Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
12 septembre 2022

Conséquences de l’annulation d’une décision de préemption pour l’acquéreur évincé

Par un arrêt du 7 septembre 2022, la Cour de Cassation précise que, lorsque, après s’être acquitté, en application de l’article L. 213-11-1 du code de l’urbanisme, de son obligation de proposer l’acquisition du bien à l’ancien propriétaire, qui y a renoncé, le titulaire du droit de préemption propose cette acquisition à l’acquéreur évincé, qui l’accepte, celui-ci n’est plus recevable à demander l’annulation de la vente conclue avec l’ancien propriétaire à compter de la conclusion de la promesse de vente.

En l’espèce, à la suite de l’exercice du droit de préemption urbain par la commune et de la vente de l’immeuble préempté à celle-ci, la décision de préemption a été définitivement annulée par la Cour administrative d’appel de Paris.

Aux termes de l’article L. 213-11-1 du code de l’urbanisme, lorsque, après le transfert de propriété, la décision de préemption est annulée par la juridiction administrative, le titulaire du droit de préemption doit proposer l’acquisition du bien en priorité aux anciens propriétaires ou à leurs ayants cause, et, en cas de renonciation de ceux-ci à l’acquisition, à la personne qui avait l’intention d’acquérir le bien, lorsque son nom était inscrit dans la déclaration d’intention d’aliéner.

En application de ces dispositions, la commune a proposé au propriétaire initial de lui rétrocéder le bien, ce qu’il a refusé, puis à l’acquéreur évincé, qui l’a accepté et avec qui elle a donc signé une promesse de vente.

L’acquéreur évincé a, toutefois, dans le même temps, assigné le propriétaire initial et la commune pour faire annuler la vente intervenue entre eux.

Saisie du litige, la Cour de cassation considère que l’acquéreur évincé n’est plus recevable à agir en annulation de la vente conclue entre le propriétaire initial et la commune, demeurée propriétaire en dépit de l’annulation de la décision de préemption, dès lors qu’il conclut une promesse de vente avec la commune.

Elle annule donc l’arrêt de la Cour d’appel de Paris qui avait déclaré recevable la demande de l’acquéreur évincé et annulé la vente avec la commune. Réglant l’affaire au fond, elle déclare irrecevable la demande de l’acquéreur évincé.

Cour de cassation, 7 septembre 2022, n°21-12.114

29 juin 2022
Dans cette décision du 20 juin 2022, le Conseil d’État précise que la Commission nationale d’aménagement commercial (CNAC) peut s’autosaisir de l’ensemble des projets dont la surface de vente est supérieure ou égale à 20.000 m² et de ceux ayant déjà atteint ce seuil ou devant le dépasser par la réalisation du projet. En l’espèce, […]

Découvrir l’article

08 décembre 2023
En matière d’urbanisme commercial, une circulaire du 15 novembre 2023, publiée le 24 novembre 2023, apporte des clarifications sur les modalités de calcul de la « surface de vente », à la suite d’une décision du Conseil d’Etat du 16 novembre 2022 opérant un revirement de jurisprudence sur la prise en compte, dans le calcul de […]

Découvrir l’article

14 janvier 2022
Par deux délibérations en date du 15 décembre 2021, le Conseil de Paris a : modifié le règlement municipal fixant les conditions de délivrance des autorisations de changement d’usage de locaux d’habitation; adopté le règlement municipal fixant les conditions de délivrance des autorisations pour la location d’un local à usage commercial en tant que meublé de […]

Découvrir l’article

05 octobre 2022
Les tribunaux administratifs sont compétents en premier et dernier ressort pour connaître des recours dirigés contre un refus de retirer un permis de construire délivré pour un projet d’habitation situé en zone tendue. Par une décision du 27 septembre 2022, le Conseil d’Etat rappelle que la suppression temporaire des voies d’appel prévue à l’article R. […]

Découvrir l’article

11 janvier 2024
La révision du PLU de Paris se poursuit : le projet de PLU bioclimatique arrêté par le Conseil de Paris en juin dernier est soumis à enquête publique depuis le 8 janvier 2024. Les observations du public pourront être recueillies jusqu’au 29 février 2024 à 17 heures. L’enquête publique est une étape clé de la procédure […]

Découvrir l’article

Ce mois-ci, le juge administratif a apporté d’utiles précisions en matière de contentieux de l’urbanisme : après avoir consacré le bénéfice de la cristallisation des moyens au contentieux des permis de construire (PC) valant autorisation d’exploitation commerciale, puis confirmé logiquement l’obligation de notification à l’auteur et au bénéficiaire du PC de l’appel ou du pourvoi […]

Découvrir l’article