Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
18 mars 2021

Caducité du permis de construire lorsque les travaux engagés ne sont pas significatifs eu égard à l’ampleur globale du projet autorisé

Dans cette affaire, une société a acquis des parcelles sur lesquelles un projet immobilier comprenant la construction de 6 bâtiments destinés à accueillir 316 logements était en cours de réalisation et s’est vue transférer le permis de construire portant sur ces constructions.

Le maire de la commune en charge de l’instruction a, par une décision du 23 mars 2020, retiré la décision d’autorisation de transfert du permis de construire puis, par une décision du 15 avril 2020, constaté la caducité de ce permis.

Saisi du recours contre ces deux décisions, le tribunal administratif de Nice a d’abord rappelé les termes de l’article R. 424-17 du code de l’urbanisme qui prévoit qu’un permis de construire pour lequel aucun travaux n’a été entrepris dans un délai de trois ans, ou dont les travaux ont été interrompus pendant plus d’un an passé ce délai, devient caduc et ne peut ainsi plus être exécuté.

Il constate ensuite que le permis en cause a été délivré le 18 janvier 2006 et que le délai pour entreprendre les travaux au sens de l’article R. 424-17 du code de l’urbanisme a été suspendu à la suite de recours contre le permis en application de l’article R. 424-19 du code de l’urbanisme, puis prorogé jusqu’au 2 novembre 2012.

A cette date d’importants travaux de terrassement et de fondation ont pu être constatés. Cependant, seul un des six bâtiments initialement prévus a été construit depuis cette date, de sorte qu’en sept ans de travaux, seulement 8% de la surface hors d’œuvre brut a été réalisée. Le tribunal administratif de Nice en conclut que la faible ampleur des travaux entrepris au regard du projet initial n’a pas été de nature à interrompre le délai de péremption du permis de construire sans que les huit millions d’euros investis pour réaliser ces travaux ne puissent y faire obstacle.

Il confirme enfin le retrait de la décision de transfert du permis dès lors que le maire était tenu d’y procéder au regard de la jurisprudence du Conseil d’Etat, jugeant qu’un permis caduc ne peut faire l’objet d’un transfert (CE 27 octobre 2006 n° 278226) et rejette les demandes des sociétés requérantes.

TA Nice 18 mars 2021, n° 2001615

29 décembre 2022
L’illégalité de l’autorisation de lotir ne peut être utilement invoquée, par voie d ’exception, à l’encontre du permis de construire délivré sur l’un des lots créés. D’après une jurisprudence constante, l’illégalité d’un acte administratif ne peut être utilement invoquée par voie d’exception à l’appui de conclusions dirigées contre une décision administrative ultérieure que (i) si […]

Découvrir l’article

12 septembre 2023
La Cour de cassation complète sa jurisprudence relative à la charge de la preuve de l’usage d’habitation : la production d’une fiche « H2 » postérieure au 1er janvier 1970 et faisant mention d’une occupation du local par son propriétaire ou son usufruitier ne permet pas d’établir l’usage d’habitation à cette date. En application de l’article L. […]

Découvrir l’article

11 février 2022
Au terme d’une décision du 31 janvier 2022, le Conseil d’État a renvoyé au Conseil constitutionnel la question de la conformité à la Constitution de l’article L. 600-1-1 du code de l’urbanisme, encadrant l’intérêt à agir des associations à l’encontre des décisions relatives à l’occupation ou l’utilisation des sols. Pour mémoire, dans sa rédaction issue […]

Découvrir l’article

Le décret tant attendu d’application des obligations d’installation d’énergies renouvelables en toiture des bâtiments et ombrières de parkings issues de la loi Climat et résilience[1], a été publié in extremis au journal officiel du 20 décembre 2023. S’il reprend en grande partie les projets de textes soumis entre mai et octobre 2023 à consultation publique, notamment sur le […]

Découvrir l’article

23 décembre 2021
Selon le Conseil d’Etat, une résidence services pour seniors présente une vocation d’hébergement et non de logement, de sorte que les obligations du PLU en matière de mixité sociale ne lui sont pas opposables. Le permis de construire contesté portait sur la construction d’un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) et d’une « résidence services […]

Découvrir l’article

16 mai 2024
Le demandeur d’un permis de construire ne peut se prévaloir de la cristallisation des règles d’urbanisme prévue à l’article L. 442-14 du Code de l’urbanisme tant qu’aucun transfert de propriété n’est intervenu. L’article L. 442-14 du Code de l’urbanisme prévoit un mécanisme de cristallisation des droits à bâtir spécifique au lotissement qui offre deux avantages […]

Découvrir l’article