Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
19 juin 2023

Modalités d’application dans le temps des documents d’urbanisme et étendue des droits attachés au PC

Par une décision du 2 juin 2023, le Conseil d’Etat précise que les dispositions d’un PLU entrées en vigueur postérieurement à la date de délivrance d’un PC ont une incidence sur l’utilisation du terrain de la construction autorisée.

En l’espèce, un PC a été délivré en 1959 pour la construction d’un immeuble comprenant, au rez-de-chaussée, « un atelier, des bureaux et des vestiaires-lavabos » et, au premier étage, « deux appartements ». En 2013, la propriétaire du terrain a consenti un bail commercial à une société automobile, pour un usage de bureaux, de dépôt et de parc de matériel et de véhicules. En 2014, le maire de la commune a signifié à cette société que l’utilisation du terrain n’était pas conforme aux règles du PLU approuvé en 2013, limitant l’affectation des sols dans cette zone à l’exercice d’activités agricoles.

Le Conseil d’Etat rappelle d’abord un principe ancien selon lequel le PC confère à son bénéficiaire des droits acquis, qui ne peuvent être remis en cause si les règles d’urbanisme sont modifiées postérieurement à sa délivrance (voir en ce sens, CE 26 juillet 1982, n° 23604).

Au cas présent, la Haute-Juridiction relève que le PC de 1959 autorisait seulement la construction de l’immeuble susvisé. Elle considère ainsi que le courrier du maire – indiquant à la société que le stationnement, sur le terrain et indépendamment de la construction autorisée, de nombreux bus et autres véhicules, au titre de son activité économique de transport, était contraire aux dispositions du règlement du PLU – n’avait pas méconnu les droits que la propriétaire du terrain tenait de ce PC, ni porté atteinte au principe général de non-rétroactivité des actes administratifs.

CE 2 juin 2023, n° 449820, mentionné aux Tables

27 février 2023
Il y a plus de deux ans, la Ville de Paris lançait la révision de son PLU avec l’ambition de lui donner une dimension « bioclimatique », et ainsi d’intégrer davantage les « enjeux de la transition énergétique » et la « protection de l’environnement. » Après une première phase de concertation relative au diagnostic territorial au printemps 2021, le Conseil […]

Découvrir l’article

19 octobre 2022
Le décret n° 2022-1312 du 13 octobre 2022 relatif aux modalités d’octroi de l’autorisation d’exploitation commerciale (AEC) pour les projets engendrant une artificialisation des sols a été publié au JO du 14 octobre 2022. La loi n° 2021-1104 du 22 août 2021, dite « loi Climat et résilience », a instauré un principe général d’interdiction […]

Découvrir l’article

23 décembre 2021
Dans les zones de tension entre l’offre et la demande de logements, au sens du décret n° 2013-392 du 10 mai 2013, l’article R. 811-1-1 du code de justice administrative déroge à la règle du double degré de juridiction. Les tribunaux administratifs statuent en premier et dernier ressort sur les recours introduits entre le 1er décembre […]

Découvrir l’article

21 juin 2023
Aucune règle ne s’oppose à ce qu’une dépendance du domaine public fasse l’objet d’une superposition d’affectations, sous réserve que l’affectation supplémentaire soit compatible avec l’affectation initiale. Dans cette affaire, une société avait été autorisée, par une convention d’occupation du domaine public fluvial, à installer des infrastructures nécessaires à l’exploitation d’un réseau de télécommunications dans le […]

Découvrir l’article

10 octobre 2022
Par deux arrêts du 6 octobre 2022, la Cour administrative d’appel (CAA) de Paris confirme l’annulation des permis de construire des projets « Mille arbres » et « Ville multi-strates », issus de l’appel à projets Réinventer Paris. Pour mémoire, le Tribunal administratif (TA) de Paris avait considéré, dans ses jugements du 2 juillet 2021, que les projets étaient […]

Découvrir l’article

19 décembre 2022
Par un jugement du 8 décembre 2022, le Tribunal administratif (TA) d’Amiens annule un refus de permis de construire (PC) pris en méconnaissance du principe d’impartialité qui s’imposait au maire. Tout d’abord, le Tribunal rappelle que « le principe d’impartialité, qui garantit aux administrés que toute autorité administrative, (…), traite leurs affaires sans préjugés ni partis […]

Découvrir l’article