Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
10 février 2022

Office du juge d’appel à la suite de l’annulation partielle d’un permis de construire

Le juge d’appel doit se prononcer sur la légalité du permis initial tel qu’attaqué en première instance. S’il estime qu’il est affecté de vices régularisables, il statue sur la légalité du permis en tenant compte des mesures prises pour leur régularisation, en se prononçant sur leur légalité si elle est contestée.

Dans un arrêt du 25 janvier 2022, la cour administrative d’appel de Marseille a jugé que le vice de procédure, écarté à tort par les premiers juges et qui était de nature à affecter la légalité du permis de construire dans son ensemble, pouvait malgré tout être régularisé par le permis modificatif délivré en exécution du jugement prononçant l’annulation partielle du permis.

Dans cette affaire, les juges de première instance, saisis d’une requête dirigée contre un permis de construire, avaient partiellement annulé ledit permis, sur le fondement de l’article L. 600-5 du code de l’urbanisme, et imparti au pétitionnaire un délai de trois mois pour demander un permis de construire de régularisation. En application de ce jugement, le maire avait délivré un permis de construire modificatif.

La cour, saisie d’un appel dirigé contre le jugement prononçant l’annulation partielle du permis de construire, précise l’office du juge d’appel. Celui-ci doit, dans un premier temps, se prononcer sur la légalité du permis initial attaqué devant le tribunal administratif. Ensuite, s’il estime que le permis est affecté de vices régularisables, il doit statuer sur la légalité du permis en tenant compte des mesures de régularisation éventuellement prises, en se prononçant sur leur légalité si elle est contestée. S’il estime que le permis ainsi modifié est régularisé, le juge rejette les conclusions dirigées contre la mesure de régularisation.

La cour administrative d’appel de Marseille constate ainsi que c’est à tort que le tribunal administratif avait écarté un vice de procédure qui entachait la totalité du permis délivré. Il s’agissait, en l’espèce, de l’absence d’avis conforme de l’architecte des bâtiments de France (ABF) en méconnaissance des articles L. 621-32 et L. 632-2 du code du patrimoine.

Elle estime toutefois que le permis modificatif délivré en exécution du jugement avait non seulement régularisé les vices retenus en première instance, mais aussi régularisé ce vice écarté à tort par les premiers juges. En conséquence, la cour rejette la requête d’appel formée contre le jugement.

CAA Marseille, 25 janvier 2022, n° 19MA03569

L’actualité immobilière du mois de juillet a été marquée par 3 arrêts importants rendus par la Cour de cassation. Elle retient que l’obligation de paiement des loyers n’a été ni suspendue, ni neutralisée pendant les périodes de confinement en écartant notamment sans ambiguïté la force majeure, le manquement du bailleur à son obligation de délivrance et la destruction […]

Découvrir l’article

18 octobre 2022
Selon la Cour administrative d’appel de Bordeaux, la seule division foncière en vue de construire – non accompagnée de la création ou de l’aménagement de voies, d’espaces ou d’équipements communs – autorisée par une déclaration préalable ne constitue pas une opération d’aménagement soumise à évaluation environnementale. Le code de l’environnement détermine les projets qui, selon […]

Découvrir l’article

27 janvier 2022
Le Conseil de la Métropole du Grand Paris (MGP) a arrêté son projet de schéma de cohérence territoriale (SCOT) le 24 janvier 2022, à une très large majorité (94,2%). Il s’agit du premier document de planification urbaine à l’échelle de la MGP dont l’objectif est de déterminer le projet du territoire et les grandes orientations […]

Découvrir l’article

14 janvier 2022
Dans une décision du 30 décembre 2021, le Conseil d’État précise les contours de la notion d’équipements propres à une opération, sur le fondement des articles L. 332-6 3° et L. 332-15 du code de l’urbanisme. Après avoir rappelé que seul peut être mis à la charge du bénéficiaire d’une autorisation d’urbanisme le coût des […]

Découvrir l’article

24 février 2022
Par une décision du 26 janvier 2022, la Cour de cassation a refusé de transmettre au Conseil constitutionnel l’examen des dispositions du code du tourisme instituant une amende civile en cas d’absence de communication à la commune du nombre de jours durant lesquels un meublé de tourisme a été loué. Pour mémoire, dans les communes […]

Découvrir l’article

09 février 2024
Par une circulaire adressée le 31 janvier 2024 aux préfets, le Ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires précise les modalités selon lesquelles les services déconcentrés de l’Etat accompagneront les collectivités dans la mise en œuvre de l’objectif ZAN. Afin d’atteindre le « zéro artificialisation nette » (ZAN) d’ici à 2050, la loi […]

Découvrir l’article