Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
18 avril 2023

Recevabilité d’un référé-suspension contre un permis de construire illégal pour défaut d’étude d’impact

Par deux arrêtés des 5 octobre 2020 et 7 juin 2021, le maire de Mérignac a accordé un permis de construire (PC) et un permis de construire modificatif (PCM) en vue de la réalisation d’un stade nautique. Par un jugement avant dire droit en date du 14 septembre 2022, le Tribunal administratif (TA) de Bordeaux, saisi par des voisins du projet, a considéré que le projet aurait dû faire l’objet d’une étude d’impact et a sursis à statuer dans l’attente de la régularisation de ce vice.

Les voisins ont alors saisi le juge des référés du TA de Bordeaux en vue de la suspension de l’exécution du PC et du PCM.

Pour rappel, l’article L. 600-3 du code de l’urbanisme prévoit un régime particulier applicables aux référés-suspension relatifs aux autorisations d’urbanisme :

– Un recours dirigé contre une autorisation d’urbanisme ne peut être assorti d’une requête en référé suspension que jusqu’à l’expiration du délai fixé pour la cristallisation des moyens soulevés devant le juge saisi en premier ressort (i.e. deux mois à compter de la communication aux parties du premier mémoire en défense produit dans l’instance par l’un des défendeurs).

– La condition d’urgence prévue à l’article L. 521-1 du CJA est présumée satisfaite.

Les voisins fondaient toutefois leur requête sur les dispositions de l’article L. 122-2 du code de l’environnement aux termes duquel « si une requête déposée devant la juridiction administrative contre une autorisation ou une décision d’approbation d’un projet visé au I de l’article L. 122-1 est fondée sur l’absence d’étude d’impact, le juge des référés, saisi d’une demande de suspension de la décision attaquée, y fait droit dès que cette absence est constatée ».

Par une ordonnance du 24 octobre 2022, le juge des référés du TA a alors écarté la fin de non-recevoir tirée de la tardiveté de la requête fondée sur l’article L. 600-3 susvisé, au motif que la demande de suspension fondée sur l’article L. 122-2 du code de l’environnement précité relevait d’une législation distincte, puis a suspendu l’exécution du PC et du PCM.

Sur pourvoi, le Conseil d’Etat annule cette ordonnance de référé. Selon lui, saisi du moyen tiré de l’absence d’étude d’impact à l’appui d’une demande de suspension d’une autorisation d’urbanisme et en l’absence d’une telle étude, le juge des référés fait droit à la demande, même si le requérant ne se prévaut pas des dispositions de l’article L. 122-2 du code de l’environnement. Toutefois, une telle demande de suspension n’est alors recevable, quel qu’en soit le fondement, que jusqu’à l’expiration du délai fixé pour la cristallisation des moyens soulevés devant le juge en premier ressort. La circonstance que, par un jugement avant-dire-droit, ait été accordé aux parties un délai pour régulariser ce vice est sans incidence sur le calcul de ce délai.

En d’autres termes, même en l’absence d’étude d’impact et nonobstant l’article L. 122-2 du code de l’environnement, les dispositions du code de l’urbanisme qui limitent dans le temps la possibilité d’introduire un référé-suspension contre une autorisation de construire s’appliquent.

Conseil d’Etat 17 avril 2023, n° 468789

20 juin 2024
Par un arrêt du 13 juin 2024, la Cour de cassation a jugé que la location pour de courtes durées d’un local composé pour partie d’un lot affecté à l’usage d’habitation à la date de référence du 1er janvier 1970 constituait un changement d’usage au sens de l’article L. 631-7 du CCH, soumise à autorisation […]

Découvrir l’article

L’arrêté du 5 juillet 2024 relatif au développement de l’agrivoltaïsme et aux conditions d’implantation des installations photovoltaïques sur terrains agricoles, naturels ou forestiers, vient d’être publié au Journal Officiel du 7 juillet 2024, trois mois après le décret du 8 avril 2024[1] d’application de la loi dite AER[2]. Si le décret du 8 avril 2024 […]

Découvrir l’article

20 octobre 2022
Le régime du droit de préemption commercial est étroitement encadré, mais l’exercice de  ce droit est complexe et non exempt de risques pour les collectivités territoriales. Retrouvez un extrait de l’article d’Emmanuel Vital-Durand dans le PDF ci-dessous. Il est accessible en intégralité dans le n°53 de la revue Urbanisme Aménagement d’octobre 2022 (Editions du Moniteur).

Découvrir l’article

09 février 2022
Selon le Conseil d’État, la cristallisation des règles d’urbanisme dans les lotissements fait obstacle à ce que le maire oppose un sursis à statuer sur une demande de permis de construire au motif que la réalisation du projet de construction serait de nature à compromettre ou à rendre plus onéreuse l’exécution du futur plan local […]

Découvrir l’article

16 mai 2024
Le demandeur d’un permis de construire ne peut se prévaloir de la cristallisation des règles d’urbanisme prévue à l’article L. 442-14 du Code de l’urbanisme tant qu’aucun transfert de propriété n’est intervenu. L’article L. 442-14 du Code de l’urbanisme prévoit un mécanisme de cristallisation des droits à bâtir spécifique au lotissement qui offre deux avantages […]

Découvrir l’article

23 novembre 2021
Le Conseil d’État considère que, dès lors qu’aucune mesure de régularisation d’une autorisation de construire irrégulière n’a été notifiée au juge dans le délai fixé dans sa décision de sursis à statuer, il doit annuler cette autorisation sans que le pétitionnaire puisse opposer l’irrégularité du refus de régularisation. La contestation de ce refus ne peut […]

Découvrir l’article