Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
17 mai 2023

Convention de projet urbain partenarial (PUP) : Précisions bienvenues sur son régime juridique

Par une décision du 12 mai dernier, le Conseil d’Etat apporte des précisions sur le régime juridique et contentieux applicable aux conventions de PUP.

Dans cette affaire, une convention de PUP avait été conclue, le 3 octobre 2018, entre le promoteur de l’extension d’un centre commercial et un EPCI .

Un tiers a contesté cette convention en qualité de contribuable local devant le TA de Lyon qui a, par un jugement du 26 juin 2020, annulé partiellement cette convention en tant seulement qu’elle mettait à la charge de l’opérateur une participation à la réalisation d’un nouveau réseau d’alimentation d’eau potable non nécessaire à la réalisation du projet.

La société requérante a alors interjeté appel du jugement mais la CAA de Lyon, par un arrêt du 15 mars 2022, a rejeté sa requête.

Saisi du pourvoi, le Conseil d’Etat confirme d’abord qu’une convention de PUP présente le caractère d’un contrat administratif dont la validité peut être contestée par un tiers dans les conditions posées par la jurisprudence Tarn-et-Garonne.

Il juge ensuite que la CAA de Lyon n’a pas commis d’erreur de droit en considérant que le projet de convention permettait aux membres du conseil communautaire de disposer d’une information suffisante sur l’objet de cette convention et son équilibre financier et les mettait à même de délibérer de façon éclairée et de solliciter, le cas échéant, des explications complémentaires.

En outre, il était reproché à la convention de PUP d’avoir été conclue en méconnaissance du II de l’article L. 332-11-3 du code de l’urbanisme prévoyant que, lorsque des équipements publics faisant l’objet d’une première convention de PUP desservent d’autres terrains que ceux visés dans la convention, l’organe délibérant de l’autorité compétente en matière de PLU :

  • fixe les modalités de partage des coûts des équipements ;
  • délimite un périmètre de participation des porteurs de projet à la prise en charge de ces mêmes équipements publics répondant aux besoins des futurs habitants ou usagers de leurs opérations.

Le Conseil d’Etat considère néanmoins que la détermination par la collectivité des modalités de partage des coûts des équipements ainsi que la délimitation du périmètre susvisé « ne constitue pas un préalable à la conclusion d’une première convention de PUP, dans l’hypothèse où les équipements publics ayant vocation à faire l’objet d’une telle convention sont susceptibles de desservir des terrains autres que ceux qui y sont mentionnés ».

A supposer que les équipements partiellement financés par le promoteur puissent desservir d’autres terrains que ceux mentionnés par la convention de PUP, l’absence de délimitation préalable d’un périmètre par l’EPCI est ainsi sans incidence sur la légalité de la convention de PUP.

Enfin, le Conseil d’Etat juge que le propriétaire de l’immeuble qui contribue au financement d’installations collectives d’évacuation ou d’épuration des eaux usées via un PUP pour un montant égal ou supérieur au maximum légal prévu par l’article L. 1331-7 du code de la santé publique ne saurait être astreint, sur le fondement de cet article, à verser une participation pour le financement de l’assainissement collectif (PFAC) ayant le même objet.

Il admet donc qu’une convention de PUP prévoyant que le propriétaire participe au financement d’installations collectives d’assainissement pour un montant déterminé en fonction du pourcentage des débits futurs provenant des ouvrages projetés peut légalement exonérer le porteur de projet de la PFAC.

Conseil d’Etat 12 mai 2023, n° 464062 mentionné aux Tables

01 décembre 2021
Par une ordonnance de référé en date du 23 novembre 2021, la cour administrative d’appel (CAA) de Paris met fin aux effets de la suspension de l’exécution de l’arrêté de permis de construire accordé pour la construction du centre nautique d’entraînement des athlètes en vue des Jeux olympiques et paralympiques de Paris (JOP) de 2024, […]

Découvrir l’article

08 février 2023
Un arrêté du 16 janvier 2023, publié au Journal Officiel du 7 février, modifie le modèle du formulaire de demande d’examen au cas par cas préalable à la réalisation d’une évaluation environnementale, en application de l’article R. 122-3-1 du code de l’environnement. Celui-ci est désormais numéroté Cerfa n° 14734*04. Par rapport à la version précédente, […]

Découvrir l’article

21 avril 2023
Pour apprécier la gravité de l’atteinte portée aux conditions d’éclairement d’une pièce d’un immeuble voisin par l’implantation d’une construction en limite séparative, il convient notamment de tenir compte de la destination et du rôle de cette pièce dans le niveau d’éclairement d’ensemble du ou des appartements concernés. L’article UG 7.1 du règlement du plan local […]

Découvrir l’article

21 décembre 2022
Par une décision du 14 décembre 2022, le Conseil d’Etat précise la notion de confirmation d’une demande de permis de construire après annulation juridictionnelle du refus initial de délivrer ce permis. Il précise également l’office du juge en matière de régularisation. Dans cette affaire, une mairie a été enjointe de délivrer un PC après que […]

Découvrir l’article

28 septembre 2023
Dans une décision du 21 septembre 2023 publiée au Lebon, le Conseil d’Etat considère que l’autorité de chose jugée s’attachant à un jugement – devenu définitif – annulant un PC fait obstacle à l’annulation du refus opposé, pour le même motif, à une demande antérieure de permis ayant le même objet, en l’absence de modification […]

Découvrir l’article

17 février 2022
Par un arrêt rendu le 10 février 2022, la cour administrative d’appel de Paris (CAA) annule le refus de l’établissement public territorial (EPT) Plaine Commune d’abroger le plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi) de Plaine Commune, et enjoint l’EPT à engager, dans un délai de 4 mois, la procédure de modification du PLUi en ce qu’il […]

Découvrir l’article