Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
30 janvier 2023

Covid-19 et Loyers : la paralysie des sanctions contre les preneurs prévue par la loi du 14 novembre 2020 s’applique aux GAPD

Par un arrêt du 25 janvier 2023, la Cour de cassation a jugé que l’interdiction de mise en œuvre des sûretés réelles et personnelles garantissant le paiement des loyers ou charges locatives afférents aux locaux professionnels ou commerciaux, prévue par l’article 14 de la loi n°2020-1379 du 14 novembre 2020, s’applique aux garanties à première demande régies par l’article 2321 du Code civil.

Pour mémoire, l’article 14 de la loi n° 2020-1379 du 14 novembre 2020 autorisant la prorogation de l’état d’urgence sanitaire et portant diverses mesures de gestion de la crise sanitaire, a interdit, du 17 octobre 2020 jusqu’à l’expiration d’un délai de 2 mois à compter de la date à laquelle l’activité des locataires éligibles à ce dispositif cesse d’être affectée par une mesure de police administrative, la mise en œuvre de toutes sûretés réelles et personnelles garantissant le paiement des loyers ou charges locatives afférents aux locaux professionnels ou commerciaux.

En l’espèce, le preneur d’un bail commercial, invoquant la fermeture de son commerce du fait des restrictions sanitaires décidées par les pouvoirs publics afin de lutter contre l’épidémie de covid-19, a cessé de verser les loyers. Le bailleur a alors demandé à la banque ayant remis une garantie à première demande afin de garantir le paiement des loyers, de lui régler le montant de la garantie.

Le locataire a assigné le bailleur et la banque afin qu’il soit interdit à cette dernière de procéder au paiement de la somme garantie, en se prévalant des mesures de protection prévues à l’article 14 de la loi précitée.

Le juge des référés puis la Cour d’appel compétente, tenant notamment compte de ce que les sommes dues étaient inférieures au montant de la garantie, ont jugé que la mise en œuvre de cette garantie violait les dispositions de l’article 14 précité et constituait un abus manifeste du bénéficiaire, de telle sorte que le garant n’était, de ce fait, pas tenu à son paiement.

La Haute Juridiction a confirmé la position de la Cour d’appel compétente et rejeté le pourvoi du bailleur, en relevant que cette dernière a « exactement relevé, par motifs propres et adoptés, que la garantie à première demande constituait une sûreté personnelle régie par l’article 2321 du code civil » et qu’elle a donc « pu en déduire que sa mise en œuvre, en violation des dispositions de l’article 14 de la loi précitée, constituait un trouble manifestement illicite ».

Cass. 3e Civ. , 25 janvier 2023, n° 22-10.648

28 mai 2024
Une loi du 15 avril 2024, publiée au Journal officiel du 16 avril 2024, a inséré dans le Code civil un nouvel article 1253 consacrant le principe d’une responsabilité de plein droit de l’auteur de troubles anormaux de voisinage pour le dommage qui en résulte. Article paru dans la Lettre M2 de mai

Découvrir l’article

En droit immobilier, l’actualité de ces dernières semaines fut riche à plusieurs égards. Sur le plan transactionnel, la Cour de cassation a rendu un arrêt intéressant dans un cas où une lettre d’intention émise par un candidat acquéreur prévoyait qu’en cas d’acceptation de l’offre par le vendeur, un acte sous seing privé serait établi pour […]

Découvrir l’article

13 juin 2022
Le gouvernement a publié 4 guides pratiques à destination des bailleurs pour les orienter dans les étapes de leur projet, recenser les aides dont ils sont susceptibles de bénéficier, les informer sur leurs droits et obligations et les guider dans leurs démarches. Le pouvoir exécutif rappelle à cet égard que  « les propriétaires bailleurs sont des […]

Découvrir l’article

28 juillet 2021
La Cour de cassation a été saisie d’une demande d’avis du Tribunal judiciaire de Chartres sur la question de l’application de l’exception d’inexécution, de la force majeure et de la perte partielle de la chose louée pour suspendre l’obligation de paiement des loyers pendant les périodes de fermetures administratives des locaux loués dans le contexte […]

Découvrir l’article

20 mai 2022
Par un arrêt rendu le 11 mai 2022, la Cour de cassation affirme que l’acceptation par le bailleur du principe du renouvellement d’un bail commercial, postérieurement à un commandement de payer visant sa clause résolutoire (mais non constatée judiciairement), entraine renonciation du bailleur à se prévaloir de la clause résolutoire. Le 12 octobre 2017, les […]

Découvrir l’article

10 décembre 2021
Dans un jugement rendu le 28 octobre 2021, le Tribunal judiciaire de Paris a écarté tous les moyens invoqués par le preneur, en ce compris l’article 1722 du Code civil (destruction de la chose louée), pour contester son obligation de paiement au titre du bail dans le contexte de la crise sanitaire. Dans cette affaire, […]

Découvrir l’article