23 septembre 2022

Déplafonnement du loyer renouvelé : prévalence des « améliorations » sur les « modifications notables »

  • Chloé Charrier
  • Marie Pastier-Mollet

Dans un arrêt du 7 septembre 2022 (Cass. civ. 3, 7 septembre 2022, n° 21-16.613, F-D), la Cour de cassation vient confirmer que, si les travaux réalisés par le preneur dans les locaux loués entraînent une modification notable des caractéristiques des locaux et constituent des améliorations, c’est le régime des améliorations qui prévaut et alors le loyer du bail renouvelé peut être déplafonné lors du deuxième renouvellement.

Des propriétaires ont donné à bail des locaux commerciaux à un locataire, lequel a fait réaliser lors du bail initial, avec l’autorisation des bailleurs, d’importants travaux (remplacement d’un escalier, construction d’une dalle intermédiaire, réfection installation électrique…).

Le bail a été renouvelé une première fois à compter du 1er octobre 2005 pour une durée de neuf ans (jusqu’au 30 septembre 2014).

Le 31 mars 2014, les bailleurs ont signifié un congé au preneur avec refus de renouvellement et offre d’une indemnité d’éviction, puis, le 16 décembre 2015, ont exercé leur droit de repentir.

Les bailleurs ont ensuite saisi le juge des loyers commerciaux en fixation du loyer du bail renouvelé à la valeur locative au 16 décembre 2015 et en fixation d’une indemnité d’occupation.

La cour d’appel de Lyon (CA Lyon, 4 mars 2021, n° 20/02735) a retenu que le loyer renouvelé devait être fixé à la valeur locative et que le loyer du bail renouvelé lors du deuxième renouvellement pouvait être déplafonné.

La Cour de cassation confirme la position des jupes d’appel qui ont pu « retenir que si les travaux, qui avaient agrandi la surface de plus de soixante mètres carrés, constituaient des modifications notables des caractéristiques des locaux donnés à bail, ils devaient également être qualifiés d’améliorations significatives, dès lors qu’ils assuraient une meilleure adaptation des locaux à l’activité de clinique vétérinaire, que la circulation de la clientèle tant à l’intérieur qu’à l’extérieur s’en trouvait facilitée et le confort thermique et acoustique amélioré, et accueillir, en conséquence, le régime des améliorations devant prévaloir sur celui des modifications, la demande de déplafonnement du loyer lors du deuxième renouvellement du bail. »

On retiendra notamment de cet arrêt que :

  1. Pour savoir si le loyer peut effectivement être déplafonné et fixé à la valeur locative lors du deuxième renouvellement du bail, il faut vérifier si les travaux réalisés par le preneur sont :
    – des « modifications notables » qui doivent être prises en compte par le bailleur lors du premier renouvellement du bail en cours ; ou
    – des « améliorations » qui doivent en principe être prises en compte au second renouvellement suivant lesdites améliorations.
  2. Si les travaux réalisés par le preneur constituent à la fois des « modifications notables » et des « améliorations », c’est le régime des améliorations qui prévaut.

Cass. , 3e civ., 7 septembre 2022, n° 21-16.613

10 décembre 2021
La Préfecture de Police de Paris a publié, le 20 juillet 2021, un document intitulé « Doctrine pour la construction des immeubles en matériaux biosourcés et combustibles », dite « Doctrine Bois », établi avec la participation de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris. La « Doctrine Bois » vise à apporter une « réponse globale » et « cohérente » aux risques accrus de […]

13 avril 2022
Dans un arrêt rendu le 30 mars 2022, la Cour d’appel de Paris, statuant en référé, a retenu l’application de l’article 1722 du Code civil (destruction de la chose louée) pour remettre en cause l’obligation de paiement du loyer pendant les périodes de fermeture administrative. Dans cette affaire, le preneur, gestionnaire de 52 résidences de […]

04 mars 2022
Un décret du 1er mars 2022 fixe les niveaux d’exigences sur les caractéristiques et la performance énergétiques et environnementales que les bureaux neufs (ainsi que certains locaux d’enseignement) situés en France métropolitaine devront respecter à compter du 1er juillet 2022. Ces exigences concerneront, à compter du 1er janvier 2023, les extensions de ces constructions et […]

27 juillet 2022
Aux termes d’un arrêt rendu le 13 juillet 2022, la Cour de cassation s’est à nouveau prononcée sur l’édification d’une construction en violation d’un cahier des charges de lotissement et a, de manière inédite, infléchi sa position quant à la sanction encourue dans une telle hypothèse . Dans cette affaire, le voisin souhaitait voir prononcer […]

12 avril 2022
Par un arrêt du 6 avril 2021, la Cour de cassation a rappelé les délais applicables pour agir en cas non-respect du cahier des charges d’un lotissement. Le propriétaire d’un lot dans un lotissement reprochait aux propriétaires d’un lot voisin d’avoir construit sur leur lot un abri (achevé le 30 juillet 2008) en violation du […]

26 novembre 2021
Par un arrêt rendu le 1er septembre 2021, la cour d’appel de Paris a considéré que la clause d’adhésion obligatoire à un GIE figurant dans un bail commercial  « est contraire à la liberté d’association » et est donc « entachée d’une nullité absolue » ; cette nullité affectant également « la validité de l’adhésion » […]