Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
11 juin 2021

Conformité à la Constitution de l’article L. 322-2 du code de l’expropriation pour cause d’utilité publique

Par deux décisions, la Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel une QPC portant sur l’article L. 322-2 du code de l’expropriation pour cause d’utilité publique, qui  détermine les modalités d’évaluation devant le juge de l’indemnité d’expropriation.

Ce texte précise que les biens expropriés sont estimés à la date de la décision de première instance, mais il prévoit également que, sous réserve de certains cas, est seul pris en considération l’usage effectif des immeubles et droits réels immobiliers à une date de référence antérieure :

 – un an avant l’ouverture de l’enquête publique relative à l’utilité publique de l’expropriation ; ou

– en l’absence d’enquête publique, un an avant la déclaration d’utilité publique ; ou

– au jour de la mise à disposition du public du dossier pour les projets ou programmes soumis à débat public ;

– lorsque le bien est situé à l’intérieur du périmètre d’une ZAC, à la date de publication de l’acte créant la zone, si elle est antérieure d’au moins un an à la date d’ouverture de l’enquête publique préalable à la déclaration d’utilité publique.

L’article L. 322-2 du code de l’expropriation exclut également la prise en compte « des changements de valeur subis depuis cette date de référence, s’ils ont été provoqués par l’annonce des travaux ou opérations dont la déclaration d’utilité publique est demandée, par la perspective de modifications des règles d’utilisation des sols ou par la réalisation dans les trois années précédant l’enquête publique de travaux publics dans l’agglomération où est situé l’immeuble » pour déterminer l’indemnité judiciaire d’expropriation.

Les auteurs de la QPC soutenaient que ces dispositions méconnaissent l’article 17 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen imposant, en cas d’expropriation, le versement d’une indemnité couvrant l’intégralité du préjudice direct, matériel et certain, causé par l’expropriation.

Selon eux, elles ne permettent en effet pas d’accorder une juste et intégrale indemnité, notamment en écartant la prise en compte du prix auquel l’expropriant entend revendre le bien dans des conditions déjà connues en cas d’« expropriation pour revente ».

Pour rejeter la QPC, le Conseil constitutionnel retient que les dispositions légales contestées poursuivent un objectif d’intérêt général:  éviter que la réalisation d’un projet d’utilité publique ne soit compromise par une hausse de la valeur vénale du bien exproprié résultant de l’annonce du projet au détriment du bon usage des deniers publics.

Il constate ensuite que le juge de l’expropriation peut prendre en compte les changements de valeur subis par le bien exproprié depuis la date de référence s’ils sont extérieurs à l’annonce du projet.

Le Conseil constitutionnel déclare ainsi conformes à la constitution les dispositions de l’article L. 322-2 du code de l’expropriation pour cause d’utilité publique.

Cons. Const. 11 juin 2021, n° 2021-915/916 QPC

13 janvier 2023
Un nouveau recours gracieux dirigé contre le PC rétabli à la suite de l’annulation de son retrait est insusceptible de conserver, au profit des requérants, les délais de recours contentieux. Conformément à son avis n° 419204 du 26 juillet 2018, le Conseil d’Etat rappelle que : lorsque le retrait d’une décision créatrice de droits est annulé, […]

Découvrir l’article

29 décembre 2022
Le décret n° 2022-1653 du 23 décembre 2022 précise les conditions d’application de l’article L. 152-5-1 du code de l’urbanisme, permettant aux constructions situées en zone urbaine et à urbaniser, intégrant un dispositif de végétalisation des façades ou des toitures, de déroger aux règles de hauteur et d’aspect extérieur définies dans le règlement du plan local […]

Découvrir l’article

14 janvier 2022
Dans une décision du 30 décembre 2021, le Conseil d’État précise les contours de la notion d’équipements propres à une opération, sur le fondement des articles L. 332-6 3° et L. 332-15 du code de l’urbanisme. Après avoir rappelé que seul peut être mis à la charge du bénéficiaire d’une autorisation d’urbanisme le coût des […]

Découvrir l’article

12 avril 2024
A la suite d’un recours formé par deux particuliers contre un permis de construire, la société titulaire de l’autorisation a conclu avec eux, le 11 septembre 2020, une transaction aux termes de laquelle elle devait leur verser la somme de 300 000 euros en contrepartie du désistement de leur recours. Le protocole prévoyait qu’il serait enregistré […]

Découvrir l’article

30 juin 2022
Par une décision du 22 juin 2022, le Conseil d’État considère que le délai de recours ouvert à un tiers pour contester le refus de retirer un permis de construire obtenu par fraude, court dès la naissance de la décision implicite de rejet de sa demande, même en l’absence d’accusé de réception de cette demande. […]

Découvrir l’article

En matière d’urbanisme, au mois de mai, le juge administratif a fait un tour d’horizon de différents régimes d’autorisations et de financement pour apporter des précisions bienvenues. D’abord, le Conseil d’Etat définit les conditions dans lesquelles la CNAC demeure saisie d’un recours contre un avis de la CDAC malgré le désistement des requérants. Ensuite, pour […]

Découvrir l’article