Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
6 février 2024

Le lauréat d’un appel à projets public n’a aucun droit à la signature du contrat de vente

Dans le cadre d’une consultation, de type « appel à projets », ayant pour objet la vente de terrains du Domaine de Grignon dans les Yvelines, l’Etat en sa qualité de propriétaire avait désigné un  lauréat avant de l’informer, quelques mois plus tard, qu’il mettait un terme à cette procédure de cession.

Dans le droit-fil de la jurisprudence administrative (CE 10 juin 2020, n°426482 ; CAA Paris 24 octobre 2019, n°17PA21304), saisi par le promoteur lauréat, le Tribunal administratif de Versailles a récemment rappelé que lorsque l’administration informe un soumissionnaire que son offre est acceptée, cette décision ne crée cependant à son bénéfice aucun droit à la signature du contrat.

Dans la mesure où la décision de désigner le promoteur lauréat de cet appel à projets n’était pas de nature à créer un droit (et notamment celui d’engager une relation contractuelle), l’administration pouvait régulièrement renoncer à son projet de cession, et ce, à tout moment pour un motif d’intérêt général.

A défaut d’illégalité de cette décision, l’Etat n’est pas condamné à indemniser le promoteur des dépenses exposées pour la présentation de son offre, alors que ces frais sont souvent plus substantiels dans le cadre d’une telle consultation que dans une procédure de mise en concurrence prévue par le code de la commande publique (faute de définition d’un besoin par la personne publique propriétaire, ce sont effectivement les candidats qui définissent le projet).

Tribunal administratif de Versailles 2 février 2024, n°2202306

30 juin 2022
Par une décision du 22 juin 2022, le Conseil d’État considère que le délai de recours ouvert à un tiers pour contester le refus de retirer un permis de construire obtenu par fraude, court dès la naissance de la décision implicite de rejet de sa demande, même en l’absence d’accusé de réception de cette demande. […]

Découvrir l’article

14 octobre 2021
Le Conseil d’État rappelle qu’au sein de la région d’Île-de-France, les schémas de cohérence territoriale (SCOT) et, en leur absence, les plans locaux d’urbanisme (PLU), les documents en tenant lieu et les cartes communales sont soumis à une obligation de compatibilité avec le schéma directeur de cette région. Reprenant le considérant de principe issu de […]

Découvrir l’article

09 février 2024
Par une circulaire adressée le 31 janvier 2024 aux préfets, le Ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires précise les modalités selon lesquelles les services déconcentrés de l’Etat accompagneront les collectivités dans la mise en œuvre de l’objectif ZAN. Afin d’atteindre le « zéro artificialisation nette » (ZAN) d’ici à 2050, la loi […]

Découvrir l’article

17 octobre 2022
Par deux décisions mentionnées aux Tables, le Conseil d’Etat précise les modalités de réexamen d’une demande d’AEC et admet la possibilité de former un recours gracieux contre un permis de construire valant AEC, nonobstant l’exercice d’un recours administratif préalable obligatoire contre l’avis de la CDAC. 1. CE 7 octobre 2022, n° 450615 Dans cette première […]

Découvrir l’article

03 octobre 2022
Par un arrêt du 29 septembre 2022, la Cour d’appel de Paris a admis que des obligations professionnelles nécessitant de se rendre régulièrement en province pouvaient constituer un motif légitime de dépassement de la limite de 120 jours par an posée par le code du tourisme pour louer un meublé de tourisme déclaré comme résidence […]

Découvrir l’article

21 juillet 2021
Le Conseil d’État précise les erreurs matérielles d’un PLU pouvant être corrigées grâce à une procédure de modification simplifiée, tout en estimant qu’il lui revient d’exercer un contrôle de qualification juridique sur le point de savoir si la modification pouvait être faite par la procédure simplifiée. Dans cette espèce, le Conseil d’État juge que le […]

Découvrir l’article