Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
22 avril 2022

Appréciation rigoureuse de l’intérêt à agir d’une association contre une autorisation d’urbanisme : convergences des analyses

Le Conseil constitutionnel a déclaré conformes à la Constitution les dispositions issues de la loi ELAN conditionnant l’intérêt à agir des associations contre une autorisation d’urbanisme au dépôt de leurs statuts au moins un an avant l’affichage en mairie de la demande. Cet intérêt à agir – fondé sur l’objet social de l’association – a par ailleurs été rigoureusement apprécié par le Conseil d’État.

S’agissant tout d’abord de la date à laquelle l’intérêt à agir d’une association doit être apprécié, l’article L. 600-1-1 du code de l’urbanisme – dans sa rédaction issue de la loi ELAN – dispose qu’« une association n’est recevable à agir contre une décision relative à l’occupation ou l’utilisation des sols que si le dépôt des statuts de l’association en préfecture est intervenu au moins un an avant l’affichage en mairie de la demande du pétitionnaire ».

Dans sa décision du 1er avril 2022, le Conseil constitutionnel juge que ces dispositions – et plus particulièrement la mention « au moins un an » – sont conformes à la Constitution :

  • d’une part, le législateur a entendu limiter les risques particuliers d’incertitude juridique pesant sur les décisions d’urbanisme et prévenir les recours abusifs et dilatoires,
  • d’autre part, ces dispositions ne restreignent que le droit au recours des associations dont les statuts ont été déposés moins d’un an avant l’affichage de la demande du pétitionnaire, et seulement s’agissant des décisions individuelles relatives à l’occupation ou à l’utilisation des sols.

Dans ces conditions, les dispositions en cause ne portent pas une atteinte disproportionnée au droit à un recours juridictionnel effectif. N.B. : cette décision s’inscrit dans la continuité de celle du 17 juin 2011 (n° 211-138 QPC), aux termes de laquelle les dispositions de l’article L. 600-1-1 du code de l’urbanisme – dans leur rédaction antérieure à la loi ELAN – avaient déjà été déclarées conformes à la Constitution.

S’agissant ensuite de l’appréciation de l’intérêt à agir d’une association contre une autorisation d’urbanisme, le Conseil d’État  juge par ailleurs, dans une décision du 12 avril 2022, qu’une association dont l’objet social porte sur la protection de la nature et de l’environnement ne justifie pas d’un intérêt suffisant lui donnant qualité pour agir contre un permis autorisant la construction d’une maison individuelle sur un terrain comportant déjà une construction, dans une zone elle-même urbanisée.

 

Conseil constitutionnel 1er avril 2022, n° 2022-986 QPC

 

 

Conseil d’État 12 avril 2022, n° 451778

 

06 février 2024
La cession d’un immeuble par une commune ne relève pas du champ de la commande publique, y compris si elle vise à répondre aux objectifs de production de logements sociaux mis à sa charge par la loi. Afin de répondre aux objectifs triennaux de production de logements sociaux mis à sa charge par la loi […]

Découvrir l’article

27 octobre 2021
Le décret n° 2021-1345 du 13 octobre 2021 publié au Journal Officiel du 15 octobre 2021 modifie, en application de l’article 40 de la loi n° 2020-1525 du 7 décembre 2020 d’accélération et de simplification de l’action publique, les modalités d’assujettissement des documents d’urbanisme et des unités touristiques nouvelles (UTN) à la procédure d’évaluation environnementale. […]

Découvrir l’article

01 février 2023
Selon le Conseil d’Etat, il ne résulte ni des dispositions de l’article L. 132-1 du code de l’expropriation pour cause d’utilité publique – selon lesquelles « l’autorité compétente déclare cessibles les parcelles ou les droits réels immobiliers dont l’expropriation est nécessaire à la réalisation de l’opération d’utilité publique » et elle « en établit la liste, si celle-ci […]

Découvrir l’article

Les premiers éléments concrets permettant d’anticiper l’application des obligations d’installations de centrales photovoltaïques résultant de la loi AER commencent à arriver au compte-gouttes s’agissant des conditions d’application de l’article L.171-4 du code de la construction et de l’habitation. Pour mémoire, l’article 41 de la loi n°2023-175 du 10 mars 2023 relative à l’accélération de la […]

Découvrir l’article

13 avril 2023
Selon la CAA de Marseille, le délai de validité d’une autorisation d’urbanisme – suspendu pendant la procédure contentieuse introduite à son encontre devant la juridiction administrative – recommence à courir à compter de l’expiration du délai d’appel du jugement de première instance. Aux termes de l’article R. 424-19 du code de l’urbanisme, en cas de […]

Découvrir l’article

En droit immobilier, les vacances estivales ont été marquées par la publication par la Chancellerie de l’avant-projet de réforme du droit des contrats spéciaux (concernant notamment les contrats de vente, de location, de prêt, de dépôt, d’entreprise ou encore de mandat) et le lancement d’une consultation publique sur ce texte. Le législateur a par ailleurs […]

Découvrir l’article