7 janvier 2022

Le seuil d’autorisation d’exploitation commerciale (AEC) à Paris repasse à 1.000 m2 de surface de vente

  • Lucie Pernet

L’expérimentation du seuil de soumission à AEC à Paris à 400 m² a pris fin le 31 décembre 2021. Désormais, le seuil d’autorisation des projets commerciaux est repassé à 1.000 m² comme pour l’ensemble du territoire national.

En principe, le seuil au-delà duquel la création et l’extension d’un magasin de commerce ou d’un ensemble commercial sont soumises à AEC est de 1.000 m² (article L. 752-1 al. 4° du code de commerce).

Toutefois, à Paris, l’article 59 de la loi n° 2017-257 du 28 février 2017 relative au statut de Paris et à l’aménagement métropolitain avait abaissé ce seuil à 400 m², à titre expérimental et pour une durée de trois ans, soit jusqu’au 31 décembre 2020.

En vertu de l’article LO 1113-6 du code général des collectivités territoriales, le dépôt, le 9 septembre 2020, d’une proposition de loi visant à prolonger l’expérimentation avait eu pour effet de proroger ladite expérimentation jusqu’à l’adoption définitive de la loi, et dans la limite d’un an à compter du terme prévu dans la loi ayant initialement autorisé l’expérimentation, soit jusqu’au 31 décembre 2021 au plus tard.

La loi n’ayant pas été adoptée dans ce délai, l’exception parisienne ne s’applique plus depuis le 1er janvier 2022.

Le seuil d’autorisation des projets commerciaux est donc revenu à Paris, comme pour l’ensemble du territoire national, à 1.000 m².

08 juin 2022
Par une ordonnance du 3 juin 2022, les juges des référés du tribunal administratif de Pau ont prononcé la suspension de la délibération du conseil communautaire de la communauté d’agglomération Pays Basque approuvant le règlement relatif aux conditions de délivrance des autorisations de changement d’usage de locaux d’habitation pour les locations meublées de courte durée […]

02 décembre 2021
Par un arrêt du 22 novembre 2021, le Conseil d’État précise qu’en matière de contentieux des autorisations d’exploitation commerciale (AEC), l’État a la qualité de partie au litige devant la CAA ; il peut être représenté par le président de la Commission nationale d’aménagement commercial (CNAC) et est alors dispensé du ministère d’avocat. Le Conseil […]

22 avril 2022
Le Conseil constitutionnel a déclaré conformes à la Constitution les dispositions issues de la loi ELAN conditionnant l’intérêt à agir des associations contre une autorisation d’urbanisme au dépôt de leurs statuts au moins un an avant l’affichage en mairie de la demande. Cet intérêt à agir – fondé sur l’objet social de l’association – a […]

13 octobre 2021
Le titulaire d’un marché public de travaux peut rechercher la responsabilité quasi-délictuelle des autres participants à cette opération de construction avec lesquels il n’est lié par aucun contrat, sans devoir se limiter à la violation des règles de l’art ou à la méconnaissance des textes applicables, en invoquant notamment un manquement aux stipulations des contrats […]

19 octobre 2021
Par une décision du 14 octobre 2021, le Conseil d’État a précisé les conditions subordonnant la communication des documents relatifs à une procédure de cession de biens appartenant au domaine privé de l’État. Il résulte des dispositions des articles L. 300-3 et L. 311-1 du code des relations entre le public et l’administration (CRPA) que […]

23 novembre 2021
Le Conseil d’État considère que, dès lors qu’aucune mesure de régularisation d’une autorisation de construire irrégulière n’a été notifiée au juge dans le délai fixé dans sa décision de sursis à statuer, il doit annuler cette autorisation sans que le pétitionnaire puisse opposer l’irrégularité du refus de régularisation. La contestation de ce refus ne peut […]