5 septembre 2022

Précision des critères de la dérogation à l’interdiction de porter atteinte aux espèces protégées

  • Alice Bouillié

Le Conseil d’État, confirmant un arrêt rendu par la Cour administrative de Nantes le 3 juillet 2020, a jugé régulier l’arrêté par lequel le Préfet de la Vendée a autorisé la société Eoliennes en Mer Iles d’Yeu et de Noirmoutier à déroger à l’interdiction de destruction et de perturbation de spécimens d’espèces protégées.

Cette décision, intéressante à plusieurs égards, apporte un éclairage utile sur l’appréciation par le Conseil d’État des conditions de délivrance de la dérogation prévue à l’article L. 411-2 du code de l’environnement dans le cadre de tout type de projet.

En premier lieu, le Conseil d’État estime que la Cour administrative d’appel de Nantes n’a pas commis d’erreur de droit en jugeant complet le dossier de demande excluant du champ de la dérogation certaines espèces en raison de l’impact limité du projet sur celles-ci, et ce, alors même que le Conseil National de Protection de la Nature a rendu un avis défavorable sur cette demande.

Le Conseil d’État analyse ensuite en détails la justification de la raison impérative d’intérêt public majeur du projet, confirmant ainsi l’importance fondamentale de ce critère pour la délivrance de la dérogation. En l’espèce, cette raison impérative d’intérêt public majeur est justifiée par la circonstance que le projet contribue de manière déterminante aux objectifs nationaux et locaux en matière de développement des énergies renouvelables.

Enfin, le Conseil d’État considère que les conditions, d’une part, de l’absence d’autre solution satisfaisante, d’autre part, du maintien des espèces concernées dans un état de conservation favorable, sont satisfaites. S’agissant de la justification de l’absence d’autre solution satisfaisante, cet arrêt met en relief l’importance des procédures de concertation préalable à l’occasion desquelles sont présentées au public les éventuelles alternatives et dont le bilan conduit à des évolutions permettant une meilleure intégration environnementale du projet.

CE, 29 juillet 2022, n°443420

14 octobre 2021
De nombreux projets industriels ou immobiliers sont bloqués ou rendus impossible par la présence d’une espèce animale ou végétale protégée sur leur assiette foncière ou à sa proximité : en effet, lorsqu’une espèce protégée est susceptible d’être atteinte ou perturbée par la réalisation du projet, le principe est celui de son interdiction. Certes, compte tenu du […]

27 septembre 2022
Dans une ordonnance du 20 septembre 2022, le Conseil d’Etat a jugé que le droit que chacun a de vivre dans un environnement équilibré et sain – tel qu’il est visé à l’article 1er de la Charte de l’environnement – présente le caractère d’une liberté fondamentale pouvant être évoqué dans le cadre d’un référé liberté […]

05 novembre 2021
Un projet de décret relatif à l’évaluation environnementale des projets photovoltaïques est soumis à la consultation du public jusqu’au 25 novembre 2021. Ce projet de texte tend à modifier la rubrique 30 de la nomenclature des projets devant faire l’objet d’une évaluation environnementale, rubrique concernant les projets photovoltaïques. En l’état, le projet de décret prévoit principalement […]

28 mars 2022
Le  décret du 25 mars 2022 met en place un dispositif permettant de soumettre à évaluation environnementale des projets, certes situés en deçà des seuils de la nomenclature annexée à l’article R. 122-2 du code de l’environnement, mais néanmoins susceptibles d’avoir des incidences notables sur l’environnement et la santé humaine. Ce texte intervient à la […]

11 janvier 2022
Dans un arrêt intéressant la prolongation de l’exploitation d’une carrière, mais transposable à tout projet nécessitant l’obtention d’une dérogation « espèces protégées », le Conseil d’État estime qu’une dérogation est illégale comme dépourvue de raison impérative d’intérêt public majeur dans la mesure où le projet ne répond pas à un besoin spécifique et qu’il existe […]

09 mai 2022
Par un jugement du 9 novembre 2020, le Tribunal administratif de Montreuil avait partiellement annulé l’autorisation environnementale délivrée pour la réalisation du projet de ligne reliant l’est parisien à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle dite « ligne CDG Express », considérant que celle-ci était irrégulière en ce qu’elle valait dérogation à l’interdiction de porter atteinte aux espèces protégées […]