23 septembre 2022

Renouvellement du bail commercial : le silence du preneur ne vaut pas toujours acceptation tacite

  • Etienne Chesneau
  • Anne-Elvire Dewasmes

Le maintien dans les lieux du preneur à bail commercial après la prise d’effet d’un congé avec offre de renouvellement par le bailleur et l’acquittement régulier du loyer prévu dans le congé, qui correspondait au loyer du bail initial, ne caractérisent pas l’acceptation tacite sans équivoque par le preneur de l’offre de renouvellement.

En l’espèce, un bailleur a donné à bail commercial des locaux à usage de maison de retraite à une société d’hébergement médicalisé pour personnes âgées pour une durée de onze ans et neuf mois. Avant le terme du bail commercial, le bailleur a signifié au preneur un congé avec offre de renouvellement pour un loyer égal à celui en cours lors de la délivrance du congé.

Le preneur s’est maintenu dans les lieux après la prise d’effet du congé et s’est acquitté régulièrement du loyer prévu au congé, étant rappelé que celui-ci correspondait à celui du bail échu, ce qui ne permettait pas d’appréhender la position du preneur au regard de l’offre de renouvellement.

Pour accueillir favorablement la demande du bailleur qui soutenait que le renouvellement du bail commercial était ainsi accepté, la cour d’appel compétente a considéré que les faits susvisés caractérisaient l’acceptation tacite sans équivoque par le preneur de ce renouvellement. Elle a aussi retenu que les locaux loués étant à usage de maison de retraite, ceux-ci doivent être qualifiés de locaux monovalents, ce qui permet de conclure un bail d’une durée de 9 ans ferme sans faculté de résiliation triennale du preneur.

Dans son arrêt du 7 septembre 2022, la Cour de cassation a cassé et annulé la décision de la cour d’appel susvisée au visa de l’article 1103 du Code civil, considérant que cette dernière a statué « par des motifs impropres à caractériser l’acceptation tacite sans équivoque par la locataire de l’offre de renouvellement, alors que le loyer offert correspondait au loyer stipulé au bail initial, et sans constater son consentement à la clause dérogatoire lui interdisant toute faculté de résiliation triennale du bail« .

Cass. , 3e civ., 7 septembre 2022, n°21-11.592

27 juillet 2022
Les mesures adoptées par les pouvoirs publics dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de covid-19 ont entraîné la fermeture de nombreux commerciaux ou professionnels et motivé la suspension unilatérale du paiement des loyers par certains preneurs pendant les périodes concernées. Les juridictions ont été saisies – le plus souvent à l’initiative des bailleurs […]

30 juin 2021
Dans un arrêt rendu le 30 juin 2021, la Cour de cassation s’est prononcé  sur la question de la divisibilité d’une clause d’indexation dans un bail commercial stipulant que l’indexation ne s’appliquera qu’en cas de variation de l’indice à la hausse. La Cour de Cassation a cassé partiellement une décision rendue en appel qui avait […]

29 avril 2022
Aux termes d’une décision rendue au fond le 12 avril 2022, le Tribunal judicaire de Béthune a retenu l’application de l’article 1722 du Code civil (destruction de la chose louée) pour remettre en cause l’obligation de paiement des loyers sur la période de fermeture administrative du premier confinement (15 mars 2020 au 11 mai 2020). […]

10 décembre 2021
Dans un arrêt rendu en référé le 1er décembre 2021, la Cour d’appel de Paris a considéré que l’article 1722 du Code civil (destruction de la chose louée) constituait une contestation sérieuse de l’obligation de paiement du loyer pendant la période  de fermeture administrative correspondant au premier confinement. Dans cette affaire, le preneur était l’ […]

25 novembre 2021
Par un arrêt rendu le 10 novembre 2021, la cour d’appel de Paris a privé d’effet une clause résolutoire dont la date d’acquisition est intervenue pendant la période de gel des sanctions prévue par la loi du 14 novembre 2020 portant gestion de la crise sanitaire. Un bailleur avait adressé le 5 octobre 2020 à […]

20 décembre 2021
Par un arrêt du 1er décembre 2021, la Cour d’appel de Paris a jugé que le locataire de locaux destinés à l’usage exclusif de bureaux pour y exercer une activité commerciale bénéficie du droit de préemption prévu par l’article L. 145-46-1 du Code de commerce. A l’occasion de la vente de locaux à usage de […]