Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
20 mai 2022

Taxe foncière : le droit de suite de l’administration fiscale est contraire à la Constitution

Dans une décision en date du 13 mai 2022, le Conseil constitutionnel a déclaré contraire à la Constitution le droit de suite du Trésor en matière de taxe foncière qui lui permet d’appréhender les loyers d’un immeuble même s’il n’appartient plus au redevable de la taxe à la suite d’une vente.

Le Conseil constitutionnel considère qu’en mettant la dette de taxe foncière à la charge du nouveau propriétaire de l’immeuble, qui n’est ni le redevable légal de la taxe ni tenu solidairement à son paiement, le droit de suite du Trésor public porte une atteinte disproportionnée à son droit de propriété.

La version du texte attaqué n’étant plus en vigueur, le Conseil n’a pas prononcé son abrogation. Les dispositions actuelles de l’article 1920, 2-2° du Code général des impôts étant toutefois identiques aux dispositions contestées, elles devraient encourir la même inconstitutionnalité (qui pourraient également s’étendre aux dispositions similaires instituant le droit de suite du Trésor en matière de taxe annuelle sur les bureaux, les locaux commerciaux et locaux de stockage en Ile-de-France).

Cette décision du Conseil constitutionnel devrait permettre, lors de l’acquisition d’un actif immobilier sous la forme d’un Asset Deal, de limiter le montant des risques transférés à l’acheteur en cas de manquement du vendeur en matière de taxe foncière voire de TABIF.

Conseil constitutionnel, 13 mai 2022, n° 2022-992 QPC

24 février 2022
L’administration fiscale vient de mettre à jour sa doctrine administrative pour prendre en compte les précisions récemment apportées par le Conseil d’Etat concernant la définition des surfaces de stationnement taxables au titre de la taxe annuelle sur les bureaux en Ile-de-France (CE, 20 octobre 2021, n° 448562 – Voir notre article sur le sujet) : […]

Découvrir l’article

15 septembre 2023
Le 3 mai 2023, le Conseil d’Etat s’est prononcé sur diverses questions induites par la mise en place d’un schéma de cession-bail (sale and lease back) permettant du tirer profit fiscalement du caractère hybride de cette opération. Des sociétés industrielles allemandes avaient temporairement cédé à une société française de crédit-bail l’usufruit d’immeubles nus situés en […]

Découvrir l’article

10 février 2023
La cour administrative d’appel de Lyon apporte un éclairage intéressant sur les situations dans lesquelles des prestations para-hôtelières sont considérées comme étant proposées dans des conditions similaires à celles proposées dans le secteur hôtelier. Au cas particulier, une indivision offrait en location meublée un appartement par l’intermédiaire d’une société prestataire avec laquelle elle avait conclu […]

Découvrir l’article

21 octobre 2022
Les centres de traitement de données (data centers) ne sont pas des locaux de stockage au sens de l’article 231 ter du code général des impôts. Ils ne sont donc pas assujettis à la taxe prévue à l’article L. 520-1 du code de l’urbanisme. Par un jugement du 11 février 2022, le TA de Cergy-Pontoise, […]

Découvrir l’article

07 juillet 2023
Le Conseil d’Etat vient de rendre une décision dans laquelle il a rejeté la qualification de marchand de biens à des contribuables personnes physiques ayant effectué plusieurs d’opérations d’achat-revente dès lors que ces immeubles étaient à chaque fois affectés à leur résidence principale. En principe, les gains et le chiffre d’affaire réalisés à l’occasion de […]

Découvrir l’article

28 mai 2021
Le Conseil d’Etat confirme que le propriétaire de locaux à usage de bureaux et de surfaces de stationnement reste redevable de la taxe quel que soit leur état quand bien même ils seraient temporairement impropre à cet usage en raison de travaux de gros œuvre les affectant. Les opérations de réhabilitations lourdes d’immeubles sans changement […]

Découvrir l’article