Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
16 novembre 2021

Bail emphytéotique sur un hôtel du domaine privé : pas de mise en concurrence, selon la CAA de Bordeaux

  • Cyrille Rollin

La Cour administrative d’appel de Bordeaux s’est prononcée sur l’application des règles de mise en concurrence (issues du droit communautaire) à l’attribution de droits d’occupation sur le domaine d’une personne publique.

L’enjeu du litige était, notamment, l’annulation d’une délibération du conseil municipal de Biarritz ayant approuvé la signature d’un bail emphytéotique d’une durée de 75 ans sur les murs et dépendances de l’hôtel du Palais. Cet hôtel prestigieux, construit à l’initiative de Napoléon III, appartient à la commune de Biarritz depuis 1956.

La Cour a, d’abord, dû déterminer si cet hôtel relève du domaine public ou du domaine privé de cette collectivité. Cet hôtel est le seul à avoir reçu l’appellation Palace à Biarritz et la commune possède la majorité des actions de la société d’économie mixte qui en assure l’exploitation. La Cour a toutefois considéré que si cette exploitation revêt bien un caractère d’intérêt général, l’ « hôtel n’était pas affecté au service public du tourisme » dès lors qu’il n’avait pas « fait l’objet d’un aménagement particulier » à cette fin et que la collectivité « s’est contentée d’en poursuivre l’exploitation dans des conditions similaires à celles d’un exploitant privé sans assortir cette exploitation d’obligations ou d’objectifs particuliers dont elle contrôlerait qu’ils ont été atteints et sans manifester sa volonté d’ériger néanmoins cette exploitation en service public. » Dans ces conditions, l’hôtel doit être regardé comme un bien du domaine privé de la commune.

La Cour était ensuite tenue de se prononcer sur l’argument tiré de ce que la signature de ce bail aurait dû être précédée d’une procédure de sélection transparente, en dépit de l’appartenance de l’hôtel au domaine privé de la commune. En l’absence d’un programme de travaux répondant aux besoins du propriétaire public, les textes français ne prévoient une telle procédure que pour le domaine public. Les requérants se prévalaient donc des règles du droit communautaire.

Dans les circonstances de l’espèce, la Cour a écarté les arguments en faveur d’une mise en concurrence en considérant que ce bail ne porte que « sur une opération purement patrimoniale et non sur une activité économique« , qu’il « ne conditionne pas davantage l’accès à une telle activité » et qu’il ne concerne pas « l’utilisation de ressources naturelles ou de capacités techniques présentant un caractère de rareté« .

Dans le débat qui existe actuellement quant à la portée de la jurisprudence communautaire Promoimpresa (CJUE 14 juillet 2016, C-458/14), la Cour administrative d’appel de Bordeaux a donc refusé de souscrire à l’interprétation extensive proposée par une partie de la doctrine, et a considéré que la délivrance d’un titre permettant l’occupation du domaine privé d’une personne publique n’a pas à être systématiquement précédée d’une mise en concurrence.

CAA Bordeaux 2 novembre 2021, n° 19BX03620, n°19BX03590

29 septembre 2023
En droit immobilier, plusieurs arrêts récents ont apporté des précisions utiles pour la pratique des baux commerciaux. La Cour de cassation a notamment confirmé qu’en cas de communication par le bailleur d’un état des risques daté de plus de 6 mois, les juges du fond doivent rechercher « si le manquement imputé au bailleur est d’une […]

Découvrir l’article

28 septembre 2023
Le décret n° 2023-894 du 22 septembre 2023 – en pérennisant et élargissant le dispositif issu du décret n° 2021-812 du 24 juin 2021 – permet à certaines constructions temporaires de bénéficier d’une dispense d’autorisation d’urbanisme. Pour mémoire, en application de l’alinéa 1er de l’article R. 421-5 du code de l’urbanisme, « sont dispensées de toute formalité […]

Découvrir l’article

28 septembre 2023
Dans une décision du 21 septembre 2023 publiée au Lebon, le Conseil d’Etat considère que l’autorité de chose jugée s’attachant à un jugement – devenu définitif – annulant un PC fait obstacle à l’annulation du refus opposé, pour le même motif, à une demande antérieure de permis ayant le même objet, en l’absence de modification […]

Découvrir l’article

28 septembre 2023
L’arrêté du 11 septembre 2023 adapte le règlement de sécurité contre les risques d’incendie et de panique dans les ERP – issu de l’arrêté du 25 juin 1980 -, concernant les dispositifs d’alerte. Ainsi, aux termes de la notice de présentation, « l’arrêté vise à prendre en compte les évolutions technologiques des dispositifs permettant de donner […]

Découvrir l’article

19 septembre 2023
Afin accélérer la délivrance et la mise en œuvre des autorisations d’urbanisme permettant la reconstruction et la réfection des bâtiments dégradés au cours des violences urbaines ayant eu lieu du 27 juin au 5 juillet 2023, l’ordonnance n° 2023-870 du 13 septembre 2023 institue des dérogations aux dispositions législatives et réglementaires applicables aux autorisations d’urbanisme. […]

Découvrir l’article

15 septembre 2023
Par une décision n° 2023-1060 QPC du 14 septembre 2023, le Conseil constitutionnel a déclaré le deuxième alinéa de l’article L. 600-8 du code de l’urbanisme conforme à la Constitution. L’article L. 600-8 du code de l’urbanisme régit le mécanisme de la transaction en contentieux de l’urbanisme, par laquelle une personne ayant demandé ou ayant l’intention […]

Découvrir l’article