Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
2 décembre 2021

Contentieux des autorisations d’exploitation commerciale : parties à l’instance et pouvoir d’injonction du juge

Par un arrêt du 22 novembre 2021, le Conseil d’État précise qu’en matière de contentieux des autorisations d’exploitation commerciale (AEC), l’État a la qualité de partie au litige devant la CAA ; il peut être représenté par le président de la Commission nationale d’aménagement commercial (CNAC) et est alors dispensé du ministère d’avocat. Le Conseil d’État énonce par ailleurs les conditions dans lesquelles le juge peut prononcer une injonction de délivrer un avis favorable à la CNAC.

En l’espèce, une société avait déposé une demande de permis de construire (PC) valant AEC pour la réalisation d’un supermarché. Plusieurs sociétés et associations ont formé un recours auprès de la CNAC contre l’avis favorable de la commission départementale d’aménagement commercial (CDAC) de Haute-Savoie. La CNAC a émis un avis défavorable au projet, et le maire de la commune a donc refusé de délivrer le PC valant AEC à la société. Celle-ci a saisi la CAA de Lyon d’une requête aux fins d’annulation du refus de PC, qui y a fait droit en enjoignant d’une part à la CNAC de rendre un avis favorable au projet, et d’autre part au maire de statuer à nouveau sur la demande de PC.

Saisi de pourvois formés par la CNAC et l’une des sociétés requérantes devant la CNAC, le Conseil d’État a considéré en premier lieu qu’en vertu des articles L. 425-4 du code de l’urbanisme et des articles L. 752-17 et R. 751-8 du code de commerce, l’État avait la qualité de partie au litige devant une CAA, saisie en premier et dernier ressort d’un recours pour excès de pouvoir tendant à l’annulation de la décision prise par l’autorité administrative sur la demande de PC en tant qu’elle concerne l’AEC. Si le secrétariat de la CNAC est assuré par les services du ministre chargé du commerce, elle n’est pas soumise au pouvoir hiérarchique des ministres qui n’ont pas le pouvoir de réformer ses avis et décisions. Le président de la CNAC a donc qualité pour représenter l’État devant les juridictions administratives dans ces litiges et peut signer – par dérogation aux dispositions du second alinéa de l’article R. 432-4 du code de justice administrative (CJA) imposant que les recours et mémoires présentés devant le Conseil d’État au nom de l’État soient signés par le ministre intéressé – lesdits recours et mémoires, lesquels sont dispensés du ministère d’avocat au Conseil d’État conformément à ce que prévoit le premier alinéa du même article.

En deuxième lieu, le Conseil d’État précise que l’article R. 752-36 du code de commerce, chargeant la CNAC d’instruire les recours dont elle est saisie, ne fait pas obstacle à ce que le juge administratif lui enjoigne de prendre une mesure dans un sens déterminé sur le fondement de l’article L. 911-1 du CJA si les motifs de la décision juridictionnelle l’impliquent nécessairement. Selon lui, l’annulation de la décision rejetant une demande de PC valant AEC sur le fondement d’un avis défavorable rendu par la CNAC n’implique toutefois, en principe, qu’un réexamen du projet par cette commission. Il n’en va autrement que lorsque les motifs de l’annulation impliquent nécessairement la délivrance d’un avis favorable.

En l’espèce, le Conseil d’État relève que les motifs de l’avis défavorable rendu par la CNAC ne concernaient que certains des critères d’évaluation de deux seulement des trois objectifs fixés par l’article L. 752-6 du code de commerce. Par suite, la censure des motifs retenus par la CNAC pour rendre un avis défavorable n’impliquait pas nécessairement que la CNAC émette un avis favorable sur le projet. La CAA, en lui enjoignant de rendre un tel avis, a dès lors commis une erreur de droit.

CE, 22 novembre 2021, n° 441118

15 mars 2024
La chambre criminelle de la Cour de cassation a rendu deux importantes décisions à publier au Bulletin en matière de contentieux pénal de l’urbanisme, précisant que : l’affectation à une utilisation contraire aux dispositions du PLU des constructions régulièrement édifiées constitue une violation de ce plan et le délit prévu à l’article L. 610-1 du code […]

Découvrir l’article

28 juillet 2022
Par une décision du 26 juillet 2022, le Conseil d’Etat élargit le champ matériel du permis de construire modificatif (PCM) pour l’aligner sur celui des mesures de régularisation prises en application de l’article L. 600-5-1 du code de l’urbanisme. Par cette décision attendue, le Conseil d’Etat précise qu’un PCM peut être valablement délivré tant que […]

Découvrir l’article

26 octobre 2021
Par une décision du 20 octobre 2021, le Conseil d’État précise que la notification d’un recours gracieux formé contre un permis de construire doit être regardée comme régulièrement accomplie, même si elle a été effectuée au siège social de la société titulaire de l’autorisation, et non à l’adresse de l’établissement secondaire de la société mentionnée […]

Découvrir l’article

03 février 2023
En droit immobilier, ce début d’année 2023 a – une fois n’est pas coutume – principalement été marqué par une abondante jurisprudence en matière de baux commerciaux, particulièrement riche en enseignements pour les praticiens, en conseil comme en contentieux. Parmi les arrêts sélectionnés sur notre blog ce mois-ci, deux concernent la fixation judiciaire du loyer […]

Découvrir l’article

29 janvier 2024
La Cour de cassation continue d’affiner sa jurisprudence relative à la charge de la preuve de l’usage d’habitation : une déclaration «R» établie postérieurement au 1er janvier 1970 ne permet pas d’établir l’usage d’habitation à cette date. Dans la ligne de ses orientations, la Ville de Paris a assigné le propriétaire et le locataire d’un appartement […]

Découvrir l’article

01 décembre 2021
Pour mémoire, GPA dispose de 4500 ha de réserves foncières en Île-de-France, et a cédé 1700 ha en 10 ans. L’établissement public met fin à la vente aux enchères de ces terrains pour freiner la spéculation : il lance désormais un appel à manifestation d’intérêt, première étape en vue de leur cession. Cet appel à […]

Découvrir l’article