Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
15 mars 2023

Illégalité de l’exercice du DPU à la suite d’une DIA faite par une personne n’étant pas propriétaire du bien cédé

Par une décision du 1er mars 2023, le Conseil d’Etat  juge qu’il existe un doute sérieux sur la légalité de l’exercice du droit de préemption urbain (DPU) à la suite d’une déclaration d’intention d’aliéner (DIA) faite par une personne qui, eu égard à un jugement même non définitif, n’est pas propriétaire du bien cédé.

Dans cette affaire, le conseil général de la Guyane a autorisé la vente d’un terrain à un acquéreur le 10 septembre 2010. La cession  prend du retard et ce n’est que le 15 novembre 2016 qu’une DIA est adressée à la commune qui, par décision du 23 décembre 2016, décide de ne pas exercer le DPU.

La collectivité territoriale de Guyane, succédant au conseil général, est toutefois revenue sur la décision de vendre le terrain. Le tribunal judiciaire de Cayenne, saisi par l’acquéreur, déclare la vente parfaite par un jugement du 25 janvier 2021.

Le 5 août 2021, le notaire de la collectivité territoriale de Guyane adresse alors une nouvelle DIA à la commune, qui décide cette fois-ci de préempter le bien par arrêté du 4 novembre 2021.

L’acquéreur évincé sollicite alors la suspension de l’exécution de cet arrêté, auprès du juge des référés du TA de la Guyane,  lequel rejette sa requête.

Saisi d’un pourvoi en cassation, le Conseil d’Etat considère que le titulaire du DPU ne saurait légalement l’exercer si la DIA a été effectuée par une personne qui, à la date de cette déclaration, n’est pas propriétaire du bien.

En l’espèce, il considère qu’à la date de la DIA, faite par la collectivité territoriale de Guyane, la vente réalisée auparavant au profit de l’acquéreur évincé avait été jugée parfaite par le tribunal judiciaire de Cayenne.

Même s’il n’est pas établi que ce jugement est devenu définitif, le moyen tiré de ce que la DIA n’émanait pas du propriétaire du bien préempté est toutefois propre, en l’état de l’instruction et eu égard à l’office du juge des référés, à créer un doute sérieux quant à la légalité de la décision attaquée.

Le Conseil d’Etat annule ainsi l’ordonnance du juge des référés du TA de la Guyane et suspend l’exécution de la décision de préemption.

Conseil d’Etat 1er mars 2023, n° 462877

05 juillet 2021
Le Tribunal des conflits précise par cet arrêt la double condition au maintien d’une servitude conventionnelle de droit privé constituée avant l’entrée en vigueur du code général de la propriété des personnes publiques (CG3P) sur une parcelle appartenant désormais au domaine public. Le Tribunal, qui avait été saisi car ni le juge judiciaire ni le […]

Découvrir l’article

20 avril 2023
Par une décision du 12 avril 2023, le Conseil d’Etat précise que l’obligation de notification prévue par les dispositions de l’article R. 600-1 du code de l’urbanisme doit être effectuée, à peine d’irrecevabilité, par le requérant qui interjette appel ou se pourvoit en cassation contre une décision juridictionnelle annulant une décision constatant la caducité d’un […]

Découvrir l’article

10 décembre 2021
Lors du prochain Conseil de Paris qui se tiendra du mardi 14 au vendredi 17 décembre, les élus parisiens devront délibérer sur deux projets de règlements : le premier fixe les conditions de délivrance des autorisations pour la location d’un local à usage commercial en tant que meublé de tourisme, en application du nouveau régime […]

Découvrir l’article

29 décembre 2022
L’illégalité de l’autorisation de lotir ne peut être utilement invoquée, par voie d ’exception, à l’encontre du permis de construire délivré sur l’un des lots créés. D’après une jurisprudence constante, l’illégalité d’un acte administratif ne peut être utilement invoquée par voie d’exception à l’appui de conclusions dirigées contre une décision administrative ultérieure que (i) si […]

Découvrir l’article

22 février 2024
Par une décision du 5 février 2024, le Conseil d’Etat considère que le vice tiré de l’absence d’évaluation environnementale de la mise en compatibilité du PLU, approuvée par déclaration de projet, est sans incidence sur la légalité de l’autorisation d’urbanisme du projet, dès lors que ce dernier a lui-même fait l’objet d’une telle évaluation. Une […]

Découvrir l’article

03 février 2023
En droit immobilier, ce début d’année 2023 a – une fois n’est pas coutume – principalement été marqué par une abondante jurisprudence en matière de baux commerciaux, particulièrement riche en enseignements pour les praticiens, en conseil comme en contentieux. Parmi les arrêts sélectionnés sur notre blog ce mois-ci, deux concernent la fixation judiciaire du loyer […]

Découvrir l’article