Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
15 décembre 2022

Droit des ICPE : l’absence de notification de la cessation d’activité fait obstacle à la prescription trentenaire

Le juge administratif apporte une précision à la jurisprudence constante selon laquelle le délai de prescription trentenaire pendant lequel le préfet peut imposer à l’exploitant de nouvelles prescriptions, court à compter de la date de cessation de l’activité.

Le site industriel de manufacture de piles de la société « LECLANCHE » – devenue ALCATEL LUCENT participations – du quartier de Saint-Cybard à Angoulême avait cessé son activité en 1984 ; cependant, aucune déclaration de cette cessation d’activité n’avait alors été notifiée à l’administration. En 2011, une étude a révélé que les sols et les eaux souterraines de cet ancien site industriel étaient pollués par des solvants utilisés par la société LECLANCHE dans le cadre de ses activités.

Par un arrêté du 12 mars 2020, c’est-à-dire 36 ans après la cessation d’activité du site industriel de Saint-Cybard, la préfète de la Charente a mis en demeure la société ALCATEL LUCENT participations, en sa qualité d’ayant droit de la société LECLANCHE, de formaliser la cessation d’activité de ce site industriel et de lui notifier les différentes mesures prises afin d’en assurer la mise en sécurité.

La société ALCATEL LUCENT participations formait une requête devant le Tribunal administratif de Poitiers à l’encontre de cet arrêté du 12 mars 2020 en soulevant notamment que l’action de la préfète était prescrite ; le Tribunal de Poitiers, dans son jugement du 6 décembre 2022, rejette le recours. Cette décision s’inscrit donc dans la continuité de deux jurisprudences du Conseil d’Etat : la décision « Alusuisse-Lonza-France » du 8 juillet 2005 (n°247976), et la décision « Commune de Marennes » du 13 novembre 2019 (n°416860). En effet, d’une part, dans l’arrêt Alusuisse-Lonza-France de 2005, le Conseil d’Etat a jugé que la cessation définitive de l’exploitation de l’usine étant intervenue depuis moins de trente ans, l’action du préfet n’était pas prescrite. D’autre part, dans l’arrêt Commune de Marennes de 2019, le Conseil d’Etat a considéré que le délai de prescription trentenaire était bien écoulé que l’action du préfet était par conséquent tardive.

Ce jugement apporte cependant une précision supplémentaire à ces deux jurisprudences : le délai de prescription trentenaire ne peut commencer à courir qu’à compter de la déclaration de cessation d’activité effectuée par l’exploitant auprès de l’administration, conformément aux dispositions de l’article 34-1 du décret du 21 décembre 1977 pris pour l’application de la loi du 19 juillet 1976 relative aux installations classées (désormais codifié à l’article R.512-46-25 du Code de l’environnement).

Il est donc particulièrement important pour un exploitant de veiller à respecter son obligation de notification de cessation d’activité. En effet, en cas de manquement, outre au paiement d’une amende de la 5e classe en application de l’article R. 514-4 du Code de l’environnement, l’exploitant s’expose à ne pas bénéficier de l’écoulement du délai de prescription trentenaire.

Tribunal administratif de Poitiers, 6 décembre 2022, n°2002052

Dans un arrêt du 16 février 2024, le Conseil d’Etat a considéré que les risques et nuisances liés aux travaux de construction d’une ICPE autorisés par un permis de construire ne peuvent être invoqués pour justifier de l’urgence à suspendre l’exécution de l’autorisation environnementale. L’exécution de travaux sur une ICPE, autorisés au titre d’un permis […]

Découvrir l’article

22 septembre 2022
Le texte projeté, s’il était adopté en l’état, conduirait à la suspension pendant une période limitée de différentes procédures environnementales, ce qui n’est pas sans soulever critiques et difficultés juridiques. Sont particulièrement critiquées les mesures concernant la nomenclature des projets soumis à évaluation environnementale et celles concernant la dérogation à la protection des espèces végétales […]

Découvrir l’article

Dans un arrêt du 27 mars 2023, le Conseil d’Etat apporte des précisions sur le champ d’application du principe de non-régression défini au 9° du II de l’article L. 110-1 du code de l’environnement. Aux termes de cet article, le principe de non-régression implique que « la protection de l’environnement, assurée par les dispositions législatives et réglementaires […]

Découvrir l’article

17 décembre 2021
Nos avocats poursuivent leur décryptage de la loi n°2021-1104 du 22 août 2021, dite « Loi Climat et Résilience ». Après une première conférence dédiée aux volets urbanisme et aménagement commercial, Jean-Nicolas Clément, associé, et Alice Bouillié, collaboratrice, ont analysé l’impact de ce texte sur la conduite des projets industriels et immobiliers.  

Découvrir l’article

Le dernier texte d’application des obligations d’installation d’énergies renouvelables (« ENR ») issues de la loi Climat et résilience [1] a été publié le 6 mars 2024. L’arrêté du 5 mars 2024 [2] précise les modalités d’application de l’exception tirée des conditions économiques inacceptables s’agissant des parcs de stationnement [3]. Le calendrier des mesures d’application de la […]

Découvrir l’article

Les premiers éléments concrets permettant d’anticiper l’application des obligations d’installations de centrales photovoltaïques résultant de la loi AER commencent à arriver au compte-gouttes s’agissant des conditions d’application de l’article L.171-4 du code de la construction et de l’habitation. Pour mémoire, l’article 41 de la loi n°2023-175 du 10 mars 2023 relative à l’accélération de la […]

Découvrir l’article