Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
24 février 2022

Refus de transmettre une QPC portant sur l’article L. 324-1-1 du code du tourisme (meublés de tourisme)

Par une décision du 26 janvier 2022, la Cour de cassation a refusé de transmettre au Conseil constitutionnel l’examen des dispositions du code du tourisme instituant une amende civile en cas d’absence de communication à la commune du nombre de jours durant lesquels un meublé de tourisme a été loué.

Pour mémoire, dans les communes où le changement d’usage des locaux destinés à l’habitation est soumis à autorisation, une délibération du conseil municipal peut instituer une déclaration préalable de toute mise en location d’un meublé de tourisme (art. L. 324-1-1 III du code du tourisme).

Dans ces communes, la location d’un meublé de tourisme constituant la résidence principale du loueur ne peut excéder 120 jours au cours d’une même année civile (art. L. 324-1-1 IV du code du tourisme).

Aux fins de contrôler le respect de ces dispositions, la commune peut demander au loueur de lui transmettre – dans le délai d’un mois – le nombre de jours de location du meublé. A défaut, le loueur est passible d’une amende civile d’un montant maximal de 10.000 € (art. L. 324-1-1 V al. 2 du code du tourisme).

Le Tribunal judiciaire de Paris a transmis à la Cour de cassation une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant la conformité de ces dispositions au principe de légalité des délits et des peines, au droit à la présomption d’innocence et au droit de se taire, tels que garantis par les articles 8 et 9 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

La Cour de cassation a cependant considéré que cette question – « ne portant pas sur l’interprétation d’une disposition constitutionnelle dont le Conseil constitutionnel n’aurait pas encore eu l’occasion de faire application » – n’est pas nouvelle.

De surcroît, la Cour considère que la question posée ne présente pas un caractère sérieux, pour les raisons suivantes :

  • l’amende civile encourue réprime un manquement défini de manière suffisamment claire et précise pour éviter tout arbitraire ;
  • l’infliction d’une telle amende ne fait pas présumer la commission d’un manquement à la réglementation sur les meublés de tourisme ;
  • cette sanction ne tend pas à l’obtention d’un aveu, mais à la présentation d’éléments nécessaires à la conduite d’une procédure de contrôle par la commune.

Cour de cassation, 26 janvier 2022, n° 21-40.026

20 avril 2023
Par une décision du 12 avril 2023, le Conseil d’Etat précise que l’obligation de notification prévue par les dispositions de l’article R. 600-1 du code de l’urbanisme doit être effectuée, à peine d’irrecevabilité, par le requérant qui interjette appel ou se pourvoit en cassation contre une décision juridictionnelle annulant une décision constatant la caducité d’un […]

Découvrir l’article

12 décembre 2023
La cession foncière avec charges permet aux personnes publiques de céder un terrain ou un immeuble bâti en vue de sa valorisation, en imposant à l’acquéreur de réaliser et de leur remettre un ouvrage déterminé. Sous certaines conditions, ce contrat peut être conclu sans publicité ni mise en concurrence. C’est ce que confirme la Cour de […]

Découvrir l’article

20 avril 2022
Sont recevables les moyens nouveaux soulevés après l’expiration du délai réglementaire de deux mois prévu à l’article R. 600-5 du code de l’urbanisme lorsque – eu égard aux circonstances de l’espèce – ces moyens sont fondés sur des éléments justifiant que le juge fixe lui-même la date de cristallisation. Dans cette affaire, le Conseil d’État […]

Découvrir l’article

03 octobre 2022
Par un arrêt du 29 septembre 2022, la Cour d’appel de Paris a admis que des obligations professionnelles nécessitant de se rendre régulièrement en province pouvaient constituer un motif légitime de dépassement de la limite de 120 jours par an posée par le code du tourisme pour louer un meublé de tourisme déclaré comme résidence […]

Découvrir l’article

02 février 2022
La consultation sur le projet d’arrêté fixant le contenu du formulaire de saisine de l’autorité environnementale pour l’examen au cas par cas des documents d’urbanisme et des unités touristiques nouvelles (UTN) est ouverte sur le site Internet du Ministère de la Transition écologique, jusqu’au 16 février 2022. Ce projet d’arrêté, pris en application de l’article […]

Découvrir l’article

03 mars 2022
La loi n° 2022-217 du 21 février 2022 relative à la différenciation, la décentralisation, la déconcentration et portant diverses mesures de simplification de l’action publique locale, dite « Loi 3DS », prévoit une série de nouvelles dispositions concernant le droit de l’urbanisme. La Loi 3DS publiée au Journal officiel du 22 février 2022 prévoit notamment les dispositions suivantes : […]

Découvrir l’article