Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
17 octobre 2022

Aménagement commercial : précisions jurisprudentielles

Par deux décisions mentionnées aux Tables, le Conseil d’Etat précise les modalités de réexamen d’une demande d’AEC et admet la possibilité de former un recours gracieux contre un permis de construire valant AEC, nonobstant l’exercice d’un recours administratif préalable obligatoire contre l’avis de la CDAC.

1. CE 7 octobre 2022, n° 450615

Dans cette première affaire, une société qui avait déposé une demande de PC valant autorisation d’exploitation commerciale (AEC) pour la création d’un magasin et d’un point retrait s’était vue opposer un avis défavorable par la Commission nationale d’aménagement commercial (CNAC).

La société pétitionnaire avait alors déposé un nouveau dossier de demande qui avait reçu l’avis favorable de la commission départementale d’aménagement commerciale (CDAC), puis de la CNAC. Le maire avait par conséquent délivré un PC valant AEC que la CAA de Marseille avait ensuite annulé.

Saisi d’un pourvoi, le Conseil d’Etat rappelle d’abord qu’un pétitionnaire dont le projet a été rejeté pour un motif de fond par la CNAC ne peut déposer une nouvelle demande d’autorisation sur le même terrain à moins d’avoir pris en compte les motivations de la décision ou de l’avis de la CNAC.

Il énonce ensuite qu’il appartient à la commission d’aménagement commercial saisie de la demande de réexamen :

  • de vérifier d’abord que le pétitionnaire justifie que sa demande comporte des modifications en lien avec la motivation de l’avis antérieur de la CNAC ;
  • si cette condition est satisfaite, de procéder au contrôle du respect des exigences de fond, dont celles qui avaient été antérieurement méconnues ou dont il n’avait pas été fait mention dans l’avis de la CNAC.

Le Conseil d’Etat annule l’arrêt de la CAA au motif qu’il ne lui appartenait pas d’estimer si les modifications et mesures complémentaires présentées par le pétitionnaire à l’appui de sa nouvelle demande de permis de construire valant AEC présentaient un caractère suffisant au regard de l’objection initiale de la CNAC, mais uniquement de se borner à rechercher si les ajustements apportés au dossier étaient en lien avec les motifs ayant fondés l’avis défavorable antérieur de la CNAC.

2. CE 7 octobre 2022, n° 452959

Dans cette seconde affaire, une association de défense des intérêts de commerçants avait formé un recours administratif préalable obligatoire (RAPO) devant la CNAC pour contester l’avis de la CDAC autorisant l’extension et la réhabilitation d’un centre commercial.

La CNAC avait rejeté ce recours et émis un avis favorable au projet. En conséquence, le maire de Montpellier avait délivré un arrêté de permis de construire valant AEC à la société pétitionnaire.

L’association avait alors formé un recours gracieux, puis un recours contentieux contre ce permis. La CAA de Marseille avait rejeté la requête comme tardive au motif que le recours gracieux qui avait été formé par l’association n’avait pas eu pour effet de suspendre le délai de recours contentieux.

Le Conseil d’Etat censure l’arrêt en jugeant que la circonstance qu’un RAPO a été formé devant la CNAC contre l’avis de la CDAC ne fait pas obstacle à ce qu’un recours gracieux soit ensuite introduit devant l’autorité ayant délivré le permis de construire valant AEC, pour autant que le requérant justifie d’un intérêt à agir.

23 décembre 2021
Par une décision du 15 décembre 2021, le Conseil d’Etat précise les modalités d’application de l’article L. 600-5-2 du code de l’urbanisme, en cas de recours à l’encontre d’une mesure de régularisation d’un permis de construire annulé. Le Conseil d’Etat considère qu’il résulte de l’article L. 600-5-2 du code de l’urbanisme que, lorsque le juge […]

Découvrir l’article

Le décret tant attendu d’application des obligations d’installation d’énergies renouvelables en toiture des bâtiments et ombrières de parkings issues de la loi Climat et résilience[1], a été publié in extremis au journal officiel du 20 décembre 2023. S’il reprend en grande partie les projets de textes soumis entre mai et octobre 2023 à consultation publique, notamment sur le […]

Découvrir l’article

Côté immobilier, plusieurs décisions judiciaires méritent d’être signalées en matière de bail commercial et, plus particulièrement, concernant la fixation du loyer de renouvellement. La Cour de cassation a en effet notamment confirmé que l’action en fixation du loyer de renouvellement est irrecevable si elle est introduite par une assignation sans mémoire préalable et précisé qu’une […]

Découvrir l’article

12 juillet 2022
Par une décision du 7 juillet 2022, le Conseil d’État confirme que, même dans une commune couverte par un PLU antérieur à la réforme des destinations découlant de la loi ALUR – comme le PLU de Paris à ce jour -, les formalités d’urbanisme nécessaires en cas de changement de destination s’apprécient par rapport aux […]

Découvrir l’article

26 juin 2023
Le principe du contradictoire impose à l’autorité administrative de faire droit aux demandes d’audition formées par les personnes préalablement au retrait d’un PC, alors même qu’elles auraient déjà présenté des observations écrites. Par un arrêté du 11 mars 2020,  le maire de Bobigny a délivré un PC en vue de la construction d’un ensemble immobilier […]

Découvrir l’article

26 octobre 2021
Par une décision du 20 octobre 2021, le Conseil d’État précise que la notification d’un recours gracieux formé contre un permis de construire doit être regardée comme régulièrement accomplie, même si elle a été effectuée au siège social de la société titulaire de l’autorisation, et non à l’adresse de l’établissement secondaire de la société mentionnée […]

Découvrir l’article