Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
22 juin 2022

Responsabilité d’une commune en cas de renonciation à acquérir après exercice du droit de préemption

Par une décision du 13 juin 2022, le Conseil d’État retient la responsabilité (sans faute) d’une commune ayant renoncé à acquérir un immeuble après exercice de son droit de préemption, du fait des conséquences de ces décisions pour le propriétaire du bien préempté.

En l’espèce, une société avait adressé à la commune une déclaration d’intention d’aliéner (DIA) un ancien hôtel. A la suite de la décision du maire de préempter le bien à un prix inférieur à celui indiqué dans la DIA, le juge de l’expropriation a été saisi pour fixer le prix d’acquisition de l’immeuble par la commune. Comme le lui permet l’article L. 213-7 du code de l’urbanisme, la commune a alors décidé de renoncer à l’acquisition de l’immeuble.

Toutefois, en raison des dégradations consécutives à la présence d’occupants illégaux et le pillage du mobilier, le bien est finalement cédé à un tiers pour un prix très inférieur à celui envisagé initialement.

Le Conseil d’État retient que le propriétaire a subi un préjudice grave et spécial, excédant les aléas normaux pour des vendeurs d’immeubles situés en zone urbaine, sans que d’autres circonstances, notamment la mise en place tardive d’un dispositif de gardiennage de l’immeuble par la société, soient de nature, dans les circonstances particulières de l’espèce, à écarter totalement la responsabilité de la commune.

La Haute-Juridiction retient ainsi la responsabilité sans faute de la commune et la condamne à indemniser la société.

CE, 13 juin 2022, n° 437160

Nous souhaitons tout d’abord à nos lecteurs une belle et heureuse année 2023. En droit immobilier, la fin d’année 2022 a notamment été marquée par plusieurs décisions de justice en matière de baux commerciaux : citons par exemple un arrêt de la Cour d’appel de Paris rappelant l’importance pour le bailleur d’être suffisamment explicite et […]

Découvrir l’article

03 octobre 2022
Par un arrêt du 29 septembre 2022, la Cour d’appel de Paris a admis que des obligations professionnelles nécessitant de se rendre régulièrement en province pouvaient constituer un motif légitime de dépassement de la limite de 120 jours par an posée par le code du tourisme pour louer un meublé de tourisme déclaré comme résidence […]

Découvrir l’article

11 février 2022
Au terme d’une décision du 31 janvier 2022, le Conseil d’État a renvoyé au Conseil constitutionnel la question de la conformité à la Constitution de l’article L. 600-1-1 du code de l’urbanisme, encadrant l’intérêt à agir des associations à l’encontre des décisions relatives à l’occupation ou l’utilisation des sols. Pour mémoire, dans sa rédaction issue […]

Découvrir l’article

24 mars 2023
Par une décision du 23 mars 2023, le Conseil d’Etat se prononce sur la destination des dark stores au sens du code de l’urbanisme et du PLU de Paris. Il apporte également d’importantes précisions en matière de sanctions des infractions au droit de l’urbanisme. Pour mémoire, le juge des référés du TA de Paris a, […]

Découvrir l’article

10 octobre 2022
Par deux arrêts du 6 octobre 2022, la Cour administrative d’appel (CAA) de Paris confirme l’annulation des permis de construire des projets « Mille arbres » et « Ville multi-strates », issus de l’appel à projets Réinventer Paris. Pour mémoire, le Tribunal administratif (TA) de Paris avait considéré, dans ses jugements du 2 juillet 2021, que les projets étaient […]

Découvrir l’article

21 juin 2023
Aucune règle ne s’oppose à ce qu’une dépendance du domaine public fasse l’objet d’une superposition d’affectations, sous réserve que l’affectation supplémentaire soit compatible avec l’affectation initiale. Dans cette affaire, une société avait été autorisée, par une convention d’occupation du domaine public fluvial, à installer des infrastructures nécessaires à l’exploitation d’un réseau de télécommunications dans le […]

Découvrir l’article