11 février 2022

QPC sur l’article L. 600-1-1 du code de l’urbanisme (recours des associations)

  • Caroline Pineau

Au terme d’une décision du 31 janvier 2022, le Conseil d’État a renvoyé au Conseil constitutionnel la question de la conformité à la Constitution de l’article L. 600-1-1 du code de l’urbanisme, encadrant l’intérêt à agir des associations à l’encontre des décisions relatives à l’occupation ou l’utilisation des sols.

Pour mémoire, dans sa rédaction issue de la loi n° 2018-1021 du 23 novembre 2018 portant évolution du logement, de l’aménagement et du numérique (ELAN), l’article L. 600-1-1 du code de l’urbanisme dispose qu’« une association n’est recevable à agir contre une décision relative à l’occupation ou l’utilisation des sols que si le dépôt des statuts de l’association en préfecture est intervenu au moins un an avant l’affichage en mairie de la demande du pétitionnaire ».

Dans cette affaire, une association a sollicité la suspension d’un permis de construire d’un laboratoire dans la ZAC du quartier de l’École polytechnique à Palaiseau.

Le juge des référés du Tribunal administratif de Versailles a (i) refusé de transmettre au Conseil d’État la question prioritaire de constitutionnalité (QPC) que l’association avait soulevée à l’encontre de l’article L. 600-1-1 précité, et (ii) rejeté pour irrecevabilité sa requête en référé-suspension, « au motif que les seules mentions de ses statuts susceptibles de lui conférer un intérêt pour agir à l’encontre de décisions individuelles d’urbanisme résultaient d’une modification ayant donné lieu à dépôt en préfecture moins d’un an avant l’affichage en mairie de la demande de la société pétitionnaire ».

Saisi par l’association d’un pourvoi contre cette ordonnance, le Conseil d’État admet que la question de l’atteinte portée par cette disposition aux droits et libertés garantis par la Constitution, notamment au droit au recours garanti par l’article 16 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, présente un caractère sérieux.

Il renvoie donc au Conseil constitutionnel la QPC invoquée, annule l’ordonnance attaquée en tant qu’elle statue sur la QPC et sursoit à statuer sur les autres moyens du pourvoi, jusqu’à ce que le Conseil constitutionnel se soit prononcé.

CE, 31 janvier 2022, n°455122

27 octobre 2021
Le décret n° 2021-1345 du 13 octobre 2021 publié au Journal Officiel du 15 octobre 2021 modifie, en application de l’article 40 de la loi n° 2020-1525 du 7 décembre 2020 d’accélération et de simplification de l’action publique, les modalités d’assujettissement des documents d’urbanisme et des unités touristiques nouvelles (UTN) à la procédure d’évaluation environnementale. […]

01 mars 2022
Le juge administratif est tenu de prendre en compte les mesures de régularisation produites après l’expiration du délai accordé en application de L. 600-5-1 du code de l’urbanisme, et les parties à l’instance sont recevables à contester la légalité de ces mesures tant que le juge n’a pas statué au fond, sans condition de délai. […]

17 novembre 2021
Ce mardi 16 novembre se déroulait  le débat sur les orientations générales du PADD de la ville de Paris, sur la base d’un support remis aux élus détaillant lesdites orientations. Le conseil de Paris a adopté un vœu afin de permettre à la ville d’opposer un sursis à statuer pour  certains projets jusqu’à l’adoption du […]

07 février 2022
Des travaux fractionnés dans le temps et l’espace doivent être appréciés dans leur ensemble pour déterminer leur incidence sur l’environnement, et faire l’objet d’une déclaration préalable s’ils sont situés aux abords de monuments historiques et qu’il ne s’agit ni d’entretien ni de réparations ordinaires. Dans cette affaire, la commune de Caen souhaitait réaménager une place […]

18 mars 2021
Dans cette affaire, une société a acquis des parcelles sur lesquels un projet immobilier comprenant la construction de 6 bâtiments destinés à accueillir 316 logements était en cours de réalisation et s’est vue transférer le permis de construire portant sur ces constructions. Le maire de la commune en charge de l’instruction a, par une décision […]

23 décembre 2021
Selon le Conseil d’Etat, une résidence services pour seniors présente une vocation d’hébergement et non de logement, de sorte que les obligations du PLU en matière de mixité sociale ne lui sont pas opposables. Le permis de construire contesté portait sur la construction d’un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) et d’une « résidence services […]