Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
29 avril 2022

Covid-19 et Loyers : le TJ de Béthune retient la perte de la chose louée

Aux termes d’une décision rendue au fond le 12 avril 2022, le Tribunal judicaire de Béthune a retenu l’application de l’article 1722 du Code civil (destruction de la chose louée) pour remettre en cause l’obligation de paiement des loyers sur la période de fermeture administrative du premier confinement (15 mars 2020 au 11 mai 2020).

Dans cette affaire, le preneur, spécialisé dans la « vente au détail d’articles d’équipement de la maison, d’équipements de la personne, culture, loisirs, confiserie » a invoqué, pour se soustraire à son obligation de paiement des loyers, plusieurs moyens juridiques à savoir notamment la force majeure (article 1218 du Code civil), la perte de la chose louée (article 1722 du Code civil), le manquement du bailleur à son obligation de délivrance (article 1719 du Code civil) et l’exception d’inexécution (article 1219 du Code civil).

Le Tribunal a écarté tous les moyens, à l’exception de l’article 1722 du Code civil après avoir rappelé que :

– la perte de la chose louée (i) «s’entend de celle qui interdit ou empêche de manière absolue sa jouissance, de manière définitive ou temporaire », (ii) « peut être matérielle ou juridique »et (iii) « peut également être totale ou partielle, la perte partielle pouvant s’entendre de toute circonstance diminuant sensiblement l’usage de la chose. »

– les mesures de fermeture administratives ont (i) « incontestablement empêché pendant une durée limitée mais de manière absolue [le preneur] dont l’activité n’était pas considérée comme essentielle, d’exercer son activité commerciale dans les locaux donnés à bail, lesquels ne pouvaient plus recevoir du public. » et (ii)  «constitué une impossibilité juridique d’exercer cette activité pendant leur durée. »

– «si à l’époque [le preneur] pouvait exercer une activité de vente en ligne (sans que le tribunal puisse apprécier si cette activité concernait [les locaux loués] s’il existait déjà à cette époque), il n’est aucunement établi qu’elle disposait lors du premier confinement d’un service « click & collect » dans [les locaux loués], service qui apparaît avoir été mis en place lors du 2ème confinement. »; et

– « En tout état de cause, [le preneur] ne pouvait pu utiliser les lieux loués conformément à leur destination, à savoir accueillir sa clientèle. »

Le Tribunal en déduit qu’«il existait dès lors une impossibilité juridique absolue et temporaire pour le locataire d’user de la chose louée entre le 15 mars 2020 et le 11 mai 2020 au regard des mesures prises, impossibilité qui équivaut à une perte de la chose louée au sens de l’article précité et un motif de diminution du prix.»  Dès lors, le Tribunal considère qu’il est justifié que le preneur « qui n’a pu exercer l’activité pour l’exercice de laquelle le bail a été conclu durant la période considérée, soit dispensée du paiement du loyer entre le 15 mars 2020 et le 11 mai 2020. »

Si cet arrêt s’inscrit dans la continuité d’autres décisions retenant l’application de l’article 1722 du Code civil (par exemple, TJ de La Rochelle du 23/03/2021, n°20/02428 ou TJ de Toulouse du 01/07/2021 n°21/02415), certains juges du fond ont adopté une position opposée en écartant l’application de l’article 1722 du Code civil (par exemple, TJ de Paris, 28/10/2021, n°16/13087 ou TJ de Paris, 20 janvier 2022, n° 20/06670).

 

TJ de Béthune, 12 avril 2022, n°20/02378

16 septembre 2022
Les mesures adoptées par les pouvoirs publics dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid-19 dès le mois de mars 2020 ont entraîné la fermeture de nombreux locaux commerciaux ou professionnels et motivé la suspension unilatérale ou la contestation du paiement des loyers par certains preneurs pendant les périodes concernées. De nombreuses juridictions […]

Découvrir l’article

25 novembre 2021
Par un arrêt rendu le 10 novembre 2021, la cour d’appel de Paris a privé d’effet une clause résolutoire dont la date d’acquisition est intervenue pendant la période de gel des sanctions prévue par la loi du 14 novembre 2020 portant gestion de la crise sanitaire. Un bailleur avait adressé le 5 octobre 2020 à […]

Découvrir l’article

30 juin 2022
Le décret n° 2022-926 du 23 juin 2022 précise les modalités selon lesquelles les propriétaires peuvent exercer un droit de surplomb sur un fonds voisin afin d’isoler thermiquement leur bâtiment par l’extérieur. Ce décret, publié au Journal officiel du 24 juin 2022, est pris pour l’application de l’article L. 113-5-1 du code de la construction […]

Découvrir l’article

01 août 2022
L’avant-projet de réforme des principaux contrats spéciaux a été publié ce 29 juillet par la Chancellerie. Il concerne les contrats de vente, de location, de prêt, de dépôt, d’entreprise, de mandat et les contrats aléatoires. Deux versions de cet avant-projet ont été rédigées : – Une version des textes sans commentaires – Une version commentée, […]

Découvrir l’article

30 septembre 2021
Les assujettis au décret tertiaire ont jusqu’au 30 septembre 2022 pour déclarer leurs premières données de consommation d’énergie sur la plateforme Operat. Un décret et un arrêté publiés  ce jeudi 30 septembre au Journal officiel confirment cette échéance pour les bâtiments tertiaires concernés. Décret n° 2021-1271 du 29 septembre 2021 modifiant les articles R. 174-27 […]

Découvrir l’article

21 octobre 2021
La loi n°2021-1104 du 22 août 2021, dite « Loi Climat et Résilience », a été publiée au Journal officiel du 24 août 2021. Certaines mesures ont évolué par rapport à ce que prévoyait le projet de loi présenté dans la Lettre M² de juin 2021. Focus sur les principaux apports de la loi en matière de […]

Découvrir l’article