Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
30 novembre 2022

Permis de construire portant sur une dépendance du domaine public : précisions récentes

Par deux décisions du 23 novembre 2022, le Conseil d’État précise l’office du juge administratif en matière d’examen de la légalité d’un permis de construire portant sur une dépendance du domaine public.

Dans une première décision (n° 449443), le Conseil d’État se prononce sur la qualité du pétitionnaire pour déposer une demande de permis de construire incluant des aménagements sur le domaine public.

La Haute-Juridiction rappelle, de manière didactique, que ce n’est qu’en cas de fraude que l’autorité compétente peut refuser la délivrance de l’autorisation sur le fondement de l’article R. 423-1 du code de l’urbanisme (CE 12 février 2020, n° 424608). Ainsi, sous réserve de la fraude, le pétitionnaire qui fournit l’attestation prévue à l’article R. 431-5 du code de l’urbanisme, selon laquelle il remplit les conditions fixées par l’article R. 423-1 susvisé, doit être regardé comme ayant qualité pour présenter sa demande.

En l’espèce, le tribunal administratif avait considéré que les pétitionnaires n’avaient pas qualité pour déposer leur demande de permis de construire prévoyant l’aménagement de places de stationnement et l’implantation de conteneurs sur le domaine public, au motif que la commune ne pouvait ignorer qu’en l’absence de déclassement et de vente du terrain d’assiette, ces sociétés ne disposaient d’aucun droit sur le domaine public leur permettant d’inclure ces aménagements dans leur projet.

Le Conseil d’État estime cependant que le tribunal administratif a commis une erreur de droit, dès lors qu’il lui incombait seulement de rechercher si, à défaut de déclassement et de transfert de la propriété de la parcelle, le dossier joint à la demande comportait une pièce exprimant l’accord du gestionnaire du domaine pour engager la procédure d’autorisation d’occupation temporaire (AOT) du domaine public conformément aux dispositions de l’article R. 431-13 du code de l’urbanisme.

Dans ces conditions, l’accord du gestionnaire du domaine pour engager la procédure d’AOT du domaine public suffit à conférer au pétitionnaire qualité pour présenter une demande de permis de construire sur le domaine public.

Dans une seconde décision (n° 450008), le Conseil d’État se prononce sur la composition du dossier de demande de permis de construire en cas de surplomb du domaine public.

Dans une telle hypothèse, le dossier doit comprendre la pièce exprimant l’accord du gestionnaire du domaine pour engager la procédure d’AOT du domaine public.

En l’espèce, le tribunal administratif avait écarté le moyen tiré de la méconnaissance de l’article R. 431-13 du code de l’urbanisme, en se fondant sur la circonstance que les balcons en surplomb du domaine public prévus par le projet (i) n’avaient pas pour effet de compromettre l’affectation au public du trottoir qu’ils surplombent, et (ii) n’excédaient pas, compte tenu du faible débord et de l’élévation par rapport au sol, le droit d’usage appartenant à tous.

Le Conseil d’État considère que le tribunal administratif a ainsi commis une erreur de droit, en recherchant, non pas si le dossier de demande comportait la pièce qui était requise par l’article R. 431-13 du code de l’urbanisme, mais si ce projet pourrait être légalement poursuivi au regard des règles de la domanialité publique.

Le Conseil d’État valide toutefois le rejet du moyen susvisé par le tribunal, dans la mesure où un permis de construire modificatif avait été délivré au vu d’un dossier comportant l’accord du gestionnaire du domaine pour engager la procédure d’AOT du domaine public.

CE, 23 novembre 2022, n° 449443
CE, 23 novembre 2022, n° 450008

12 juin 2024
Le projet de Schéma Directeur de la Région Île-de-France Environnemental (« SDRIF-E ») arrêté par le conseil régional le 12 juillet 2023, devrait être adopté le 10 juillet 2024. Après l’examen des 8 735 observations reçues au cours de l’enquête publique sur le projet de SDRIF-E (du 1er février au 16 mars 2024), la commission d’enquête a rendu […]

Découvrir l’article

15 octobre 2021
Dans cette décision, le Conseil d’État considère que les dispositions de l’article L. 600-5-1 du code de l’urbanisme ne portent pas atteinte aux droits et libertés garantis par la Constitution en ce qu’elles ne sont pas applicables aux refus de permis de construire. Partant, la question prioritaire de constitutionnalité (QPC) formulée, qui n’est pas nouvelle […]

Découvrir l’article

05 juillet 2021
Le Tribunal des conflits précise par cet arrêt la double condition au maintien d’une servitude conventionnelle de droit privé constituée avant l’entrée en vigueur du code général de la propriété des personnes publiques (CG3P) sur une parcelle appartenant désormais au domaine public. Le Tribunal, qui avait été saisi car ni le juge judiciaire ni le […]

Découvrir l’article

19 juillet 2024
Saisi d’une QPC par la Cour de cassation, le Conseil constitutionnel a, par sa décision du 10 juillet 2024, jugé conforme à la Constitution la seconde phrase du premier alinéa de l’article L. 480-7 du code de l’urbanisme aux termes duquel : « le tribunal impartit au bénéficiaire des travaux irréguliers ou de l’utilisation irrégulière du […]

Découvrir l’article

04 janvier 2024
La circonstance que l’arrêté de permis de construire comporte des inexactitudes ou des omissions sur les destinations ou les surfaces est sans incidence sur sa légalité. L’article A. 424-9 du code de l’urbanisme prévoit en son premier alinéa que « Lorsque le projet porte sur des constructions, l’arrêté indique leur destination et, s’il y a lieu, […]

Découvrir l’article

31 janvier 2023
Par une décision du 25 janvier 2023, le Conseil d’Etat précise qu’un requérant souhaitant contester un permis de construire (PC) en qualité de propriétaire d’un bien immobilier, n’a pas intérêt à agir (i) s’il ne produit pas les documents prévus par l’article R. 600-4 du code de l’urbanisme, et (ii) s’il ne peut sérieusement revendiquer […]

Découvrir l’article