Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
23 septembre 2021

JOP 2024 : Suspension des travaux de construction du centre nautique d’Aubervilliers

Par une ordonnance de référé en date du 20 septembre 2021, la cour administrative d’appel (CAA) de Paris a suspendu l’exécution de l’arrêté de permis de construire accordé pour la construction du centre nautique d’entraînement des athlètes en vue des Jeux olympiques et paralympiques de Paris (JOP) de 2024, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

Plusieurs associations et particuliers ont saisi le juge administratif des référés pour demander la suspension de l’exécution du permis de construire du 21 juillet 2021, par lequel le maire d’Aubervilliers a autorisé la construction d’un centre nautique et d’un espace de restauration, sur un terrain accueillant une gare de bus, un parking et des jardins familiaux faisant l’objet de conventions d’occupation précaire (les jardins des Vertus).

Le juge des référés de la CAA de Paris confirme d’abord sa compétence, qu’il tient de l’article R. 311-2-5° du CJA au motif que l’équipement litigieux figure sur la liste des ouvrages destinés à l’entraînement des athlètes en vue des JOP 2024, et est donc « nécessaire à la préparation, à l’organisation ou au déroulement des jeux Olympiques et Paralympiques de 2024 ».

Il juge ensuite irrecevables les conclusions de l’association Mouvement national de lutte pour l’environnement–93 et Nord Est, faute d’avoir publié ses statuts en vigueur et de produire des statuts antérieurs. Il admet en revanche l’intérêt à agir de trois requérants membres de la Société des jardins ouvriers des Vertus, exploitant des parcelles à proximité immédiate du projet, lequel va entraîner l’artificialisation des sols sur une surface de 40 000 m² et ainsi affecter directement les conditions d’utilisation et de jouissance desdites parcelles.

Le juge rappelle  en outre que la présomption d’urgence d’une demande de suspension d’un permis de construire ne peut être renversée que lorsqu’il existe un intérêt public d’une nature telle qu’il justifie l’exécution sans délai du permis de construire.

Il considère qu’en l’espèce, la condition d’urgence est bien remplie.

En effet, à l’argument de la commune d’Aubervilliers tiré de l’urgence à poursuivre les travaux autorisés, compte tenu de l’importance de la réalisation en temps utile des équipements liés aux JOP 2024, le juge des référés, reprenant un raisonnement identique à celui retenu dans l’ordonnance du 6 avril 2021 (n° 21PA00910 portant sur la suspension partielle de l’autorisation environnementale du « cluster des médias » des JOP 2024), répond qu’il aurait suffi à la commune d’intégrer en amont, dans son calendrier de travaux, la possibilité de recours juridictionnels contre le permis de construire.

Il ne retient pas non plus l’argument avancé en défense, relatif à la carence du département en matière d’équipements nautiques et au risque corrélatif de noyades qui en résulterait – au demeurant non démontré.

Le juge des référés considère enfin que plusieurs moyens sont de nature à faire naître des doutes sérieux sur la légalité du permis contesté  :

  • – le maire de la commune d’Aubervilliers n’était pas habilité à présenter la demande de permis de construire au nom de la commune puisque le montant du projet excède celui de la délégation consentie par conseil municipal en vue de déposer des demandes d’autorisations d’urbanisme au nom de la commune ;

 

  • – eu égard à l’indépendance fonctionnelle envisagée pour l’espace de restauration, son activité – à la supposer même « liée » au fonctionnement du centre nautique par sa localisation au R+1 – ne saurait être regardée comme « nécessaire » audit fonctionnement, et méconnaît par conséquent les dispositions de l’article 1.2 du règlement du PLUi applicable au secteur concerné, n’autorisant les constructions à destination de restauration des activités de services où s’effectue l’accueil d’une clientèle qu’à la condition que ces activités soient liées et nécessaires au fonctionnement de l’équipement ;

 

  • – la réalisation du projet, conduisant à abattre 67 arbres, méconnaît les dispositions de l’article 3.2.3 du règlement du PLUi imposant qu’un nombre équivalent d’arbres supprimés soit replanté sur le terrain, dès lors que seules 47 plantations sont prévues dans la demande de permis de construire.

 

Le juge des référés prononce la suspension de l’exécution de l’arrêté de permis de construire, et enjoint au maire d’Aubervilliers de prendre toutes mesures utiles afin que les travaux entrepris pour l’édification de l’ouvrage concerné cessent sans délai, sur le fondement de l’article L. 911-1 du CJA.

 

CAA Paris, 20 septembre 2021, n° 21PA04871

30 novembre 2022
Par un arrêt en date du 16 novembre 2022, la Cour de cassation apporte d’utiles précisions sur le risque de démolition d’une construction dont le permis de construire (PC) a été annulé. En l’espèce, un PC avait été délivré à des particuliers pour la réalisation d’une annexe à leur logement. Contesté par des voisins, le […]

Découvrir l’article

27 septembre 2022
Par une décision en date du 22 septembre 2022, le Conseil d’Etat a jugé que le critère de covisibilité avec des bâtiments remarquables pouvait être utilement invoqué pour caractériser une atteinte au caractère ou à l’intérêt des lieux avoisinants, même pour un projet se situant au-delà du périmètre de protection des abords des monuments historiques. […]

Découvrir l’article

18 octobre 2021
Vendredi 22 octobre 2021 de 9h à 10h Gide Loyrette Nouel – 15 rue de Laborde – 75008 Paris Si les 305 articles de la loi permettent d’engager des mutations profondes dans différentes matières juridiques, le droit de l’urbanisme, de l’urbanisme commercial et de l’environnement sont impactés par un certain nombre de mesures phares et […]

Découvrir l’article

02 avril 2021
Le Conseil d’État précise les conditions dans lesquelles le PLU d’une commune couverte par un SCOT entre en vigueur, et est en conséquence opposable aux demandes d’autorisations d’urbanisme. La décision du 2 avril 2021 rappelle ainsi que, en application des dispositions de l’ancien article L. 123-12 du code de l’urbanisme (actuel article L. 153-23) et […]

Découvrir l’article

23 décembre 2021
Par une décision du 15 décembre 2021, le Conseil d’Etat précise les modalités d’application de l’article L. 600-5-2 du code de l’urbanisme, en cas de recours à l’encontre d’une mesure de régularisation d’un permis de construire annulé. Le Conseil d’Etat considère qu’il résulte de l’article L. 600-5-2 du code de l’urbanisme que, lorsque le juge […]

Découvrir l’article

23 décembre 2021
Selon le Conseil d’Etat, une résidence services pour seniors présente une vocation d’hébergement et non de logement, de sorte que les obligations du PLU en matière de mixité sociale ne lui sont pas opposables. Le permis de construire contesté portait sur la construction d’un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) et d’une « résidence services […]

Découvrir l’article