12 septembre 2022

Conséquences de l’annulation d’une décision de préemption pour l’acquéreur évincé

  • Lucie Pernet

Par un arrêt du 7 septembre 2022, la Cour de Cassation précise que, lorsque, après s’être acquitté, en application de l’article L. 213-11-1 du code de l’urbanisme, de son obligation de proposer l’acquisition du bien à l’ancien propriétaire, qui y a renoncé, le titulaire du droit de préemption propose cette acquisition à l’acquéreur évincé, qui l’accepte, celui-ci n’est plus recevable à demander l’annulation de la vente conclue avec l’ancien propriétaire à compter de la conclusion de la promesse de vente.

En l’espèce, à la suite de l’exercice du droit de préemption urbain par la commune et de la vente de l’immeuble préempté à celle-ci, la décision de préemption a été définitivement annulée par la Cour administrative d’appel de Paris.

Aux termes de l’article L. 213-11-1 du code de l’urbanisme, lorsque, après le transfert de propriété, la décision de préemption est annulée par la juridiction administrative, le titulaire du droit de préemption doit proposer l’acquisition du bien en priorité aux anciens propriétaires ou à leurs ayants cause, et, en cas de renonciation de ceux-ci à l’acquisition, à la personne qui avait l’intention d’acquérir le bien, lorsque son nom était inscrit dans la déclaration d’intention d’aliéner.

En application de ces dispositions, la commune a proposé au propriétaire initial de lui rétrocéder le bien, ce qu’il a refusé, puis à l’acquéreur évincé, qui l’a accepté et avec qui elle a donc signé une promesse de vente.

L’acquéreur évincé a, toutefois, dans le même temps, assigné le propriétaire initial et la commune pour faire annuler la vente intervenue entre eux.

Saisie du litige, la Cour de cassation considère que l’acquéreur évincé n’est plus recevable à agir en annulation de la vente conclue entre le propriétaire initial et la commune, demeurée propriétaire en dépit de l’annulation de la décision de préemption, dès lors qu’il conclut une promesse de vente avec la commune.

Elle annule donc l’arrêt de la Cour d’appel de Paris qui avait déclaré recevable la demande de l’acquéreur évincé et annulé la vente avec la commune. Réglant l’affaire au fond, elle déclare irrecevable la demande de l’acquéreur évincé.

Cour de cassation, 7 septembre 2022, n°21-12.114

14 janvier 2022
Par deux délibérations en date du 15 décembre 2021, le Conseil de Paris a : modifié le règlement municipal fixant les conditions de délivrance des autorisations de changement d’usage de locaux d’habitation; adopté le règlement municipal fixant les conditions de délivrance des autorisations pour la location d’un local à usage commercial en tant que meublé de […]

15 octobre 2021
L’ordonnance n° 2021-1310 du 7 octobre 2021 portant réforme des règles de publicité, d’entrée en vigueur et de conservation des actes pris par les collectivités territoriales et leurs groupements, dont le décret d’application n° 2021-1311 a été publié le même jour, a vocation à simplifier, comme l’indique son intitulé, le régime de publicité et d’entrée […]

12 juillet 2022
Par une décision du 7 juillet 2022, le Conseil d’État confirme que, même dans une commune couverte par un PLU antérieur à la réforme des destinations découlant de la loi ALUR – comme le PLU de Paris à ce jour -, les formalités d’urbanisme nécessaires en cas de changement de destination s’apprécient par rapport aux […]

19 janvier 2022
Le juge administratif précise son office en matière de permis de construire d’éoliennes, en cours de validité au 1er mars 2017, et devant être considérés comme des autorisations environnementales. Le tribunal administratif de Nantes a été saisi par plusieurs associations d’un recours en annulation contre un permis de construire, délivré en vue de la construction […]

23 décembre 2021
Deux arrêtés ont été publiés le 16 décembre 2021 pour l’application du décret n° 2021-1548 du 30 novembre 2021 relatif aux attestations de prise en compte des exigences de performance énergétique et environnementale et à la réalisation d’une étude de faisabilité relative aux diverses solutions d’approvisionnement en énergie pour les constructions de bâtiments en France […]

05 juillet 2021
Le Conseil d’État confirme que la conformité d’une autorisation d’urbanisme au PLU – notamment à ses règles portant sur les limites séparatives – doit être appréciée en prenant en compte les effets obligatoires attachés aux prescriptions assortissant cette autorisation.   CE 5 juillet 2021, n° 437849