Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
24 novembre 2023

Refus d’autorisation d’urbanisme : conséquences de son annulation

Par une décision du 13 novembre, le Conseil d’Etat précise les conséquences attachées à l’annulation d’un refus d’autorisation d’urbanisme.

En application de l’article L. 600-2 du code de l’urbanisme, lorsque (i) l’annulation du refus d’autorisation d’urbanisme est devenue définitive et (ii) le pétitionnaire confirme sa demande dans les six mois suivant la notification de cette annulation, les dispositions d’urbanisme en vigueur au jour de la décision de refus annulée sont cristallisées et demeurent applicables à la demande d’autorisation d’urbanisme dont l’administration se trouve à nouveau saisie.

Partant, l’autorité compétente ne peut ni rejeter la demande, ni assortir sa décision de prescriptions spéciales, ni – ajoute le Conseil d’Etat – prononcer un sursis à statuer en se fondant sur des dispositions postérieures au refus annulé.

Toutefois, ce mécanisme ne bénéficie au pétitionnaire de manière définitive que si l’annulation juridictionnelle du refus est elle-même devenue définitive. Partant, si l’autorité administrative délivre l’autorisation d’urbanisme avant que la décision juridictionnelle annulant le refus devienne irrévocable et si ladite décision est ensuite annulée ou fait l’objet d’un sursis à exécution, l’autorisation d’urbanisme peut être retirée, sous certaines conditions :

  • le retrait doit être prononcé dans les trois mois suivant la notification de la nouvelle décision juridictionnelle ;
  • le pétitionnaire doit avoir été invité, au préalable, à présenter ses observations ;
  • les motifs de la nouvelle décision ne font pas par eux-mêmes obstacle à un autre refus.

Le Conseil d’Etat précise encore que l’autorisation d’urbanisme délivrée au titre de l’article L. 600-2 du code de l’urbanisme peut faire l’objet de recours de tiers, sans que ces derniers ne puissent se voir opposer la première annulation du refus de permis.

Par ailleurs, lorsque le juge annule un refus d’autorisation d’urbanisme – en ce compris un sursis à statuer, précise le Conseil d’Etat -, il est en principe tenu de faire droit aux conclusions à fin d’injonction formulées par le requérant, et d’ordonner à l’autorité compétente de délivrer l’autorisation d’urbanisme sollicitée, sauf dans les cas où :

  • « les dispositions en vigueur à la date de la décision annulée, qui eu égard aux dispositions de l’article L 600-2 du code de l’urbanisme demeurent applicables à la demande, interdisent de l’accueillir pour un motif que l’administration n’a pas relevé » ; ou
  • « par suite d’un changement de circonstances, la situation de fait existant à la date du jugement » fait obstacle à ce que le juge enjoigne à l’autorité compétente de délivrer l’autorisation d’urbanisme.

Conseil d’Etat 13 novembre 2023, n° 466407

19 juin 2023
Par une décision du 2 juin 2023, le Conseil d’Etat précise que les dispositions d’un PLU entrées en vigueur postérieurement à la date de délivrance d’un PC ont une incidence sur l’utilisation du terrain de la construction autorisée. En l’espèce, un PC a été délivré en 1959 pour la construction d’un immeuble comprenant, au rez-de-chaussée, […]

Découvrir l’article

24 mai 2023
Le prochain Conseil de Paris se tiendra du 5 au 9 juin prochain. Parmi les nombreux sujets traités, l’un des plus importants sera sans doute le projet de PLU bioclimatique. Ainsi, l’ordre du jour, publié aujourd’hui, prévoit que le Conseil de Paris devra tirer le bilan de la concertation et arrêter le projet de PLU […]

Découvrir l’article

10 février 2022
Le juge d’appel doit se prononcer sur la légalité du permis initial tel qu’attaqué en première instance. S’il estime qu’il est affecté de vices régularisables, il statue sur la légalité du permis en tenant compte des mesures prises pour leur régularisation, en se prononçant sur leur légalité si elle est contestée. Dans un arrêt du […]

Découvrir l’article

29 juin 2022
Dans cette décision du 20 juin 2022, le Conseil d’État précise que la Commission nationale d’aménagement commercial (CNAC) peut s’autosaisir de l’ensemble des projets dont la surface de vente est supérieure ou égale à 20.000 m² et de ceux ayant déjà atteint ce seuil ou devant le dépasser par la réalisation du projet. En l’espèce, […]

Découvrir l’article

20 septembre 2022
Dans le cadre de la dématérialisation des autorisations d’urbanisme, mise en place au début de l’année 2022, de nouveaux formulaires Cerfa ont été mis en ligne sur le site service-public.fr. Au-delà d’un design plus moderne, le contenu des demandes est légèrement adapté à l’évolution de leur régime : Formulaire n° 13409*10 : Demande de permis […]

Découvrir l’article

Le décret tant attendu d’application des obligations d’installation d’énergies renouvelables en toiture des bâtiments et ombrières de parkings issues de la loi Climat et résilience[1], a été publié in extremis au journal officiel du 20 décembre 2023. S’il reprend en grande partie les projets de textes soumis entre mai et octobre 2023 à consultation publique, notamment sur le […]

Découvrir l’article