Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
3 novembre 2023

Urbanisme commercial : expérimentation relative à la délivrance des AEC

Le décret n° 2023-977 du 23 octobre 2023 définit les modalités de mise en œuvre de l’expérimentation, instituée par la loi n° 2022-217 du 21 février 2022 (dite « 3DS »), en matière d’instruction et de délivrance des autorisations d’exploitation commerciale (AEC).

Pour mémoire, en application de l’article 97 de la loi 3DS – tel que modifié par la loi n° 2023-973 relative à l’industrie verte -, une expérimentation d’une durée de six ans est menée pour la délivrance des AEC, au sein :

  • des territoires ayant signé une convention d’opération de revitalisation de territoire (ORT) ou ayant qualifié de grande opération d’urbanisme (GOU) une opération d’aménagement portant en tout ou partie sur la transformation d’une zone d’activité économique et soumis à l’expérimentation, et
  • des communautés urbaines, des métropoles, de la métropole d’Aix-Marseille-Provence, de la métropole de Lyon et de la métropole du Grand Paris.

L’expérimentation est menée dans tout EPCI (i) désigné par un arrêté préfectoral, (ii) couvert par un SCOT (comportant un document d’aménagement artisanal, commercial et logistique) et un PLUi exécutoire ou – pour chaque commune membre de l’EPCI – un PLU exécutoire, (iii) qui auront été préalablement modifiés pour déterminer les conditions d’implantation des équipements commerciaux en appliquant les critères prévus au I de l’article L. 752-6 du code de commerce.

Dans ces EPCI, lorsqu’un projet nécessite une AEC, celle-ci est instruite et délivrée par l’autorité compétente pour délivrer l’autorisation d’urbanisme, sans que soit saisie la commission départementale d’aménagement commerciale (CDAC). L’AEC est toutefois délivrée après avis conforme de l’EPCI, si la compétence en matière d’autorisation d’urbanisme ne lui a pas été déléguée.

Le décret organise la procédure de candidature de l’EPCI à l’expérimentation :

  • Après avoir reçu délégation de son organe délibérant, le président de l’EPCI saisit pour avis les communes membres et l’établissement public en charge de l’élaboration du SCOT, mentionné aux 2° et 3° de l’article L. 143-16 du code de l’urbanisme.
  • En l’absence d’avis rendu dans les trois mois à compter de la saisine des autorités consultées, cet avis est réputé favorable.
  • L’EPCI délibère sur sa candidature à l’expérimentation.
  • Le dossier de candidature à l’expérimentation de l’EPCI est déposé auprès du préfet de département, qui le transmet à la Commission nationale d’aménagement commercial (CNAC). Le contenu de ce dossier est fixé à l’article 3 du décret.
  • La CNAC dispose d’un délai de 4 mois – à compter de la réception du dossier complet – pour formuler son avis. Dans ce cadre, elle auditionne notamment le président de l’EPCI candidat à l’expérimentation et le président de l’établissement public compétent en matière de SCOT.
  • L’arrêté préfectoral est pris sur avis conforme de la CNAC au regard de la stratégie d’aménagement commercial du territoire, prévue dans le document d’aménagement artisanal, commercial et logistique et déclinée dans les PLU.

Le décret précise encore les modalités de délivrance de l’autorisation d’urbanisme tenant lieu d’AEC : dans les territoires prenant part à l’expérimentation, l’autorisation d’urbanisme tenant lieu d’AEC est demandée, instruite et délivrée dans les conditions prévues par le livre IV du code de l’urbanisme, sous quelques réserves. Notamment, le délai d’instruction est majoré d’un mois (par dérogation au e) de l’article R. 423-25 du code de l’urbanisme, lequel prévoit une majoration de deux mois).

Ce régime ne s’applique qu’aux demandes d’autorisation d’urbanisme déposées à compter de l’entrée en vigueur de l’expérimentation sur le territoire concerné.

Les dispositions du décret entrent en vigueur le 1er janvier 2024.

Décret n° 2023-977 du 23 octobre 2023 relatif aux modalités de mise en œuvre de l’expérimentation prévue à l’article 97 de la loi n° 2022-217 du 21 février 2022 en matière de procédure de délivrance des autorisations d’exploitation commerciale

Du côté du droit de l’urbanisme, les  obligations d’installation d’énergies renouvelables , issues de la loi Climat et résilience et applicables depuis le 1er janvier 2024,  sont complétées par l’arrêté du 5 mars 2024, qui fixe les conditions d’application de l’exception tirée des conditions économiques inacceptables s’agissant des parcs de stationnement. En matière de contentieux […]

Découvrir l’article

16 décembre 2022
Aux termes de deux réponses ministérielles, le champ d’application du permis d’aménager modificatif et celui des sanctions encourues en cas d’infraction au lotissement ont été précisés. S’agissant tout d’abord du champ d’application du permis d’aménager (PA) modificatif, le ministre rappelle les grands principes selon lesquels : seul un PA en cours de validité peut faire l’objet […]

Découvrir l’article

23 janvier 2023
Par un arrêt du 1er décembre 2022, la Cour administrative d’appel de Lyon a apporté des précisions sur le délai de recours contre l’avis rendu par la Commission départementale d’aménagement commercial (CDAC) devant la Commission nationale d’aménagement commercial (CNAC). La CAA juge que le délai d’un mois prévu à l’article R. 752-30 du code de […]

Découvrir l’article

En matière d’urbanisme, au mois de mai, le juge administratif a fait un tour d’horizon de différents régimes d’autorisations et de financement pour apporter des précisions bienvenues. D’abord, le Conseil d’Etat définit les conditions dans lesquelles la CNAC demeure saisie d’un recours contre un avis de la CDAC malgré le désistement des requérants. Ensuite, pour […]

Découvrir l’article

04 décembre 2023
Par une décision du 1er décembre 2023, le Conseil d’Etat s’est prononcé sur le régime des modifications apportées à un projet de construction au cours de l’instruction d’une demande d’autorisation d’urbanisme. Le Conseil d’Etat précise d’abord qu’en l’absence de dispositions expresses du code de l’urbanisme y faisant obstacle, l’auteur d’une demande de PC peut apporter […]

Découvrir l’article

02 décembre 2021
Par un arrêt du 22 novembre 2021, le Conseil d’État précise qu’en matière de contentieux des autorisations d’exploitation commerciale (AEC), l’État a la qualité de partie au litige devant la CAA ; il peut être représenté par le président de la Commission nationale d’aménagement commercial (CNAC) et est alors dispensé du ministère d’avocat. Le Conseil […]

Découvrir l’article