditions particulières notamment en termes de formations ou de signes de qualité et en outre, par les personnes certifiées pour réaliser un diagnostic de performance énergétique (DPE) répondant également à des conditions d’habilitation et de compétence particulières fixées par le décret).

Contenu de l’audit énergétique

–  L’arrêté du 4 mai 2022 susvisé définit le contenu de l’audit énergétique prévu par l’article L. 126-28-1 du code de la construction et de l’habitation, en prévoyant qu’il doit comprendre « notamment l’estimation de la performance énergétique du bâtiment et les propositions de travaux devant permettre une rénovation performante au sens du L. 111-1 du code de la construction et d’habitation » (extrait de la notice de l’arrêté).

A ce titre, l’audit énergétique comporte au moins deux propositions de travaux de rénovation :

  • un parcours de travaux par étapes pour constituer une rénovation performante au sens du 17° bis de l’article L. 111-1 du code de la construction et de l’habitation, selon un ordonnancement qui ne compromet pas la faisabilité technique ou économique des étapes suivantes ; Ce parcours de travaux respecte les conditions suivantes : a) La première étape permet de réaliser un gain d’au moins une classe et au minimum d’atteindre la classe E ; b) L’étape finale prévoit d’atteindre au moins la classe B ; c) Pour les bâtiments de classe de performance F ou G avant travaux, le parcours de travaux comporte une étape intermédiaire permettant d’atteindre au moins la classe C ;
  • un parcours de travaux en une seule étape pour constituer une rénovation performante, c’est-à-dire un niveau de performance au moins égal à celui de la classe B.

Chacun de ces parcours de travaux intègre notamment l’étude des six postes de travaux mentionnés à l’article L. 111-1 du code de la construction et de l’habitation : l’isolation des murs, l’isolation des planchers bas, l’isolation de la toiture, le remplacement des menuiseries extérieures, la ventilation, la production de chauffage et d’eau chaude sanitaire ainsi que les interfaces associées.

Par ailleurs, l’audit énergétique donne lieu à (i) un rapport de synthèse comprenant notamment un état des lieux du bâtiment et (ii) un récapitulatif standardisé qui comporte l’intégralité des données renseignées par l’auditeur et celles calculées pour la réalisation de l’audit soit notamment les données administratives du bâtiment, les caractéristiques de l’enveloppe du bâtiment, les indicateurs de la performance du bâtiment avant travaux et les recommandations d’amélioration et les indicateurs de la performance du bâtiment après travaux, et l’analyse économique et financière des recommandations d’amélioration (estimation du coût des travaux d’amélioration de la performance énergétique du logement).

Calendrier de réalisation des audits énergétiques

L’arrêté précise en outre qu’un audit énergétique devra être réalisé pour les faisant l’objet d’une promesse de vente ou, à défaut, d’un acte de vente, signé :

  • à compter du 1erseptembre 2022, dans le cas où les logements concernés sont classés F ou G ;
  • à compter du 1er janvier 2025, dans le cas où les logements concernés sont classés E ;
  • à compter du 1er janvier 2034, dans le cas où les logements concernés classés D.

 

Décret n° 2022-780 du 4 mai 2022 relatif à l’audit énergétique mentionné à l’article L. 126-28-1 du code de la construction et de l’habitation

Arrêté du 4 mai 2022 définissant pour la France métropolitaine le contenu de l’audit énergétique réglementaire prévu par l’article L. 126-28-1 du code de la construction et de l’habitation

27 juin 2023
L’article L.174-3 du Code de la construction et de l’habitation (CCH) dispose que « les bâtiments à usage tertiaire, neufs ou existants, sont équipés, lorsque cela est techniquement et économiquement réalisable, de systèmes d’automatisation et de contrôle du bâtiment ». Un décret du 20 juillet 2020, modifié par un autre du 7 avril 2023 et complété par […]

Découvrir l’article

30 septembre 2021
Les assujettis au décret tertiaire ont jusqu’au 30 septembre 2022 pour déclarer leurs premières données de consommation d’énergie sur la plateforme Operat. Un décret et un arrêté publiés  ce jeudi 30 septembre au Journal officiel confirment cette échéance pour les bâtiments tertiaires concernés. Décret n° 2021-1271 du 29 septembre 2021 modifiant les articles R. 174-27 […]

Découvrir l’article

20 septembre 2021
Le décret n°2019-771 du 23 juillet 2019, dit « Décret Tertiaire », entré en vigueur le 01/10/19, fait d’ores et déjà l’objet de modifications, visant principalement à élargir son champ d’application, assouplir le calendrier pour les 1ères déclarations et apporter quelques précisions. Voici un tour d’horizon des dernières évolutions et de celles à venir en la matière. […]

Découvrir l’article

11 avril 2022
Aux termes d’un arrêt rendu le 26 janvier 2022, la Cour de cassation rappelle le principe selon lequel le congé est un acte unilatéral qui met fin au bail et que le maintien dans les lieux du locataire au-delà de la date d’effet du congé qu’il a délivré ne peut s’analyser en une renonciation au […]

Découvrir l’article

12 mai 2023
Par un arrêt en date du 25 janvier 2023, la Cour de cassation a jugé que le preneur à bail commercial expulsé par application d’une décision de justice infirmée est en droit de se voir octroyer une indemnité réparant sa perte d’exploitation au motif qu’il a été privé de la possibilité de poursuivre son activité […]

Découvrir l’article

21 décembre 2023
La loi n°2023-973 relative à l’industrie verte a été promulguée le 23 octobre 2023. Elle a pour principal objectif de faire de la France l’un des premiers acteurs de « l’industrie verte » en Europe et s’articule pour cela autour des axes suivants : financer l’industrie verte, faciliter et accélérer les implantations industrielles et réhabiliter les friches […]

Découvrir l’article