Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
24 juin 2022

Covid-19 et Loyers : une nouvelle décision « pro-bailleur » du Tribunal judiciaire de Paris

Dans un jugement rendu le 22 juin 2022, le Tribunal judiciaire de Paris a écarté tous les moyens invoqués par le preneur, en ce compris l’article 1722 du Code civil (destruction de la chose louée), pour contester son obligation de paiement au titre du bail dans le contexte de la crise sanitaire.

Dans cette affaire, le bailleur et le preneur ont conclu un bail commercial portant sur un lot d’un immeuble en copropriété pour l’exercice de l’activité « fitness-danse et arts martiaux remise en forme – SPA – (…) ».

Pour se soustraire à son obligation de paiement de loyers et charges pour les périodes de confinement, le preneur a invoqué plusieurs moyens juridiques, notamment la destruction de la chose louée (article 1722 du Code civil), la force majeure (article 1218 du Code civil), le manquement à l’obligation de délivrance (article 1719 du Code civil), un manquement du bailleur à son obligation de bonne foi (article 1104 du Code civil) ou encore l’imprévision (article 1195 du Code civil).

Le Tribunal judiciaire de Paris a écarté tous les moyens ainsi invoqués, pour les motifs suivants :

– la destruction de la chose louée, au motif que « l’impossibilité d’exploiter les locaux pris à bail (…) du fait des mesures administratives adoptées par les pouvoirs publics résulte de la nature de l’activité économique exercée dans les lieux loués et non de la chose louée elle-même ».

– la force majeure, au motif que « il est de principe que le débiteur d’une obligation contractuelle de somme d’argent inexécutée ne peut s’exonérer de cette obligation en invoquant un cas de force majeure ».

– un manquement du bailleur à son obligation de bonne foi, au motif que le preneur « ne rapporte pas la preuve d’une exécution contractuelle de mauvaise foi» du bailleur, ce dernier ayant été force de proposition pour adapter temporairement les modalités d’application du bail commercial (mensualisation des échéances du troisième et quatrième trimestre 2020, renonciation à la perception d’un mois de loyer etc.).

– le manquement à l’obligation de délivrance et de jouissance paisible, au motif notamment que les locaux loués « sont demeurés aptes à remplir la destination pour laquelle ils ont été loués » pendant les périodes de fermetures administratives  et que par ailleurs le « trouble de jouissance (…) du fait de la fermeture administrative du commerce imposée par les pouvoirs publics pour lutter contre la propagation de la pandémie de Covid-19, n’est pas garanti par le bailleur. »

– l’imprévision au motif que l’objet de cette disposition n’est pas « d’obtenir l’annulation pure et simple des échéances de loyers et de charges » mais de « procéder à un rééquilibrage durable et pour l’avenir des obligations réciproques des parties » ; le preneur « ne pouvait donc pas se dispenser unilatéralement de payer le loyer et les charges dus » au bailleur au motif que le bailleur « n’avait pas apporté la réponse espérée à sa demande d’adaptation » du bail commercial.

Si ce jugement s’inscrit dans la continuité d’autres décisions portant sur tout ou partie des moyens susvisés (par exemple, TJ de Paris, 28 octobre 2021, n°16/13087, TJ de Paris, 20 janvier 2022 n° n° 20/06670), certains juges du fond ont adopté une position contraire, notamment en retenant l’application de l’article 1722 du Code civil (destruction de la chose louée) pour autoriser le preneur à se soustraire à son obligation de paiement du loyer pendant les périodes de fermeture administrative liées à la crise sanitaire (par exemple, TJ de La Rochelle, 23 mars 2021, n°20/02428 ou TJ de Toulouse, 1er juillet 2021, n°21/02415).

 

TJ de Paris, 22 juin 2022, n° 20/08161

30 juin 2023
Par un arrêt en date du 25 mai 2023, la Cour de cassation a jugé qu’en présence d’une succession de contrats, l’action en requalification desdits contrats en bail commercial se prescrit par 2 ans à compter de la conclusion du contrat dont la requalification est recherchée. En l’espèce, une société exploitant un restaurant a conclu […]

Découvrir l’article

13 juillet 2023
La loi n°2023-175 du 10 mars 2023 relative à l’accélération de la production des énergies renouvelables, dite loi « EnR », est entrée en vigueur le 12 mars 2023. Elle vise, notamment, à réduire la dépendance de la France aux énergies fossiles tout en favorisant le développement des énergies renouvelables. Article paru dans la Lettre M2 Juillet-Août […]

Découvrir l’article

28 septembre 2023
Par un arrêt en date du 21 septembre 2023, la 3ème chambre civile de la Cour de cassation a confirmé qu’en cas de communication par le bailleur d’un état des risques naturels et technologiques daté de plus de 6 mois par rapport à la date de conclusion du bail, les juges du fond doivent rechercher […]

Découvrir l’article

16 janvier 2024
Par un arrêt rendu le 11 janvier 2024 par sa Troisième chambre civile, la Cour de cassation retient qu’un congé avec une offre de renouvellement d’un bail commercial à des clauses et conditions différentes du bail expiré, hors le prix, doit s’analyser comme un congé avec refus de renouvellement ouvrant droit à indemnité d’éviction. En […]

Découvrir l’article

11 avril 2022
Aux termes d’un arrêt rendu le 26 janvier 2022, la Cour de cassation rappelle le principe selon lequel le congé est un acte unilatéral qui met fin au bail et que le maintien dans les lieux du locataire au-delà de la date d’effet du congé qu’il a délivré ne peut s’analyser en une renonciation au […]

Découvrir l’article

14 mars 2023
Après plusieurs années de conditions attractives de financement et de taux de capitalisation faibles, le marché de l’immobilier d’entreprise s’inquiète du contexte économique : inflation, hausse des taux d’intérêts, augmentation des coûts de construction, etc. Il en résulte, dans certains dossiers, une inadéquation entre le prix offert par les acquéreurs et les attentes des vendeurs. […]

Découvrir l’article