Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
6 juin 2023

Bail commercial : jusqu’à quand le bailleur peut-il se prévaloir du défaut d’immatriculation du preneur ?

Par un arrêt en date du 20 avril 2023, la Cour de cassation rappelle que le défaut d’immatriculation au registre du commerce et des sociétés du preneur d’un bail commercial (qui conditionne son droit au renouvellement) s’apprécie à la date d’effet du congé ou de la demande en renouvellement. Elle confirme en outre qu’il peut être invoqué par le bailleur pendant toute la durée de la procédure en fixation du loyer du bail renouvelé ou en paiement d’une indemnité d’éviction et ce, même s’il en était déjà informé à la date de délivrance du congé.

En l’espèce :

  • un bail commercial a été conclu le 19 mai 1987,
  • le bailleur a délivré au preneur, le 28 décembre 2012, un congé avec offre de renouvellement avec effet au 31 juillet 2013 moyennant un nouveau loyer, qui n’est pas accepté par le preneur,
  • le bailleur a ensuite notifié au preneur, le 2 décembre 2014, un mémoire préalable à la saisine du juge des loyers commerciaux en fixation du loyer du bail renouvelé,
  • le bailleur a notifié au preneur, le 13 octobre 2015, une dénégation du droit au statut des baux commerciaux pour défaut d’immatriculation au registre du commerce et des sociétés,
  • le 14 janvier 2016, le bailleur a assigné le preneur en dénégation de son droit au renouvellement, expulsion et paiement d’une indemnité d’occupation.

La Cour d’appel de Bordeaux, dans un arrêt du 18 janvier 2022, a déclaré l’action en dénégation du bailleur prescrite pour avoir été formée plus de deux ans après la date à laquelle le bailleur a acquis les locaux. Le bailleur s’est pourvu en cassation, faisant grief à l’arrêt de déclarer son action irrecevable concernant la dénégation du droit au renouvellement.

La Cour de cassation a cassé et annulé la décision de la Cour d’appel, au visa des articles L.145-1 et L.145-60 du Code de commerce, considérant que « le défaut d’immatriculation au registre du commerce et des sociétés, s’appréciant à la date d’effet du congé ou de la demande en renouvellement, qui conditionne le droit du preneur au renouvellement du bail, peut être invoqué par le bailleur, même s’il en était informé à la date du congé, pendant toute la durée de la procédure en fixation du loyer du bail renouvelé ou en paiement d’une indemnité d’éviction ».

Cette décision confirme une position déjà retenue par la Cour de cassation en la matière, qui avait jugé que le bailleur pouvait invoquer le défaut d’immatriculation pendant toute la durée de la procédure en fixation du loyer de renouvellement, même s’il en était informé à la date du congé avec offre de renouvellement, la renonciation du bailleur à se prévaloir de l’absence de droit au statut ne pouvant résulter de sa seule connaissance du défaut d’immatriculation (Cour de cassation, 19 novembre 2015, n°14-22.000).

Le preneur à bail commercial qui n’est pas régulièrement immatriculé à la date de la délivrance du congé peut donc se voir privé de tout droit au renouvellement et au paiement d’une indemnité d’éviction pour ce motif, y compris s’il est invoqué par le bailleur postérieurement à la délivrance du congé.

Cass. , 3e Civ. , 20 avril 2023, n° 22-12.937

17 mai 2024
Par un arrêt du 25 avril 2024, la Cour de cassation a jugé que la délibération par laquelle une assemblée générale d’ASL approuve de nouveaux statuts mis en conformité avec les dispositions de l’ordonnance du 1er juillet 2004 devait respecter les dispositions des statuts d’origine. L’article 60 de l’ordonnance n° 2004-632 du 1er juillet 2004 […]

Découvrir l’article

28 mai 2024
Par un arrêt du 16 mai 2024, la Cour de cassation retient que le protocole transactionnel de résiliation signé entre un locataire et un bailleur, réglant tous les litiges nés de l’exécution du bail, a autorité de la chose jugée en dernier ressort et empêche toute contestation ultérieure de la clause d’indexation du bail. En […]

Découvrir l’article

28 février 2023
L’article L.145-46-1 du Code de commerce, introduit par la loi dite « Pinel », prévoit un droit de préemption au profit du preneur à bail commercial de locaux « à usage commercial ou artisanal » lorsque leur propriétaire envisage de les vendre. Retour sur les dernières actualités législatives et jurisprudentielles concernant ce texte. Champ d’application Cas des « bureaux commerciaux » […]

Découvrir l’article

05 avril 2022
Le 30 mars 2022, le Premier ministre a adressé au gouvernement ainsi qu’aux préfets une « circulaire relative à l’exécution des contrats de la commande publique dans le contexte actuel de hausse des prix de certaines matières premières ». Il y explique notamment que « l’instabilité et l’envolée sans précédent des prix de certaines matières premières, tout particulièrement […]

Découvrir l’article

12 mai 2023
Par un arrêt en date du 25 janvier 2023, la Cour de cassation a jugé que le preneur à bail commercial expulsé par application d’une décision de justice infirmée est en droit de se voir octroyer une indemnité réparant sa perte d’exploitation au motif qu’il a été privé de la possibilité de poursuivre son activité […]

Découvrir l’article

09 janvier 2024
Un arrêté du 29 décembre 2023 publié au Journal officiel du 30 décembre 2023 modifie le contenu (tel que prévu initialement par un arrêté du 4 mai 2022) de l’audit énergétique devant être réalisé depuis le 1er avril 2023 pour la mise en vente d’une maison individuelle ou de tout ou partie d’un bâtiment à […]

Découvrir l’article