Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
15 octobre 2021

Précisions sur le délai dans lequel un référé-suspension peut être introduit contre un permis de construire

Le Conseil d’État précise que la seule circonstance qu’une requête en référé-suspension soit introduite plusieurs mois après l’introduction du recours au fond contre un permis de construire ne suffit pas à renverser la présomption d’urgence issue de l’article L. 600-3 du code de l’urbanisme. Toutefois, cette requête doit – à peine d’irrecevabilité – être introduite avant l’expiration du délai fixé pour la cristallisation des moyens.

Pour mémoire, le juge peut prononcer la suspension de l’exécution d’une décision administrative lorsque l’urgence le justifie et qu’il est fait état d’un moyen propre à créer, en l’état de l’instruction, un doute sérieux quant à la légalité de la décision (article L. 521-1 du code de justice administrative). En matière d’urbanisme, si la condition d’urgence est présumée satisfaite, la requête en référé-suspension doit être – à peine d’irrecevabilité – introduite avant l’expiration du délai fixé pour la cristallisation des moyens soulevés devant le juge saisi en premier ressort, c’est-à-dire dans les deux mois suivant la communication aux parties du premier mémoire en défense (articles L. 600-3 et R. 600-5 du code de l’urbanisme).

Le Conseil d’État rappelle les modalités d’appréciation, par le juge, de la condition d’urgence : « l’urgence justifie que soit prononcée la suspension d’un acte administratif lorsque l’exécution de celui-ci porte atteinte, de manière suffisamment grave et immédiate, à un intérêt public. La construction d’un bâtiment autorisée par un permis de construire présente un caractère difficilement réversible », de sorte que la condition d’urgence est en principe satisfaite. Cette présomption peut être renversée lorsque le pétitionnaire ou l’autorité ayant délivré le permis justifie de circonstances particulières. En ce cas, le juge des référés doit procéder à une appréciation globale de l’ensemble des circonstances de l’espèce qui lui est soumise, pour apprécier si la condition d’urgence est remplie.

Dans l’affaire en cause, le juge des référés du tribunal administratif de Melun a rejeté la requête en référé-suspension introduite contre un permis de construire : la condition d’urgence n’était selon lui pas satisfaite, compte tenu du délai de plusieurs mois s’étant écoulé entre l’introduction par les requérants de leur recours contre l’autorisation en cause, et la saisine du juge des référés – révélant leur absence de diligence.

Le Conseil d’État censure l’ordonnance au motif que cette seule circonstance ne saurait renverser la présomption d’urgence, alors que les requérants faisaient valoir que la préparation du chantier avait commencé et que le début des travaux était imminent.

Pour autant, dès lors que les requérants ont introduit leur référé-suspension plus de deux mois après la communication aux parties du premier mémoire produit par l’un des défendeurs à l’instance, leurs conclusions aux fins de suspension du permis de construire sont irrecevables et, par suite, ne peuvent qu’être rejetées.

En conséquence, si l’écoulement d’un délai de plusieurs mois entre l’introduction du recours au fond et la saisine du juge des référés ne s’oppose pas nécessairement à ce que la condition d’urgence soit remplie, les conclusions aux fins de suspension d’un permis de construire ne peuvent être recevables que si elles sont formulées avant l’expiration du délai fixé pour la cristallisation des moyens.

CE, 6 octobre 2021, n° 445733, mentionné aux Tables

15 novembre 2023
Par une décision mentionnée aux tables du recueil Lebon, le Conseil d’Etat définit la notion d’extension d’une construction, dans le silence du PLU, comme un agrandissement de l’immeuble existant qui présente , outre un lien physique et fonctionnel avec lui, des dimensions inférieures à ce dernier. Par un permis délivré le 14 septembre 2018, le […]

Découvrir l’article

En droit immobilier, un arrêt de la chambre commerciale de la Cour de cassation en date du 15 mars 2023 a été particulièrement remarqué et commenté, en ce qu’il est venu harmoniser sa position avec celle de la troisième chambre civile de la Haute juridiction, en affirmant que la rétractation d’un promettant lié par une […]

Découvrir l’article

Le décret tant attendu d’application des obligations d’installation d’énergies renouvelables en toiture des bâtiments et ombrières de parkings issues de la loi Climat et résilience[1], a été publié in extremis au journal officiel du 20 décembre 2023. S’il reprend en grande partie les projets de textes soumis entre mai et octobre 2023 à consultation publique, notamment sur le […]

Découvrir l’article

05 octobre 2022
Les tribunaux administratifs sont compétents en premier et dernier ressort pour connaître des recours dirigés contre un refus de retirer un permis de construire délivré pour un projet d’habitation situé en zone tendue. Par une décision du 27 septembre 2022, le Conseil d’Etat rappelle que la suppression temporaire des voies d’appel prévue à l’article R. […]

Découvrir l’article

18 janvier 2022
Dans une réponse ministérielle du 13 janvier 2022, le Gouvernement apporte des précisions sur l’opposabilité aux demandes de permis de construire des documents graphiques modifiant les zones à risques d’une commune. Selon le Gouvernement, les documents graphiques modifiant des zones à risques sont opposables aux demandes d’autorisation d’urbanisme quand ils sont contenus dans un Plan […]

Découvrir l’article

10 septembre 2021
Le Conseil d’État a jugé que les plans de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV) ne peuvent pas désormais interdire toute modification de façon générale et absolue des immeubles qu’ils identifient comme devant être conservés. Le Conseil d’État affirme qu’il résulte des dispositions du III de l’article L. 313-1 du code de l’urbanisme telles […]

Découvrir l’article