Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
15 octobre 2021

Rejet par le Conseil d’État d’une QPC portant sur l’article L. 600-5-1 du code de l’urbanisme

Dans cette décision, le Conseil d’État considère que les dispositions de l’article L. 600-5-1 du code de l’urbanisme ne portent pas atteinte aux droits et libertés garantis par la Constitution en ce qu’elles ne sont pas applicables aux refus de permis de construire. Partant, la question prioritaire de constitutionnalité (QPC) formulée, qui n’est pas nouvelle et ne présente pas un caractère sérieux, n’est pas renvoyée au Conseil constitutionnel.

En application de l’article L. 600-5-1 du code de l’urbanisme, le juge administratif saisi d’une demande d’annulation d’une  autorisation d’urbanisme est tenu d’inviter, en cours d’instance, le pétitionnaire à régulariser cette autorisation s’il apparaît que celle-ci est entachée d’un vice susceptible de faire l’objet d’une telle régularisation.

Le requérant soutient que ces dispositions portent atteinte au principe d’égalité, notamment devant la justice, et au droit à un recours juridictionnel effectif, garantis par la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789, en ce qu’elles ne prévoient pas la même obligation lorsque le juge est saisi d’une demande d’annulation d’un refus de permis de construire.

Le Conseil d’État relève tout d’abord qu’il est loisible à tout pétitionnaire sollicitant l’annulation d’un refus de permis de construire de soumettre à tout moment à l’administration une nouvelle demande, faisant ainsi naître une nouvelle décision susceptible de faire l’objet d’un recours contentieux. Dans ces conditions, la circonstance que l’article L. 600-5-1 du code de l’urbanisme ne prévoit pas la possibilité de présenter une telle demande dans le cadre de l’instance contentieuse dirigée contre un refus de permis de construire, ne porte pas atteinte au droit à un recours juridictionnel effectif.

Le Conseil d’État rappelle ensuite que le principe d’égalité ne s’oppose pas à ce que le législateur règle de façon différente des situations différentes au regard de l’objet de la règle en cause. Partant, en prévoyant des règles particulières concernant la régularisation d’un permis de construire, l’article L. 600-5-1 ne porte pas atteinte au principe d’égalité au motif qu’il ne prévoit pas de possibilité de régularisation similaire dans le cadre d’une instance introduite contre un refus de permis de construire.

En conséquence, la Haute juridiction décide de ne pas renvoyer au Conseil constitutionnel la QPC soulevée par le requérant.

CE, 7 octobre 2021, n° 451827

14 octobre 2021
Le Conseil d’État rappelle qu’au sein de la région d’Île-de-France, les schémas de cohérence territoriale (SCOT) et, en leur absence, les plans locaux d’urbanisme (PLU), les documents en tenant lieu et les cartes communales sont soumis à une obligation de compatibilité avec le schéma directeur de cette région. Reprenant le considérant de principe issu de […]

Découvrir l’article

26 février 2024
Une réponse ministérielle clarifie le régime des travaux d’extension du réseau d’électricité pour les projets soumis à autorisation d’urbanisme. Selon l’article L. 332-15 du code de l’urbanisme, le bénéficiaire d’un permis de construire est tenu de financer les équipements propres de son projet, dont le raccordement au réseau électrique s’il n’excède pas 100 mètres. Au-delà, […]

Découvrir l’article

05 avril 2024
En principe, les contrats immobiliers de ventes ou de locations conclus par une personne publique sont exclus du champ d’application des obligations de publicité et de mise en concurrence prévues par le code de la commande publique (Article L. 2512-5). Le Conseil d’Etat admet qu’une personne publique puisse recourir librement à un contrat par lequel […]

Découvrir l’article

20 avril 2023
Par une décision du 12 avril 2023, le Conseil d’Etat précise que l’obligation de notification prévue par les dispositions de l’article R. 600-1 du code de l’urbanisme doit être effectuée, à peine d’irrecevabilité, par le requérant qui interjette appel ou se pourvoit en cassation contre une décision juridictionnelle annulant une décision constatant la caducité d’un […]

Découvrir l’article

15 octobre 2021
Le Conseil d’État précise que la seule circonstance qu’une requête en référé-suspension soit introduite plusieurs mois après l’introduction du recours au fond contre un permis de construire ne suffit pas à renverser la présomption d’urgence issue de l’article L. 600-3 du code de l’urbanisme. Toutefois, cette requête doit – à peine d’irrecevabilité – être introduite […]

Découvrir l’article

16 décembre 2022
Aux termes de deux réponses ministérielles, le champ d’application du permis d’aménager modificatif et celui des sanctions encourues en cas d’infraction au lotissement ont été précisés. S’agissant tout d’abord du champ d’application du permis d’aménager (PA) modificatif, le ministre rappelle les grands principes selon lesquels : seul un PA en cours de validité peut faire l’objet […]

Découvrir l’article